Connect with us

Afrique

Cameroun : former des citoyens enracinés dans leurs cultures et capables de transformer leur environnement

Published

on

Spread the love

Le gouvernement du Cameroun vient de soumettre à l’Assemblée nationale pour le compte de la session de Juin 2023 en cours un projet de loi portant orientation de l’enseignement supérieur. C’est un moment propice pour discuter des objectifs de l’éducation au Cameroun. Les Universitaires ne peuvent pas être en marge de ce débat. Je fais ici deux propositions portant sur les missions de l’enseignement supérieur :

1. Absence d’une identité nationale dans la formation : L’article 6 parle des objectifs de l’enseignement supérieur. L’on donne 13 objectifs spécifiques sans donner un objectif général. Et par conséquent, l’État n’oriente pas finalement l’enseignement supérieur comme annoncé. L’on ne sait pas ce que l’État vise dans la formation supérieure au Cameroun.

Former quel type de citoyen ? Continuer à former des citoyens extravertis et prêts à vendre/abandonner le pays pour partir ? Il manque à ce projet de loi, l’orientation de l’enseignement supérieur dans le CONTENU. Que doit-on mettre dans la formation au niveau de l’enseignement supérieur ? Je propose de réactualiser l’objectif général de l’éducation nationale contenu dans la loi n°98/004 du 14 avril 1998 et d’assigner à l’enseignement supérieur la mission d’enracinement culturel et de transformation de l’environnement local.

En l’état, nous formons des citoyens sans repères et sans attachement au pays. Des citoyens incapables de comprendre et de transformer leur environnement. En conséquence, non seulement il y a sous-production sur le plan économique, mais le discours de haine monte à travers le pays sur le plan social : les citoyens ne se connaissent pas et ne connaissent pas leur pays. Nous formons nos citoyens à connaître les autres (ouverture au monde).

Et finalement, nous poussons nos citoyens à accepter la domination des autres. Or, il ne peut pas avoir éducation sans fond idéologique. Sans âme. Le projet de loi soumis aux députés n’en a pas. Par exemple, l’on n’a pas suffisamment enseigné l’histoire des peuplements à nos citoyens, même ceux issus du supérieur, et ils continuent de valoriser les clichés et autres stéréotypes.

Il faudrait assigner à l’enseignement supérieur une mission de rattrapage des écarts accumulés dans d’autres ordres de formation au risque de lâcher des criminels dans la société ou encore, de former des citoyens qui seront contre les intérêts de leur pays. Jusqu’en 2023, le Cameroun dépense son peu d’argent pour former des citoyens qui insultent le pays et vont travailler ailleurs (chez ceux qui n’ont pas contribuer à leur formation). C’est une catastrophe économique. Une perte sèche. L’argent du pays doit d’abord servir au pays. Il faut redresser la situation à travers la loi d’orientation.

2. Libre accès à l’enseignement supérieur : En 2023, il y a encore iniquité dans l’accès à l’enseignement supérieur. Je laisse le volet communautaire de ce débat pour m’intéresser à l’absence de continuité dans les formations offertes par l’enseignement technique au Cameroun. En effet, il faudrait que l’enseignement technique soit en libre accès dans le supérieur au Cameroun (série F par exemple). C’est une question de justice sociale.

Sur les 405 000 étudiants, il n’y a que 5000 places d’ingénieurs ouvertes. C’est insignifiant pour un pays comme le Cameroun qui est en situation de sous-production sur le plan économique. Illustrons : pourquoi doit-on limiter l’accès dans les facultés de sciences agronomiques ? Par manque de champs d’application ? Certainement pas. Il faudrait absolument appliquer les valeurs de justice et d’équité dans l’enseignement supérieur au Cameroun et laisser l’accès libre à toutes les formations quitte à limiter progressivement le nombre de places dans le cursus.

Mais, pas à l’entrée comme c’est actuellement le cas. Ce système a même l’avantage de rendre la formation plus compétitive et de terminer avec les meilleures à la sortie. Je défends le libre accès qui est non seulement une mesure de justice sociale et d’équité, mais aussi et surtout une mesure économiquement pertinente. L’on ne peut pas léser le secteur de la production (Agriculture, industrie) dans un pays qui ambitionne d’être émergent dans quelques années.

En résumé, je propose que l’État ne se limite pas aux changements cosmétiques et conserve un système qui ne marche pas conformément aux termes de l’exposé des motifs.

Louis-Marie Kakdeu
Université de Maroua.

Advertisement
Click to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Afrique

Sénégal : Première visite en France pour Bassirou Diomaye Faye

Published

on

Spread the love

Le Président sénégalais, séjourne depuis mercredi 19 juin 2024 à Paris en France après une série de tournées africaines. Bassirou Diomaye Faye qui participera ce jeudi 20 juin 2024 au Forum mondial pour la souveraineté et l’innovation vaccinales est à sa première visite hors du continent africain va rencontrer son homologue français, Emmanuel Macron.

Les deux (2) présidents partagent des similarités dans leur jeunesse et leur parcours professionnel, mais leurs positions politiques divergent.

Le Président sénégalais, ancien secrétaire général du parti panafricaniste et souverainiste Pastef, a critiqué la France et soutient les valeurs de son Premier ministre, Ousmane Sonko, qui a accusé Emmanuel Macron de tolérer la répression sous Macky Sall.

Malgré les tensions, la visite démontre que les liens entre les deux pays ne sont pas rompus. La France reste le premier investisseur étranger au Sénégal et son principal partenaire en aide publique au développement, avec des intérêts économiques significatifs.

Cette visite se déroule alors que la France est malmenée dans d’autres pays de l’Alliance des États du Sahel (AES) comme le Burkina Faso, le Mali et le Niger. Les discussions devraient inclure la présence des troupes françaises au Sénégal, un sujet sensible mais encore non résolu officiellement.

La visite de BDF en France est une prise de contact importante, visant à stabiliser et renforcer les relations bilatérales malgré les divergences. Les deux pays ont intérêt à maintenir des relations équilibrées et à revoir certains aspects de leur coopération pour éviter les tensions.

Continue Reading

Afrique

Cameroun : Les conditions de détention de Marafa Hamidou Yaya se sont davantage détériorées au SED, selon Jeune Afrique

Published

on

Spread the love

En détention au Secrétariat d’État à la défense à Yaoundé, l’ancien Secrétaire Général de Paul BIYA Marafa Hamidou Yaya se voit les fers se resserrer autour de ses bras, selon Jeune Afrique.

Depuis l’interview accordée au magazine panafricain au mois d’avril, indique le journal, les procédures de sécurité ont été renforcées à l’entrée du SED, les droits de visites ont été retirés au prisonnier pourtant très malade.

Marafa Hamidou Yaya craint de perdre la vue de son œil gauche, atteint d’un glaucome sévère, et n’a pas obtenu d’autorisation d’être soigné à l’étranger. Sa famille a vu son flux de visiteurs drastiquement réduit, y compris sa fille qui a été refoulée à l’entrée du lieu de détention. L’ancien secrétaire général de la présidence de la République a demandé autorisation pour être évacué médicalement, mais ses requêtes sont restées sans réponse.

Lire ci-dessous l’article publié par Jeune Afrique, le 17 juin 2024 :

Après avoir répondu à une interview de Jeune Afrique le 23 avril dernier depuis sa cellule, Marafa Hamidou Yaya s’attendait, après sa prise de parole, à un durcissement de ses conditions de détention au Secrétariat d’État à la défense (SED), cette garnison qui abrite à la fois le quartier général de la gendarmerie et une prison annexe pour anciens membres du gouvernement et hauts commis du Cameroun. La suite a donné raison à l’ancien secrétaire général du président Paul Biya.

Les procédures de sécurité ont été renforcés à l’entrée du SED, où l’ex-ministre de l’Administration territoriale est détenu depuis 2012, condamné à vingt-cinq ans de prison ferme pour « complicité intellectuelle de détournement d’argent public ». Aux deux contrôles de gendarmerie habituels (un contrôle d’identité à l’entrée principale et un deuxième avec fouille à l’entrée de la prison annexe) s’est ajouté un check-point tenu par des éléments du Groupement spécial d’intervention (GSO), une unité d’élite de la police.

Marafa Hamidou Yaya craint de perdre la vue

Il faut donc montrer patte blanche une fois supplémentaire avant d’accéder au pavillon transformé en cellule de détention, où loge Marafa Hamidou Yaya et son voisin, Emmanuel Gérard Ondo Ndong, un ancien directeur général du Fonds spécial d’équipement et d’intervention inter-communale (Feicom), condamné à 30 ans de réclusion pour détournement d’argent public. Après la publication de l’entretien avec Jeune Afrique, quasiment tous les permis de communiquer délivrés aux visiteurs par le procureur ont été annulés.

Le cuisinier personnel de l’ancien secrétaire général a conservé son sésame et reste chargé d’apporter les repas du détenu au SED. En outre, un seul membre de sa famille peut encore lui rendre visite. Mais le flux des visiteurs a été drastiquement réduit : de passage au Cameroun, l’une de ses filles vivant aux États-Unis a été refoulée courant mai à l’entrée du lieu de détention.

Atteint d’un glaucome sévère, Marafa Hamidou Yaya a déjà perdu l’usage de l’œil droit. Il craint aujourd’hui pour son œil gauche. L’ancien secrétaire général de la présidence a adressé au président Paul Biya plusieurs demandes d’autorisation d’évacuation médicale. Elles sont longtemps restées sans réponse.

Selon les informations de Jeune Afrique, la présidence lui a proposé de faire venir un plateau technique et des médecins turcs pour que les soins appropriés lui soient prodigués dans un hôpital de la place. Craignant notamment pour les suites post-opératoires, le prisonnier a rejeté cette proposition.

Continue Reading

Afrique

Cameroun : Martin Mbarga Nguele lance le projet de production des titres identitaires en 48h

Published

on

Spread the love

Le délégué général à la Sûreté nationale a procédé le 19 juin 2024 à Yaoundé à la pose de la première pierre du Centre national de production des titres identitaires de la capitale.

Le Cameroun entame la modernisation de son système d’identification. Le pays lance les travaux d’exécution d’un projet visant à réduire le temps de délivrance des cartes nationales d’identité (CNI) de trois ans et plus à 48h. L’initiative mise en œuvre en partenariat avec le consortium germano-portugais INCM-Augentic, prévoit la production et la délivrance des CNI, des cartes de séjour, des cartes de résidents, des cartes de réfugiés, des cartes professionnelles de la police ou encore des cartes nationales d’invalidité en deux jours ou moins dans certains cas. la production de ces titres devrait commencer avant la fin de cette année 2024.

Pour y parvenir, selon le délégué général à la Sûreté nationale, Martin Mbarga Nguele, le projet dont le contrat a été signé le 13 mai 2024 prévoit au niveau central, la mise sur pied d’un centre principal de production à Yaoundé, un centre annexe à Douala dans la région du Littoral et à Garoua dans le région du Nord. Chacun de ces centres sera équipé de 25 postes d’enrôlement.

Le même projet dotera chaque département d’un centre d’identification comportant 15 à 20 postes d’enrôlement. Les postes d’identification logés dans des commissariats bénéficieront de la rénovation. L’initiative comprend aussi l’aménagement de nouveaux postes d’identification au sein des mairies. En tout, grâce à ce projet, le Cameroun se dotera de 543 postes d’identification qui vont sans doute résoudre la lenteur constatée dans la délivrance des CNI au Pays.

Continue Reading

Afrique

JO 2024 : La Côte d’Ivoire et le taekwondo, une passion Olympique

Published

on

Spread the love

Le taekwondo a rapporté trois des quatre médailles olympiques décrcohées par la Côte d’Ivoire, un succès pour cet art martial coréen introduit dans le pays en 1968. À Paris en France, les espoirs de médailles reposent sur les taekwondoïstes Cheikh Cissé et Ruth Gbagbi.

Sous la direction de Lucien Christian Kragbé, ceinture noire 6e dan, les jeunes s’entraînent à Koumassi, rêvant de suivre les pas de Cissé, médaillé d’or à Rio 2016. Varius, 16 ans, aspire à devenir champion olympique, inspiré par Cissé.

Kragbé, ancien footballeur devenu entraîneur de taekwondo, forme des champions depuis plus de vingt ans. Le taekwondo en Côte d’Ivoire a débuté avec le grand maître coréen Kim Young Tea en 1968, contribuant à la création de la Fédération ivoirienne de taekwondo en 1973.

Anzoumana Siaka rappelle que la Côte d’Ivoire a été pionnière en Afrique pour le taekwondo. Aujourd’hui, le pays compte 28 ligues, 355 clubs et 46 203 licenciés, dont 18% de femmes, selon une étude de 2020 de l’AFD.

Les succès de Cissé et Gbagbi à Rio ont multiplié les vocations et les licenciés, grâce aux réformes de professionnalisation et de démocratisation du taekwondo. Cet art martial est aussi perçu comme un outil éducatif, avec de nombreux cadres ivoiriens pratiquants.

Georges Mezi, premier entraîneur de Gbagbi, souligne l’importance des valeurs de respect et d’humilité inculquées aux jeunes. À Paris, Gbagbi et Cissé viseront de nouvelles médailles, accompagnés d’Astan Bathily, vice-championne d’Afrique en 2021 et 2023.

Continue Reading

Afrique

Classement FIFA : le Bénin fait un progrès très remarquable

Published

on

Spread the love

Le classement FIFA du mois de juin vient d’être dévoilé jeudi 20 juin, après les 3è et 4è journées des éliminatoires du Mondial 2026. Dans ce nouveau ranking, la sélection du Bénin a gagné des points remarquables.

Le Bénin gagne des points en Afrique et sur le plan mondial dans le classement FIFA de juin 2024

Le Bénin fait un bond très significatif dans le classement FIFA du mois juin 2024. Dans le classement mondial, le Bénin gagne six (06) précieuses places et quitte la 97è position pour occuper désormais la 91è. Même chose sur le plan continental, les Guépards du Bénin abandonne la 21è place pour monter à la 19è position.

Les poulains du coach Gernot Rorh doivent cette montée dans le classement FIFA à leur très belle performance lors de la dernière trêve où ils sont fait carton plein. En effet, les Guépards du Bénin battu le Rwanda (1-0) puis le Nigeria (2-1) dans le cadre des 3è et 4è journées des éliminatoires du Mondial 2026 zone Afrique.

A noter que le Maroc domine le classement africain et passe à la 12è place au plan mondial. Il est suivi par le Sénégal qui descend au classement mondial et est désormais 18è. En ce qui concerne le classement mondial, c’est l’Argentine qui règne en maître suivie de la France et de la Belgique.

Continue Reading

Afrique

Douala : Un gang de jeunes armés de machettes et de couteaux fait plusieurs blessés

Published

on

Spread the love

A Douala dans la nuit du 17 juin, un gang d’environ 20 jeunes armés de machettes et de couteaux a semé la terreur dans le quartier d’Antenne Bangoss, a appris Lebledparle.com.

Les témoins ont signalé que les assaillants masqués ont vandalisé des magasins, volé de l’argent et blessé plus de 10 personnes.

Les autorités enquêtent sur l’incident. Bien que certains aient soupçonné que le gang pourrait être les « microbes », un groupe criminel notoire de Douala, des témoins les ont identifiés comme des résidents du quartier voisin de Beedi.

La police et la gendarmerie recueillent des informations et recherchent des suspects sur les lieux.

Continue Reading

Afrique

Cameroun : des séparatistes incendient des taxis à Bamenda

Published

on

Spread the love

Des ennemis de l’armée imposent des couleurs de l’Etat fictif « Ambazonie » aux taxis alors que les autorités locales ont défini une autre couleur pour ces véhicules destinés au ramassage des habitants.

Depuis le début du mois de juin en cours, les chauffeurs de taxis de la ville de Bamenda, capitale régionale du Nord-Ouest, vivent et travaillent dans la terreur. Les séparatistes leur imposent une mesure contraire à celle édictée par des autorités locales. C’est que, leurs taxis doivent être peints en Blanc et Bleu couleurs du drapeau de l’Etat virtuel, et non plus en jaune, couleur exigée par les autorités.

Pour faire respecter leur ordre, des séparatistes brûlent des taxis peints en jaune dans la ville, un moyen de dissuader les autres et de les contraindre à se conformer. Le mardi 18 juin dernier, des conducteurs de taxis ont encore subi des violences. Au moins un taxi a été incendié et des coups de feu entendus.

Cependant, les forces de sécurité mettent en garde les conducteurs de taxis qui respectent l’exigence des séparatistes. En cas de couleurs bleu et blanc, le véhicule sera mis en fourrière. Résultat, la circulation connait des perturbations et les usagers sont en difficulté en journée comme la nuit.

Le préfet de la Mezam, Emile Simon Mooh, a interdit la circulation des mototaxis dans la ville de Bamenda entre 18h et 6h30. Une décision qui a fait l’objet de protestation de la part des séparatistes et qui rend la vie des conducteurs de motos difficile, selon ces derniers. Ceux de la commune de Bamenda 2è ont saisi le maire de leur commune pour qu’il plaide auprès du préfet afin que ce dernier lève l’interdiction de circuler la nuit.

Continue Reading

Afrique

Urgent : L’armée française va quitter la Côte d’Ivoire !!

Published

on

Spread the love

L’armée française va quitter la Côte d’Ivoire où elle tient une énorme emprise stratégique, le 43 Bima, à proximité de l’aéroport international Félix Houphouët-Boigny. Cette décision a été arrêtée et un calendrier pour son exécution est déjà connu. 

Fin de la présence militaire française en Afrique, l’Armée française va quitter la Côte d’Ivoire

La présence militaire française en Afrique connaît un tournant décisif. Afin de réduire la visibilité de ses forces armées françaises présentes sur le continent, Paris a décidé de diminuer drastiquement ses effectifs et de redéfinir le concept de ses bases pour créer un « commandement pour l’Afrique », selon Libération. Ce redéploiement stratégique, initié par le Président Emmanuel Macron, vise à éviter un retrait précipité ou contraint, comme ce fut le cas au Mali, au Burkina Faso et plus récemment au Niger.

D’ici 2025, les drapeaux bleu-blanc-rouge ne flotteront déjà plus au-dessus des bases militaires françaises dans ses pays puisque l’armée française va quitter la Côte d’Ivoire, le Sénégal, le Gabon et le Tchad. Ces installations seront gérées par les pays hôtes eux-mêmes, parfois partagées avec des soldats d’autres nations sous la forme de centres de formation ou elles seront simplement et purement évacuées. Cette réorganisation permettra de réduire significativement le nombre de militaires français encore présents en Afrique de l’Ouest et au Sahel qui vaut à la France une posture néocolonialiste.

L’objectif de cette nouvelle approche est double. D’une part, il s’agit de répondre aux attentes des populations locales et des gouvernements africains, souvent critiques vis-à-vis de la présence militaire française. D’autre part, cette stratégie permet de redéployer les forces vers des missions plus spécifiques et moins visibles, tout en maintenant une capacité d’intervention rapide si nécessaire.

Ce plan stratégique pourrait être remis en question par des changements de pouvoir politique, tant en France que dans les pays hôtes. Si les gouvernements locaux acceptaient cette nouvelle configuration, elle pourrait aboutir à une coopération militaire renforcée et plus équilibrée, respectueuse de l’idée de ce qu’aurait dû être la coopération entre la France et les pays africains, bénéfique pour la stabilité régionale.

Certains régimes, peu respectueux de la constitution des pays et qui comptent sur la France pour s’éterniser, devraient voir cette stratégie de l’Élysée d’un très mauvais œil. Ça serait pour ces régimes une sorte d’abandon en plein vol, ce qui ferait perdre à la France quelques amitiés au sommet des États africains. Mais Paris ne perdra pas sur toute la ligne. Elle perdra certes quelques amis dirigeants, mais elle en gagnera beaucoup de nouveaux amis au sein de l’opinion africaine, qui ne tolère plus du tout la présence de ses armées sur le sol et qui considère la France comme complice des régimes non constitutionnels.

À l’approche de la présidentielle de 2025, l’idée que l’armée française va quitter la Côte d’Ivoire avant l’échéance redistribuerait les cartes. 

Continue Reading

Afrique

La revue de presse camerounaise du jeudi 20 juin 2024

Published

on

Spread the love

Paul Biya offre une ambulance médicalisée aux pèlerins du Hadj 2024. A en croire Le Soir de ce matin, un véhicule flambant neuf répondant aux normes internationales a été mise à leur disposition pour la prise en charge sanitaire d’urgence. L’appareil a officiellement été remis aux représentants des pèlerins camerounais à Médine, dans le cadre du Hadj 2024, apprend-on.

Dans son point de ce matin, le bihebdomadaire Le Point s’intéresse au trafic aérien, et revient notamment sur les dénonciations du patronat camerounais faites à l’endroit de la compagnie aérienne française, Air France. « Vétusté des appareils, hausse constante du prix des billets d’avion, qualité déplorable du service clients, irrégularités de toute sorte, la compagnie aérienne française est en pleine turbulence. La sortie de Ngallé Bibehe, vient comme pour confirmer la peur du Gecam et des Camerounais. Et du coup, malmenés et exploités, les « Continentais » dénoncent une tromperie sur la marchandise et l’offre », peut-on lire.

La création des grandes entreprises stagne au Cameroun, nous apprend ce matin le quotidien L’Economie. Les statistiques comptant pour l’année 2023 récemment été publiées, sont à lire en page 3 du journal en kiosque ce matin.

« Commande publique : Le rôle de la Cdec dans le cautionnement des marchés publics », c’est l’information à lire dans les colonnes de Le Financier d’Afrique dans son édition en kiosque. En effet, explique-t-il, dans une lettre circulaire signée le 5 juin 2024, le ministre délégué à la présidence de la République chargé des marchés publics définit les modalités de cautionnement, de consignation et de conservation de cautionnement dans le cadre de la commande publique.

Le quotidien à capitaux publics parle de la production des cartes d’identité en 48 heures, et annonce que « le chantier est ouvert ». Le Délégué général à la Sûreté nationale, Martin Mbarga Nguele, a posé la première pierre du centre de production des titres identitaires de Yaoundé hier, au quartier Etoudi. Des travaux similaires, qui ont également démarré à Douala et Garoua, vont bientôt permettre aux citoyens d’obtenir leur carte nationale d’identité en un ou deux jours, peut-on lire.

Le journal de Georges Alain Boyomo Mutations nous plonge dans le sérail pour parler des « dossiers dormants ». Selon le constat fait par notre confrère, le Conseil supérieur de la magistrature, remaniement ministériel, opération épervier, crise Minsep – Fecafoot, sont entre autres questions brûlantes qui interpellent le chef de l’État.

« Scandale au Port Autonome de Kribi : Quand le Sectarisme et le népotisme dictent leur loi », titre le journal Libération Plus. Selon ce qu’on peut lire en sa page 3, le personnel du Port en eaux profondes de kribi « vit un véritable calvaire adossé sur l’incompétence et le régime d’une église réveillée où tous les adhérents bénéficient des postes de responsabilité aux détriments des employés compétents ». 

Covid 19/Paludisme/Vih-Sida/Tuberculose : Le rapport accablant du Fonds mondial. D’après le quotidien bleu, le principal bailleur de fonds du gouvernement annonce une réduction des financements. « Des dépenses suspectes et le non-respect des engagements financiers en sont les causes », apprend-on du quotidien Le Jour.

Continue Reading

Afrique

Lutte contre le paludisme, la tuberculose et le VIH/Sida : Le Minsanté contraint de payer près de 700 Millions de dépenses « non-conformes » au Fonds mondial

Published

on

Spread the love

C’est un rouleau compression du Fonds mondial pour la lutte contre le paludisme, la tuberculose et le VIH/Sida qui est quasiment lâché sur l’Etat du Cameroun. Après avoir annoncé la réduction de sa subvention au pays de Paul BIYA, l’instance mondiale réclame désormais de l’argent à l’Etat via le ministère que dirige le Malachie Manaouda.

Ce sont des fonds mis à la disposition de l’Etat du Cameroun via le ministère de la Santé publique. Et c’est à ce titre que le Fonds mondial demande des comptes au responsable de ce département. Mieux, le Fonds mondial demande que les fonds querellés lui soient rétrocédés.

Dans la lettre que Noah Zahrobsky, Gestionnaire de portefeuille principal, Gestionnaire des subventions du Fonds mondial au Cameroun, a envoyée à Malachie Manaouda le 11 juin dernier, il est clairement mentionné : « Le tableau en annexe 2 contient les détails des montants non-conformes identifiés par l’évaluation ponctuelle citée en objet ».

Plus concrètement, « le rapport de l’évaluation de la phase une a souligné un montant des dépenses potentiellement non-conformes de USD 1 395 648,69, notamment USD 1 095 055,86 en produits de la santé contribuant à la lutte contre le paludisme, et USD 300 592,83 en coûts de gestion d’approvisionnement et du stockage liés à ces produits », poursuit-il. Ce qui fait un montant d’environ 700 millions de francs CFA.

Et ce n’est pas tout : « Nous vous prions de bien vouloir noter que des montants additionnels pourraient être classifiés comme potentiellement non-conformes à la suite d’autres évaluations ponctuelles en cours », souligne-t-il.

A cet effet, « selon les directives du Fonds mondial, le MSP (ministère de la Santé publique), bénéficiaire principal (PR) de la subvention citée en objet mise en œuvre par le Programme national de lutte contre le paludisme (Pnlp), dispose à présent de soixante (60) jours (jusqu’au 11 août 2024), soit pour justifier les dépenses non-conformes, soit pour rembourser les montants au Fonds mondial dans leur totalité. Passé ce délai, ces dépenses seront classées non-conformes et feront l’objet d’une lettre de recouvrement sollicitant le remboursement de leur totalité », met-il en garde le Minsanté. En excluant que les fonds du Fonds mondial participent à ce remboursement.

« Dans l’hypothèse où le PR devait procéder au remboursement suite à la réception de la présente lettre, nous rappelons que les fonds servant au remboursement ne peuvent provenir des financements décaissés par le Fonds mondial dans le cadre d’un accord de subvention passé, présent ou future entre le Fonds mondial et l’Etat de la République du Cameroun / PR », recadre le Fond mondial.

En clair, la situation pourrait s’alourdir davantage pour Malachie Manaouda.

Continue Reading
Advertisement

Derniers Articles

Santé4 mins ago

Mycoses des aisselles : quels sont les traitements ?

Spread the love Les mycoses cutanées sont des affections très fréquentes de la peau, causées par des champignons microscopiques. Elles...

Sports9 mins ago

Euro 2024 permutations: What do England and Scotland need to qualify?

Spread the love If Scotland lose their final group match to Hungary, they will finish fourth and be eliminated. If...

International10 mins ago

Slovenia vs Serbia – Euro 2024: Live score, team news and updates after Serbia threaten to quit the tournament ahead of the match

Spread the love Worth mentioning in relation to the Serbian FA’s threat that both Albania and Serbia are facing UEFA...

Afrique17 mins ago

Sénégal : Première visite en France pour Bassirou Diomaye Faye

Spread the love Le Président sénégalais, séjourne depuis mercredi 19 juin 2024 à Paris en France après une série de...

France19 mins ago

La sophrologie est-elle efficace pour trouver le sommeil ? : Femme Actuelle Le MAG

Spread the love Nous avons un cadeau pour vous Créez un compte et inscrivez-vous à la newsletter Femme Actuelle pour...

France20 mins ago

l’ancien Premier ministre appelle à privilégier le Nouveau Front populaire au RN, des électeurs de droite s’indignent

Spread the love À droite, les réactions fusent depuis les déclarations de Dominique de Villepin. Mercredi 19 juin, l’ancien Premier...

Divertissements43 mins ago

Que signifie le smiley 🤕 ? Décryptage et usages courants

Spread the love La communication digitale s’est enrichie de nombreuses icônes expressives, et les émojis en font partie intégrante. Ils...

Afrique48 mins ago

Cameroun : Les conditions de détention de Marafa Hamidou Yaya se sont davantage détériorées au SED, selon Jeune Afrique

Spread the love En détention au Secrétariat d’État à la défense à Yaoundé, l’ancien Secrétaire Général de Paul BIYA Marafa...

Santé53 mins ago

toujours beaucoup de pluie sur la majeure partie de la France, deux départements en vigilance rouge

Spread the love GUILLAUME SOUVANT / AFP Un orage sur l’A28 au niveau de Neuille-Pont-Pierre, dans le centre de la France,...

Actualités1 hour ago

Access Denied

Spread the love Access Denied You don’t have permission to access “http://information.tv5monde.com/international/legislatives-devant-les-patrons-la-gauche-se-defend-le-rn-veut-rassurer-2726689” on this server. Reference #18.3a3e2217.1718883674.11ea4052 https://errors.edgesuite.net/18.3a3e2217.1718883674.11ea4052

International1 hour ago

French PM Attal pledges household finances boost ahead of legislative elections

Spread the love French President Emmanuel Macron’s centrist alliance would lower power bills, soften inheritance tax and link pensions to...

Sports1 hour ago

Sir Jim Ratcliffe: Man Utd co-owner says football regulator ‘won’t be good’

Spread the love Manchester United co-owner Sir Jim Ratcliffe is opposed to the introduction of a football regulator and says...

International1 hour ago

Last person to speak to Jay Slater claims he has been kidnapped and slams Spanish police for not taking hunt seriously as search for teenager missing on Tenerife enters fourth day

Spread the love The last person to speak to Jay Slater claims ‘something sinister is going on’ as fears he...

Afrique1 hour ago

Cameroun : Martin Mbarga Nguele lance le projet de production des titres identitaires en 48h

Spread the love Le délégué général à la Sûreté nationale a procédé le 19 juin 2024 à Yaoundé à la...

France1 hour ago

Qu’est-ce que l’arnaque à la tondeuse, qui fleurit chez les personnes âgées ? : Femme Actuelle Le MAG

Spread the love Nous avons un cadeau pour vous Créez un compte et inscrivez-vous à la newsletter Femme Actuelle pour...

France1 hour ago

la chanteuse rencontre une «mini adele» lors d’un concert à las Vegas (VIDEO)

Spread the love Lors d’une représentation à Las Vegas, une jeune admiratrice vêtue d’une mini-version d’une tenue emblématique d’Adele a...

Santé2 hours ago

Infection urinaire : quels sont les traitements ?

Spread the love La plupart des infections urinaires sont des cystites, dues au microbe Escherichia coli normalement présent dans l’intestin....

Afrique2 hours ago

JO 2024 : La Côte d’Ivoire et le taekwondo, une passion Olympique

Spread the love Le taekwondo a rapporté trois des quatre médailles olympiques décrcohées par la Côte d’Ivoire, un succès pour...

Santé2 hours ago

accusée d’être “bourrée de botox”, la fille de Johnny s’attire les foudres de la Toile

Spread the love Les filles de Johnny ont bien grandi ! À 19 et 15 ans, elles intriguent le public...

Actualités2 hours ago

Access Denied

Spread the love Access Denied You don’t have permission to access “http://information.tv5monde.com/international/attal-enjoint-aux-responsables-politiques-de-mettre-des-digues-face-lantisemitisme” on this server. Reference #18.3a3e2217.1718880013.1191a323 https://errors.edgesuite.net/18.3a3e2217.1718880013.1191a323

Advertisement

Trending