Connect with us

Santé

Lait et articulations : bonne ou mauvaise idée ?

Published

on

Spread the love

Depuis quelques années, des médecins soupçonnent les produits laitiers d’être à l’origine de nombreux maux, dont les troubles articulaires. Alors que la majorité du corps médical se rallie au (PNNS) qui recommande d’en consommer deux par jour en variant les produits (lait, yaourt, fromage blanc, fromages), des voix discordantes les accusent de favoriser des dysfonctionnements au sein de l’organisme et de générer de nombreuses pathologies. Contre toute attente, celles-ci ne se limitent pas à la sphère digestive, et des problèmes articulaires peuvent apparaître.

Justifiées ou pas, ces accusations finissent par semer le doute : « la relation entre lait et articulations constitue un sujet de questionnement chez nos patients », confient les Dr Catherine Hernandez et Jean-Paul Bernard, respectivement nutritionniste et rhumatologue aux thermes d’Aix-les-Bains. « Beaucoup arrêtent d’en consommer avec l’espoir d’atténuer leurs souffrances, au risque de se retrouver carencés. »

Est-ce que le lait et le lactose sont vraiment inflammatoires ?

D’emblée, le supposé rapport entre laitages et articulations laisse perplexe : comment la consommation de lait, de yaourt ou de fromage peut-elle avoir une répercussion sur les cartilages, les tendons ou les ligaments ? Dans le camp “antilait”, on incrimine son sucre (lactose), mais aussi ses protéines.

Le lactose est une molécule complexe, composée de galactose et de glucose. Pour être assimilée, elle doit être scindée en deux dans le tube digestif par une enzyme, la lactase. Celle-ci est présente chez les enfants jusqu’à 6-7 ans, puis disparaît à l’âge adulte chez 85 % de la population. Passé cet âge, nous n’en avons plus besoin, puisque notre alimentation est diversifiée.

« La plupart des adultes ne digèrent pas le lactose qui se retrouve comme un corps étranger dans le système digestif. Le lait est alors considéré comme un poison : ses différents composants provoquent des effets toxiques dans l’intestin et s’infiltrent à différents endroits du corps, dont les articulations, où ils génèrent des inflammations », explique-t-on à l’Association du Dr Jean Seignalet, l’un des premiers médecins à avoir mis en évidence le lien entre consommation de laitages et problèmes de santé.

Les protéines dans le lait de vache sont aussi montrées du doigt

Les détracteurs accusent aussi les protéines laitières, auxquelles nous ne serions pas adaptés. « Le lait contient des protéines spécifiques d’espèces qui ne sont pas interchangeables, alerte le Dr Jean-Pierre Poinsignon, rhumatologue. Lorsqu’on donne du lait de vache à un nourrisson, on le vaccine contre les maladies bovines ! Dès lors, on perturbe le système immunitaire. Or, sur un terrain génétique favorable, cette perturbation peut favoriser à l’âge adulte des maladies auto-immunes comme la polyarthrite, les rhumatismes… »

Le problème, c’est que rien n’a jusqu’à présent été prouvé et que ces allégations reposent non sur des preuves scientifiques, mais sur de simples constatations. Et là, on entend tous les sons de cloche ! « Après avoir conseillé de supprimer tout produit laitier, j’ai constaté chez une majorité de patients une amélioration des symptômes inflammatoires. Chez d’autres, les tendinites ont disparu », avance le Dr Poinsignon.

Le lait de vache, bon pour l’arthrose ? 

Selon une étude d’observation de l’American College of Rhumatology publiée en 2014, la consommation de lait aiderait à ralentir la progression de l’arthrose du genou chez les femmes. Une autre étude néerlandaise publiée en 2019 démontrait de son côté qu‘”une consommation plus élevée de produits laitiers entiers et de fromage hollandais, mais pas de lait, était transversalement associée à la présence plus faible d’arthrose du genou“. Des études supplémentaires mériteraient de creuser le sujet pour confirmer la tendance révélée par ces deux études. 

Produits laitiers et inflammation : aucune preuve scientifique

Cependant, les expériences ne s’avèrent pas toujours fructueuses : aucune étude ne montre que les produits laitiers sont néfastes pour les articulations. Il peut y avoir des personnes qui observent des symptômes. Ces personnes peuvent avoir une spécificité, mais cela n’a pas été démontré.

« En l’absence de preuves scientifiques, on ne peut se fier qu’à notre pratique clinique courante, j’ai donc réalisé une étude sur 60 de mes patients souffrant de troubles articulaires, détaille le Dr Hernandez. Il y en a 59 pour lesquels rien n’a changé et 1 dont la vie a été transformée. Mais on ne peut pas généraliser à toute la population. »

Dans le doute, la quasi-unanimité des médecins conseille, s’il y a des douleurs articulaires avérées,de supprimer tous les produits laitiers (vache, chèvre, brebis…), pendant trois à quatre semaines. « Dans le cas d’une amélioration, et seulement dans ce cas-là, il peut être intéressant de les exclure de son alimentation pour diminuer le supposé effet inflammatoire », conseille le Dr Catherine Serfaty, nutritionniste.

Faut-il éviter les produits laitiers si l’on a des problèmes d’articulations ?

Mais ne risque-t-on pas alors des carences en calcium ? Dans le camp “antilait”, on enfonce le clou : « le calcium laitier est peu assimilé par l’homme, souligne le Dr Poinsignon. De plus, en France, les apports recommandés sont gonflés : 900 à 1 200 mg par jour selon les types de population, alors que l’Organisation mondiale de la santé (OMS) les estime à 600 mg ! Une alimentation équilibrée, sans laitages, satisfait largement nos besoins sans craindre de carence ! ».

Dans le rang des “classiques”, on reste prudent : « supprimer les laitages expose à de nombreuses carences, souligne le Dr Catherine Hernandez. Et pas seulement en calcium, mais aussi en protéines, acides gras et vitamines. Pas question donc de ne plus en consommer sans raison valable ». Le Dr Catherine Serfaty renchérit : « sans produits laitiers, il est impératif de se supplémenter en calcium. Et d’augmenter la consommation d’aliments qui en sont riches. »

Advertisement
Click to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Santé

Mycoses des aisselles : quels sont les traitements ?

Published

on

Spread the love

Les mycoses cutanées sont des affections très fréquentes de la peau, causées par des champignons microscopiques. Elles peuvent toucher la bouche, le sexe, les ongles, le cuir chevelu ou… les aisselles. Le point sur les informations à garder à l’esprit au cas où vous seriez confronté(e) à cet ennemi fongique.

Mycose ou intertrigo sous les aisselles : quelles sont les différentes causes ?

La mycose peut être causée par deux champignons différents :

  • Les dermatophytes se développent au contact entre deux personnes, ou par la présence de squames de peau contaminée dans certains lieux ou sur des objets. Ils sont responsables de la teigne ;
  • Les Candida albicans et Malassezia sont des levures naturelles du corps qui provoquent des maladies en cas d’humidité, de macération (contacts répétés avec l’eau, transpiration…), d’irritation chronique, de mauvaise hygiène ou de certains traitements (antibiotiques, pilules contraceptives, immunosuppresseurs, corticoïdes…) ou de maladies (diabète, immunité faible…).

Les infections de la peau et des muqueuses à candida qui se développent dans les zones des plis du corps (plis des aisselles, des cuisses, de l’aine, des seins, des fesses…) sont parfois nommées intertrigo candidosique ou candidose des plis.

Comment attrape-t-on une mycose cutanée ? Est-ce contagieux ?

Oui, car la transmission des mycoses de la peau peut se faire par contact direct (lésions cutanées, etc.) ou indirect (sol, eau, serviettes, draps, serviettes, brosses à cheveux…). Souvent, le simple fait d’entrer en contact avec une personne déjà infectée et de gratter des parties non affectées de votre corps peut incruster le champignon dans votre peau !

Démangeaisons, brûlures, plaques rouges sous les aisselles… quels sont les symptômes ?

Comme pour la plupart des irritations cutanées, les symptômes courants associés aux mycoses des aisselles sont :

  • Des démangeaisons ;
  • Des sensations de brûlures ;
  • Des plaques rouges ;
  • Des écailles de peau sur les vêtements ou ailleurs ;
  • Une décoloration de la peau des aisselles ;
  • Une odeur musquée ou nauséabonde.

Dans le cas où la mycose est causée par un dermatophyte, l’éruption peut prendre une forme d’anneaux avec des bordures rouges et enflées.

Dans le cas d’infections à base de levures, un écoulement de liquide malodorant peut également accompagner les poussées.

Comment soigner un intertrigo sous les aisselles ? Quels sont les traitements ?

La façon la plus courante de traiter les mycoses des aisselles consiste à utiliser des produits antifongiques, disponibles en vente libre en pharmacie. Demandez conseil à votre pharmacien pour choisir le médicament le plus adapté à votre situation.

« Le traitement est toujours local, appliqué sur les zones de peau et muqueuses atteintes, par des médicaments sous forme de crèmes, liquides, poudres, ovules », précise un article de la Société française de dermatologie (source 1).

Ces traitements topiques doivent être appliqués plusieurs fois par jour pendant quelques semaines, et les écourter expose à des rechutes.

Si vous ne remarquez aucune amélioration de la mycose au bout d’une semaine, il est temps de consulter un médecin pour avoir un avis médical. Si le traitement topique n’est pas suffisant, le médecin pourra en effet prescrire un traitement antifongique par voie orale.

Comment prévenir la réapparition des champignons sur la peau ?

Afin de prévenir la réapparition de la mycose dans la région des aisselles ou autre zone avec des plis : 

  • Évitez de partager des serviettes, des vêtements ou des produits comme le déodorant roll-on avec d’autres personnes ;
  • Luttez contre l’humidité, garder la zone propre et sèche ;
  • Évitez les vêtements serrés et préférez les matières naturelles (coton, lin…) ;
  • Assurez-vous que les zones infectées par la mycose restent propres ;
  • Évitez de vous épiler jusqu’à ce que l’infection soit guérie ;
  • La toilette avec un savon alcalin peut parfois être utile, car le PH acide favorise la prolifération du candida, conseille la Société française de dermatologie.
Continue Reading

Santé

toujours beaucoup de pluie sur la majeure partie de la France, deux départements en vigilance rouge

Published

on

Spread the love

Un orage sur l’A28 au niveau de Neuille-Pont-Pierre, dans le centre de la France, mercredi 19 juin.
GUILLAUME SOUVANT / AFP Un orage sur l’A28 au niveau de Neuille-Pont-Pierre, dans le centre de la France, mercredi 19 juin.

GUILLAUME SOUVANT / AFP

Un orage sur l’A28 au niveau de Neuille-Pont-Pierre, dans le centre de la France, mercredi 19 juin.

MÉTÉO – Ne rangez pas les imperméables. De nombreux orages et des pluies parfois soutenues sont encore prévus jeudi 20 juin sur la majeure partie de la France, selon les dernières prévisions de Météo-France. Après une courte accalmie, la vigilance rouge fait d’ailleurs son retour en France avec deux départements en alerte pour les risques de crues : la Mayenne et le Maine-et-Loire.

Jusqu’alors en vigilance orange, après les fortes pluies récentes, ces deux départements restent aussi placés en vigilance orange pour risque de pluie-inondation et orages. Tout comme trois départements limitrophes, la Loire-Atlantique, l’Ille-et-Vilaine et la Sarthe. Météo France a également placé le Cher et l’Indre en orange à la mi-journée, pour risque de crue.

« En raison des fortes pluies de la nuit de mardi à mercredi et celle de la soirée de mercredi à jeudi, des débordements importants sont à prévoir sur le cours d’eau de l’Oudon (qui coule dans les deux départements, ndlr) notamment dans le secteur de Craon », précisait Météo France jeudi matin.

Et ceci alors que de manière générale, la France est à nouveau concernée ce jeudi par des risques d’« orages fortement précipitant » selon Météo France. Ils pourront « générer localement de forts cumuls de pluie le long de deux axes privilégiés : un premier remontant du Languedoc-Roussillon vers l’ouest Auvergne par plusieurs salves orageuses ; un second s’étirant dans l’après-midi et la soirée de jeudi partant de la Bretagne au Centre/Val-de-Loire en passant par les Pays-de-Loire. » Ce que confirme la carte de prévisions pour la fin de journée de jeudi.

Les prévisions météo pour le jeudi 20 juin.
Météo France Les prévisions météo pour le jeudi 20 juin.

Météo France

Les prévisions météo pour le jeudi 20 juin.

Le Sud-Est et la Corse toujours chauds

Seule la Corse restera au sec ce jeudi, mais sous un ciel souvent encombré et la chaleur s’accentuera. Dès le début de journée, de l’est du Languedoc et le nord de PACA jusqu’à Rhône-Alpes, le temps sera perturbé avec des pluies parfois orageuses souvent marquées. Les cumuls de pluie seront parfois importants. L’après-midi, les averses orageuses resteront fréquentes mais seront un peu moins généralisées. Le vent de sud sera parfois soutenu avec des rafales jusqu’à 80 à 100 km/h sur le relief du Massif central et des Alpes, 80 à 90 km/h sur la région lyonnaise.

De même dès le matin dans le Sud-Ouest de nombreuses averses orageuses circuleront et remonteront vers le Centre-Val-de-Loire et les Pays de Loire avant la mi-journée. Ces orages se maintiendront l’après-midi et les quantités d’eau seront localement fortes. Sur le reste de la moitié nord, les averses seront plus sporadiques mais parfois orageuses en matinée, elles deviendront plus fréquentes l’après-midi. Sur les bords de la Manche, la côte atlantique et la Côte d’Azur, le risque d’averses sera plus faible.

En termes de températures, au petit matin, on attendra entre 10 et 15 degrés de la Bretagne à la frontière belge, 14 à 19 degrés ailleurs, jusqu’à 18 à 22 degrés en bord de Méditerranée. La chaleur se fera encore ressentir dans le sud, avec des maximales qui atteindront encore 32 à 37 degrés en Corse, 29 à 32 degrés sur le sud de PACA. Mais elles seront en baisse ailleurs avec 20 à 25 degrés en général, localement 19 près de la Manche.

À voir aussi sur Le HuffPost :

Continue Reading

Santé

Infection urinaire : quels sont les traitements ?

Published

on

Spread the love

La plupart des infections urinaires sont des cystites, dues au microbe Escherichia coli normalement présent dans l’intestin. On parle de cystite aiguë simple lorsqu’il n’existe pas de risque de complications. Bénignes, les cystites simples doivent toutefois être prises en charge rapidement pour éviter des complications. En effet, en l’absence de traitement, la bactérie en cause peut coloniser les voies urinaires conduisant aux reins et favoriser la survenue d’une pyélonéphrite.

Comment soigner rapidement une cystite ? Que faire ?

En cas de symptômes d’infection urinaire, on recommande tout d’abord de boire beaucoup d’eau et se vider souvent la vessie pour éliminer les microbes. Un traitement par antibiotique en dose unique est recommandé en première intention.

Quel médicament antibiotique pour traiter l’infection urinaire ?

La molécule avec le plus d’avantages (tolérance, efficacité et peu d’induction de résistance aux antibiotiques) est la Fosfomycine trométamol. Elle se prend en une prise unique d’un seul sachet, après avoir vidé la vessie, si possible le soir au coucher et agit en quelques heures. Dr Manuel, médecin généraliste.

En deuxième intention, on recommande le pivmécillinam à raison de 400 mg 2 fois par jour pendant 3 jours, indique la Haute Autorité de santé (HAS) (source 1). Les autres antibiotiques ne sont pas indiqués dans ce traitement.

Des antibiotiques sans ordonnance peuvent être délivrés en pharmacie

Depuis juin 2024, les pharmaciens peuvent délivrer des antibiotiques sans ordonnance en cas de cystite aiguë non compliquée chez la femme. Cette délivrance est conditionnée à la réalisation par le pharmacien d’un test urinaire permettant de confirmer que la personne souffre bien de cette infection. Les antibiotiques concernés par cette délivrance sans ordonnance sont

  • des médicaments à base de fosfomycine
  • ou de pivmecillinam.

Combien de temps dure une infection urinaire ?

Les symptômes d’une cystite peuvent mettre deux à trois jours à disparaître après le début du traitement antibiotique, notamment en cas de traitement monodose. Certains signes d’alerte sont toutefois à surveiller.

Une infection urinaire chez un enfant, un homme, une femme âgée, une infection traînante ou accompagnée de fièvre et de douleurs lombaires nécessitent une consultation médicale rapide. Dr Manuel 

Comprendre la cause d’une cystite récidivante

Les infections urinaires récidivantes, bien que fréquentes et très inconfortables, sont dans la plupart des cas sans gravité. Cependant, leur cause doit être recherchée chez la patiente.

  • Si les récidives sont liées à une hydratation insuffisante, alors il faut boire davantage ; généralement 1,5 l d’eau supplémentaire par rapport à la quantité d’eau consommée habituellement, recommande l’Association française d’urologie (source 2) ;
  • Si elles sont liées à l’activité sexuelle, alors il faut penser à uriner après chaque rapport ;
  • D’autres causes peuvent être trouvées aux infections urinaires à répétition : une hygiène locale trop importante, des vêtements trop serrés, des modifications hormonales liées à la ménopause qui peuvent être responsables d’atrophie des muqueuses au niveau vaginal.

Une analyse des urines (ECBU= Examen cytobactériologique urinaire) permet de vérifier qu’il s’agit d’une infection urinaire à microbe habituel et sensible aux antibiotiques usuels. Dr Manuel

L’ECBU permet d’identifier la bactérie responsable de l’infection urinaire, puis de tester sa sensibilité aux antibiotiques par l’antibiogramme.

Comment prévenir efficacement l’infection urinaire ?

« Maintenant que l’infection urinaire a été éradiquée, il faut tout faire pour qu’elle ne revienne pas. Il est important d’uriner dès que le besoin se fait ressentir et de boire beaucoup, surtout en période chaude où une grande quantité d’eau ne passe pas par les reins mais s’évapore par la transpiration », insiste le Dr Manuel

Certains conseils de bons sens sont toujours utiles, souligne également l’Association française d’urologie :

  • aux toilettes, il est recommandé de toujours s’essuyer avec le papier hygiénique de l’avant vers l’arrière ;
  • concernant l’hygiène intime, les produits parfumés ou irritants sont à proscrire. Mieux vaut leur préférer des produits au pH neutre et limiter les toilettes intimes trop énergiques afin de ne pas déséquilibrer la flore intestinale ;
  • l’arrêt des spermicides, s’il y a lieu, est utile ;
  • des œstrogènes peuvent être proposés en application locale chez les femmes ménopausées après avis gynécologique, complète la HAS.

Enfin, des solutions naturelles existent pour prévenir et soigner la cystite.

La canneberge, un remède naturel pour prévenir la cystite

La canneberge ou cranberry (sous forme de jus ou compléments alimentaires) peut être utilisée pour prévenir l’infection urinaire : elle semble limiter la faculté des Escherichia coli à adhérer sur la muqueuse de la vessie et à provoquer des récidives infectieuses. Toutefois, son efficacité reste controversée.

« Les produits à base de canneberge pourraient aider à prévenir les infections urinaires qui provoquent des symptômes chez les femmes souffrant d’infections urinaires fréquentes, chez les enfants souffrant d’infections urinaires et chez les personnes ayant subi une intervention concernant la vessie », indique la conclusion d’une méta-analyse publiée dans la revue Cochrane en 2023 (source 3). « Toutefois, il est nécessaire de procéder à une évaluation plus approfondie dans le cadre d’essais contrôlés randomisés, bien conçus et enregistrés de manière prospective, afin de mieux déterminer qui, parmi les personnes souffrant d’infections urinaires, pourrait bénéficier des produits à base de canneberge », précisent les auteurs de l’étude.

Dix ans après ses dernières recommandations, l’Agence française de sécurité sanitaire des aliments (Anses), indique encore aujourd’hui que « l’efficacité de la canneberge dans la prévention des infections urinaires n’est à ce jour pas démontrée, mais l’Anses continue à suivre l’actualité scientifique sur cette question » (source 4).

Continue Reading

Santé

accusée d’être “bourrée de botox”, la fille de Johnny s’attire les foudres de la Toile

Published

on

Spread the love

Les filles de Johnny ont bien grandi ! À 19 et 15 ans, elles intriguent le public français. Le jeudi 20 juin, un documentaire qui leur est consacré, Jade et Joy : les secrets des filles Hallyday, va être diffusé à 21h10 sur NRJ12. Dans ce dernier, Michael-Sean Klemeniuk, l’ancien petit ami de Jade, fait de rares révélations sur les deux jeunes filles, ainsi que leur mère.

Laeticia, je trouve que c’est une mère formidable. […] Elle fait beaucoup pour ses enfants. […] Elle est là quand ses filles ne se sentent pas bien, elle essaye de tout faire pour que tout soit bien et parfait”, a-t-il notamment affirmé. Et s’il y a bien une chose qui préoccupe Laeticia Hallyday, ce sont les critiques que ses filles reçoivent sur les réseaux sociaux !

Laeticia Hallyday prend la défense de ses filles face aux critiques sur les réseaux sociaux

En effet, sous chacune de leurs publications, Jade et Joy Hallyday sont la cible des attaques. Ces dernières, à qui les internautes reprochent d’être trop “vulgaires”, pas “assez vêtues” ou “souriantes”, peuvent heureusement compter sur le soutien sans faille de leur maman. Pour ses filles, Laeticia Hallyday n’hésite pas à monter au front.

En novembre dernier, au micro de RTL, elle dénonçait : “C’est tous les jours sur les réseaux sociaux. J’essaie de les protéger comme je peux. On en parle beaucoup. Elles sont touchées, très atteintes. […] Cette violence est gratuite, cachée derrière un ordinateur. Avec des mots qui font mal, qui abîment, qui peuvent vous cabosser toute votre vie”.

crédit photo : Instagram

Joy Hallyday, 15 ans, violemment attaquée sur son physique sur Instagram

Malheureusement, cette prise de parole de la veuve de Johnny n’a pas suffi à mettre un terme aux attaques en ligne. Joy Hallyday en a d’ailleurs encore fait les frais suite à sa dernière publication Instagram. Sous la série de photos d’elle, sur lesquelles elle prend la pose comme n’importe quelle adolescente de son âge, les commentaires virulents se sont accumulés.

Triste à pleurer… Aucune classe… Que fait sa mère ? Il y a des limites !” ; “Pourquoi une telle provocation ? Pourquoi autant de vulgarité ?” ; “Narcissisme quand tu nous tiens” ; “Elle ne dégage que de la vulgarité, aucun respect pour son père”… Autant de remarques destructrices qui se multiplient par dizaines, voire centaines.

Accusée d’avoir abusé de la chirurgie esthétique, Joy Hallyday essuie toujours les mêmes critiques

D’autres encore estiment que Joy Hallyday aurait abusé de la ‘chirurgie esthétique’, sans même pouvoir en apporter la preuve. “15 ans et déjà bourrée de botox” ; “Tu t’es également refait faire la bouche ?” ; “Arrête toutes ces chirurgies, tu n’as pas besoin de ça” ; “Seins refaits, faux cils, bouche botoxée…”, les commentaires s’enchaînent. 

crédit photo : Instagram

Heureusement, certains internautes prennent la défense de Joy Hallyday : “Johnny voudrait son bonheur, elle a raison, elle profite de sa vie” ; “Joy, n’écoute pas les rageux qui aimeraient avoir ta jeunesse” ; “Que de méchanceté, regardez-vous” ; “Si vous aimez Johnny Hallyday, respectez ses filles !” Des soutiens encore trop rares face à l’afflux de haine…

Continue Reading

Santé

Le Haut Conseil pour le Climat change de président pour la première fois depuis sa création

Published

on

Spread the love

Jean-François Soussana, contributeur du GIEC et prix Nobel de la paix pour cela, prends la tête du Haut Conseil pour le Climat.
Forum Planet A 2019 Jean-François Soussana, contributeur du GIEC et prix Nobel de la paix pour cela, prends la tête du Haut Conseil pour le Climat.

Forum Planet A 2019

Jean-François Soussana, contributeur du GIEC et prix Nobel de la paix pour cela, prends la tête du Haut Conseil pour le Climat.

ENVIRONNEMENT – Pour la première fois depuis sa création, le Haut Conseil pour le Climat change de présidence. Avec ses 12 experts, cet organisme indépendant est chargé d’évaluer l’action climatique du gouvernement. Il avait été créé en 2018 par Emmanuel Macron pour renforcer l’ambition de la France sur le climat. Ces six dernières années, il a été dirigé par la climatologue franco-canadienne Corinne Le Quéré. L’experte passe désormais la main à un autre grand nom de la communauté scientifique : Jean-François Soussana.

Agronome de formation, Jean-François Soussana est spécialiste de la santé des sols et du changement climatique. Il est notamment connu pour avoir contribué aux rapports du GIEC, le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat dès 1998, et pendant plus de vingt ans.

Il a par ailleurs été récompensé pour son travail au sein du groupe d’expert par un prix Nobel de la Paix. En effet en 2007, les auteurs du 4e rapport du GIEC avaient été collectivement récompensés « pour leurs efforts de collecte et de diffusion des connaissances sur les changements climatiques et pour avoir posé les fondements pour les mesures nécessaires à la lutte contre ces changements ».

À cette époque déjà, le GIEC alertait sur une hausse de 1,8 à 4 °C de la température moyenne planétaire d’ici à 2100, et estimait que l’origine du réchauffement était « très probablement » liée à l’activité humaine. Des informations confirmées au fil des années, alors que le phénomène continue de se renforcer à cause des émissions de gaz à effet de serre.

Spécialiste du changement climatique et de l’agriculture

Jusqu’à présent, Jean-François Soussana occupait le poste de vice-président de l’Institut national de recherche pour l’agriculture, l’alimentation et l’environnement (Inrae). L’agriculture et le changement climatique sont en effet ses deux thèmes principaux d’expertise. Il a notamment mené dès les années 80 des travaux sur l’écologie des prairies, les cycles du carbone et de l’azote affectés par l’effet du changement climatique.

Il a ensuite « dirigé un laboratoire de recherche sur les écosystèmes et les changements globaux » au sein de l’Inra, devenu Inrae en 2020. À cette date, il devient vice-président de ce prestigieux institut de recherche, chargé des programmes internationaux, en particulier sur l’agriculture, les sols et le changement climatique, selon les sites du HCC et de l’Inrae.

Jancovici, Masson-Delmotte, et Tubiana maintenus

La fin de mandat de Corinne Le Quere marque aussi un renouvellement des membres du Haut Conseil pour le Climat. L’ingénieur Jean-Marc Jancovici, la climatologue Valérie Masson-Delmotte, l’artisane de l’accord de Paris Laurence Tubiana, sont maintenus à leurs postes. Mais quatre nouveaux scientifiques vont rejoindre le conseil à partir du 24 juin.

Parmi eux, deux anciens auteurs du GIEC : le professeur d’écologie Paul Leadley et le spécialiste de l’érosion côtière Gonéri Le Cozannet. Deux femmes rejoignent également le conseil : l’inspectrice générale des finances Selma Mahfouz et la directrice en France de l’ONG Transport & Environment, Diane Strauss.

Ce renouvellement marque « un nouveau départ » pour le Haut Conseil pour le Climat, s’est réjoui auprès d’AEF info le paléoclimatologue Jean Jouzel. Ses membres ne cachent pas leur ambition de faire évoluer l’organisme à l’avenir : Michel Colombier appelle de ses vœux une plus grande réactivité du Conseil et Valérie Masson-Delmotte plaide pour que le HCC publie un état des lieux des connaissances sur le climat, destiné « à l’ensemble de la société » et actualisé « de manière régulière ».

Ces dernières années, les rapports de l’organisme ont à plusieurs reprises rappelé le gouvernement à ses engagements. Ses conclusions ont notamment été citées par le Conseil d’État ou le tribunal administratif de Paris, qui ont tous deux condamné l’État pour inaction climatique.

À voir également sur Le HuffPost :

Continue Reading

Santé

Sport et alimentation | Santé Magazine

Published

on

Spread the love

Quel est le rôle de l’alimentation dans le sport ?

L’alimentation joue un rôle crucial dans le sport puisqu’elle influence directement les performances, la récupération, la santé générale, et la prévention des blessures.

En premier lieu, les aliments fournissent l’énergie nécessaire pour soutenir l’activité physique. En effet, la pratique d’un sport entraîne une dépense calorique plus ou moins importante, qui doit être prise en compte dans l’apport alimentaire.

  • Les glucides sont ainsi la principale source d’énergie pour les muscles. Les glucides simples à index glycémique (IG) élevé apportés par les produits sucrés et les fruits sont notamment importants pour apporter de l’énergie très vite assimilable juste avant l’effort ou pendant l’effort, tandis que les glucides complexes à IG bas apportés par les féculents permettent de constituer des réserves d’énergie qui pourront être puisées plus tard par l’organisme.
  • Les lipides quant à eux, apportés par les matières grasses sont importants pour les exercices d’endurance de longue durée.
  • « Les protéines enfin, sont essentielles pour la réparation et la construction des tissus musculaires endommagés pendant l’exercice » souligne Laura Martinez, diététicienne du sportif..

Les électrolytes (sodium, potassium, magnésium, calcium) sont nécessaires pour maintenir l’équilibre hydrique et la fonction musculaire et nerveuse. Certains micronutriments, comme les vitamines et les minéraux, jouent un rôle clé dans l’optimisation des performances sportives. Par exemple, le fer est crucial pour le transport de l’oxygène dans le sang, tandis que le calcium et la vitamine D sont essentiels à la santé osseuse.

Côté prévention, une alimentation équilibrée renforce le système immunitaire, réduit l’inflammation, et maintient la santé des os et des articulations, contribuant ainsi à prévenir les blessures liées à la pratique sportive.

Après le sport, une bonne alimentation après l’exercice contribue à une meilleure récupération. Les aliments glucidiques aident à reconstituer les réserves de glucose sous forme de glycogène dans le foie et les muscles, les protéines à réparer les muscles, et l’eau à réhydrater le corps.

On recommande notamment de consommer des glucides et des protéines dans les 30 à 60 minutes suivant l’exercice pour la réplétion glycogénique et la régénération musculaire. Laura Martinez, diététicienne du sportif.

Last but not least, une alimentation adaptée aide à maintenir un poids corporel optimal, ce qui peut améliorer l’efficacité et la performance athlétique. Les athlètes doivent équilibrer leur apport calorique avec leurs dépenses énergétiques pour éviter la prise ou la perte de poids excessive.

Nutrition du sportif : quelle est la bonne alimentation pour un sportif d’endurance ?

Les sports d’endurance, dits aussi sports cardio, tels que le vélo, la course à pied, la natation, le triathlon ou encore l’aviron, nécessitent un apport d’énergie prolongé et durable. Les courses sont souvent longues et intenses, et l’organisme a besoin de puiser du carburant le plus longtemps possible sous forme de glucides complexes. Il est en outre indispensable que les repas qui précèdent la course soient digestes, afin de limiter au maximum l’inconfort digestif qui peut entacher les performances.

Plus on se rapproche du jour J de la course, plus il faut augmenter la part de féculents (pâtes, riz, pommes de terre) et diminuer les fibres dans l’assiette. Le but est d’optimiser les réserves de glycogène et de faciliter au mieux le confort digestif. Laura Martinez.

Les protéines sont essentielles pour entretenir la masse musculaire et prévenir sa dégradation. Elles ont également un rôle secondaire, en contribuant à la formation de l’hémoglobine qui transporte l’oxygène vers les muscles. « Les quantités de protéines préconisées pour le sportif sont très variables en fonction du sexe, du type de pratique sportive, de son intensité, du nombre d’entraînement et des objectifs du sportif. Il est très difficile de faire une moyenne », souligne Laura Martinez. On recommande les protéines maigres (volailles, poisson, œufs, jambon blanc…) plus digestes et de meilleure qualité.

Les lipides, quant à eux, sont importants pour les sports d’endurance de très longue durée, au-delà de 4 heures d’efforts. Ils peuvent alors être pris en quantité modérée au repas qui précède la course, mais surtout lors des ravitaillements : fromage, oléagineux, purées énergétiques grasses… « Attention toutefois à la tolérance digestive ! Il est toujours souhaitable que les aliments pris en ravitaillement aient été préalablement testés par le sportif afin de s’assurer de leur digestibilité » souligne la nutritionniste.

Quels aliments éviter quand on fait du sport ?

En nutrition du sportif, l’un des points les plus importants pour optimiser son bien-être à l’effort et ses performances, est de limiter les aliments sources d’inconforts digestifs.

Il est difficile de faire une liste complète et universelle des aliments peu digestes, car c’est très variable d’une personne à une autre. Quand certains digèrent mal le muesli, d’autres le supportent très bien et en font leur petit-déjeuner type avant la séance de sport : il est essentiel de tester ses aliments hors épreuves de compétition. Laura Martinez.

« Néanmoins, certains aliments sont globalement peu digestes pour tout le monde ou presque : les fritures, la malbouffe d’une manière générale, les plats en sauce, les chips, pâtisseries, certains légumes tels que les crucifères (tous les choux), les topinambours, les artichauts, les aliments très épicés… » énumère la diététicienne, qui recommande globalement de ne pas tester de nouveaux aliments juste avant une course ou un match.

Enfin, l’alcool est formellement déconseillé les jours précédant un évènement sportif. En effet, il a tendance à déshydrater, et peut nuire à la coordination et à la performance physique. Il a également tendance à perturber le sommeil et à affecter la récupération.

Repas avant sport : faut-il manger avant le sport, et si oui, quoi ?

Le débat de savoir s’il faut faire du sport à jeun ou manger avant le sport divise les foules. « Comme souvent en nutrition, qui n’est pas une science exacte, il n’est pas possible de trancher sur cette question. Cela dépend du type de sport, de l’objectif du sportif et de sa plus ou moins bonne capacité à faire du sport à jeun », résume Laura Martinez. Globalement, on peut différencier deux cas de figure : d’une part la personne qui fait une activité physique principalement dans l’optique de perdre du poids, et d’autre part celle qui cherche la performance.

Régime pour maigrir

Lorsque l’on pratique une activité physique, l’organisme utilise dans un premier temps les glucides alimentaires passés dans la circulation sanguine, comme énergie pour subvenir à ses besoins. Dans un second temps, il utilise les réserves de glycogène stocké dans le foie et dans les muscles. Et enfin dans un troisième temps seulement, notre corps va puiser l’énergie nécessaire dans les réserves de graisse corporelle, en moyenne au bout de 20 minutes, et de façon majoritaire au bout de 3/4 d’heure. Théoriquement donc, lorsque l’objectif principal du sportif est de perdre de la masse grasse, l’idéal est de partir à jeun, afin de forcer l’organisme à puiser plus rapidement et plus efficacement dans les réserves de graisses.

Mais attention, tout le monde n’est pas capable de faire du sport à jeun. Quoiqu’il arrive je ne le recommande pas en cas d’effort intense et/ou prolongé. Jusqu’à 3/4 d’heure à intensité moyenne c’est possible, à condition que le pratiquant ne ressente pas de symptômes d’hypoglycémie ou de malaise bien entendu » Laura Martinez.

Pour performer

Pour optimiser ses performances sportives, l’athlète doit recharger au maximum ses réserves de glycogène musculaire et hépatique, et de glucose sanguin, ce qui signifie manger des glucides en quantité importante les derniers repas avant l’effort. « Partir à jeun risque donc de nuire aux performances, puisque l’organisme devra aller puiser les calories dont il a besoin dans ses réserves de graisses corporelles, ce qui lui demande plus d’énergie » détaille Laura Martinez. Mais là encore, tout dépend des habitudes et des tolérances de chacun. « Certains athlètes très bien entraînés préfèrent pratiquer à jeun car se sentent plus légers et en forme : il faut que chacun fasse selon ses habitudes et ses tolérances », résume la diététicienne.

Alimentation végétarienne et sport : par quoi remplacer la viande ?

Végétarisme, et même véganisme, ne sont pas du tout incompatibles avec une pratique sportive, même de haut niveau. Il est tout à fait possible de couvrir parfaitement ses besoins protéiques sans manger de viande et de poissons, et même en se limitant totalement aux protéines d’origine végétales pour les végans.

« Les végétariens pourront opter pour les œufs et les produits laitiers (fromage, fromage blanc, petits-suisses…), en plus des protéines végétales. Et les végans quant à eux, pourront miser sur les associations de céréales (riz, pâtes, semoule) et de légumineuses (lentilles, pois chiches, haricots rouges…) pour une complémentarité des acides aminés essentiels », explique Laura Martinez.
Et tous les substituts végétaux à la viande de type : tofu, tempeh, seitan, protéines de soja texturé… sont très bien assimilés par l’organisme.

L’importance de l’hydratation quand on fait du sport

Une bonne hydratation est indispensable pour maintenir la température corporelle, transporter les nutriments, et éliminer les déchets et toxines provenant de l’utilisation de l’énergie par les muscles.

Il est estimé qu’une déshydratation corporelle de 2 %, provoque une diminution des performances physique de 20 % en moyenne. Laura Martinez.

Pour éviter cela, on recommande en moyenne de boire 500 ml d’eau par heure d’effort, et même en l’absence de sensation de soif. « Ce chiffre est très variable selon le type d’effort, la température ambiante et le niveau de pertes sudorales du sportif » précise la diététicienne.

Les boissons énergétiques sont intéressantes pour les efforts longue durée, type trail, course à pied, triathlon, vélo… car elles permettent de fournir de l’énergie sous forme de glucose et de réintégrer les oligoéléments perdus lors de la transpiration. Elles peuvent être achetées en magasin de sport ou faites maison.

Continue Reading

Santé

Vladimir Poutine crispe encore un peu plus les États-Unis avec sa visite d’État au Vietnam

Published

on

Spread the love

Le président russe Vladimir Poutine et son homologue vietnamien To Lam lors d’une cérémonie de bienvenue devant le palais présidentiel à Hanoï.
GAVRIIL GRIGOROV / AFP Le président russe Vladimir Poutine et son homologue vietnamien To Lam lors d’une cérémonie de bienvenue devant le palais présidentiel à Hanoï.

GAVRIIL GRIGOROV / AFP

Le président russe Vladimir Poutine et son homologue vietnamien To Lam lors d’une cérémonie de bienvenue devant le palais présidentiel à Hanoï.

INTERNATIONAL – Sous le regard attentif de Washington. Après son passage remarqué par Pyongyang, le chef d’État russe Vladimir Poutine a poursuivi ce jeudi 20 juin sa tournée en Asie en faisant escale au Vietnam. Une présence russe qui a le don d’irriter au plus au point les Américains.

Partenaire de longue date du Vietnam, la Russie de Vladimir Poutine a débarqué à Hanoï pour une nouvelle rencontre sous le signe du renforcement des liens entre les deux pays. Avec un copier-coller pas loin d’être parfait de sa récente venue en Corée du Nord pour signer un accord de défense qui inquiète les Occidentaux, tout en tissant de nouveaux liens étroits entre Moscou et Pyongyang.

À Hanoï, Vladimir Poutine doit cette fois discuter de collaboration dans « les domaines commerciaux et économiques, scientifiques, technologiques et humanitaires », comme le rapportent les agences de presse russe.

Crispation américaine

Si cette venue est une manière pour Vladimir Poutine de renforcer le passé commun entre les deux pays, la présence de la Russie dans un État aux nombreux liens commerciaux avec les États-Unis ne doit rien au hasard. Et pour cause, les récents gestes de rapprochement entre le Vietnam et les États-Unis se sont finalement concrétisés en septembre 2023 par une visite du président américain Joe Biden. Ce qui avait permis la signature d’un accord diplomatique encore impensable quelques années plus tôt.

Comme le rapportent la BBC et The Guardian ce jeudi, cette démonstration du soutien diplomatique dont bénéficie une fois encore la Russie dans cette région est vécu par les Américains comme un risque de normalisation des « violations flagrantes du droit international » par la Russie. Mais surtout comme nouvelle tribune offerte au président russe de promouvoir sa guerre en Ukraine.

Il faut dire que le Vietnam, soucieux d’améliorer ses relations avec l’Occident, reste toutefois très discret sur le sujet de l’Ukraine. Une position singulière, mais surtout « équilibrée », que Vladimir Poutine a forcément souhaité saluer une fois arrivé sur place. La Russie et le Vietnam partagent aussi une lecture « similaire » de la situation en Asie-Pacifique, a-t-il souligné.

Une manière aussi pour Vladimir Poutine de tester la solidité de la stratégie diplomatique vietnamienne. Avec sa diplomatie dite « du bambou », le pays prône en effet une ligne particulièrement flexible et prudente. Ce qui lui permet de maintenir une distance égale entre les superpuissances rivales que sont la Chine (et la Russie) ainsi que les États-Unis.

Poutine place ses pions

De ce fait, la guerre en Ukraine n’a jamais provoqué de prise de position franche au Vietnam, malgré ses liens avec les États-Unis et le risque de sanction en cas de rapprochement trop sérieux avec les Russes. Il faut dire que Moscou a livré des armes à ses alliés communistes durant la guerre du Vietnam, et contribué pendant des décennies à la formation de nombreux cadres du Parti communiste vietnamien, à commencer par Nguyen Phu Trong, l’actuel secrétaire général que Vladimir Poutine doit rencontrer ce jeudi.

Aujourd’hui, la Russie continue de vendre au Vietnam une grande partie de ses armes et équipement militaires, dans un contexte de tensions en mer de Chine méridionale où Hanoï s’inquiète des visées expansionnistes de Pékin. Les questions de défense seront donc sur la table des discussions.

En accueillant Vladimir Poutine sur son sol alors qu’il est visé par un mandat d’arrêt de la Cour pénale internationale (CPI), Hanoï s’expose aussi au mécontentement de ses partenaires occidentaux. Bien que le Vietnam ne soit pas membre de la CPI.

Pour Poutine, cette visite a donc tout d’un test pour jauger jusqu’où il peut engager les discussions avec le Vietnam, sans s’attirer les foudres des autres puissances mondiales. Ce qui devrait se concrétiser par des accords sur le volet économique, en plus du volet défense. Avec des projets de coopération accrue dans le domaine de l’énergie, des technologies, de l’éducation et du tourisme.

À voir également sur Le HuffPost :

Continue Reading

Santé

Après une baignade dans ce lac français, une mère et sa fille souffrent de cloques géantes

Published

on

Spread the love

Les cloques sont impressionnantes. Dimanche 9 juin 2024, une mère et sa fille se promènent à Aix-les-Bains au bord du lac du Bourget en Savoie. Comme l’eau est trop froide pour une baignade, elles mettent seulement leurs jambes et leurs bras dans l’eau. La petite fille a également joué avec sa poupée au bord de l’eau. Le lendemain, le cauchemar commence. La mère et sa fille ressentent d’importantes démangeaisons et une sensation de brûlure comme le rapporte le Dauphiné Libéré. La mère de famille se rend rapidement à la pharmacie, elle pense alors souffrir d’une simple allergie.

Mais la situation empire rapidement et elles remarquent toutes les deux des cloques qui apparaissent sur leurs corps. Inquiète, la mère se rend aux urgences d’Aix-les-Bains. Elle reçoit une prescription pour une crème corticoïde et des médicaments contre les allergies. Les cloques ne disparaissent pas, au contraire elles augmentent et deviennent « gigantesques ». Elle consulte alors un dermatologue qui pense alors à une plante mais sans savoir laquelle.

La berce du Caucase la coupable ?

En voyant les cloques, des internautes émettent l’hypothèse d’une réaction liée à la berce du Caucase. Toutes les parties de cette plante sont toxiques, il est recommandé de ne pas la toucher. « Elle fleurit généralement à partir de la 3ème ou de la 4ème année. Ses fleurs sont blanches, disposées en ombelles de l’ordre de 50 cm de diamètre. Ses feuilles sont profondément découpées pouvant mesurer entre 50 cm et 1 m de diamètre. Ses tiges sont épaisses (+ de 10 cm d’épaisseur), creuses et souvent tachetées de pourpre », détaille l’Agence régionale de Santé d’Auvergne Rhône-Alpes. En cas de contact avec la plante, l’ARS recommande de laver la peau à l’eau froide avec un savon doux et d’éviter toute exposition au soleil. Si la peau rougie, il faut appliquer des compresses d’eau froide.

Après 48 heures, la mère ne parvient plus à marcher. Un dermatologue contacte le Samu, elles passent toutes les deux la nuit sous surveillance à l’hôpital de Chambéry mais l’équipe médicale n’est pas parvenue à identifier la cause de cette réaction cutanée.

Continue Reading

Santé

Mélenchon attaqué de toutes parts lors d’un rassemblement contre l’antisémitisme à Paris

Published

on

Spread the love

Le rassemblement contre l’antisémitisme organisé mercredi 19 juin à Paris a également été l’occasion d’offrir une tribune à certains détracteurs de Jean-Luc Mélenchon.
ALAIN JOCARD / AFP Le rassemblement contre l’antisémitisme organisé mercredi 19 juin à Paris a également été l’occasion d’offrir une tribune à certains détracteurs de Jean-Luc Mélenchon.

ALAIN JOCARD / AFP

Le rassemblement contre l’antisémitisme organisé mercredi 19 juin à Paris a également été l’occasion d’offrir une tribune à certains détracteurs de Jean-Luc Mélenchon.

POLITIQUE – Colère contre le leader insoumis. Réunies sur le parvis de l’hôtel de ville de Paris, des centaines de personnes se sont rassemblées ce mercredi 19 juin pour dénoncer la montée de l’antisémitisme en France après le viol choquant d’une jeune fille juive à Courbevoie. Un drame survenu samedi dernier qui a suscité l’indignation en France et en pleine campagne des législatives. Pas présent à ce rassemblement, c’est Jean-Luc Mélenchon qui en a fait les frais.

À l’appel du collectif Nous Vivrons, plusieurs personnalités étaient, elles, présentes au milieu des manifestants − un millier selon la police − venus dénoncer ce drame, en pleine « explosion » des actes antisémites depuis l’attaque du 7 octobre. Parmi eux, le ministre de la Justice Éric Dupond-Moretti, d’anciens ministres comme Jean-Michel Blanquer et Clément Beaune, le président du Crif Yonathan Arfi ou l’imam de Drancy Hassen Chalghoumi.

« Que les irresponsables politiques cessent d’attiser la haine en mettant une cible dans le dos des juifs ! », a rapidement lancé la présidente du collectif Sarah Aizenman, devant des manifestants arborant des pancartes « Violée à 12 ans parce que juive » ou « L’antisémitisme n’est pas résiduel » (en référence à une phrase publiée par Jean-Luc Mélenchon sur son blog, le 2 juin dernier : « Contrairement à ce que dit la propagande de l’officialité, l’antisémitisme reste résiduel en France. Il est en tout cas totalement absent des rassemblements populaires. »).

« Mélenchon en prison ! »

Les déclarations de Sarah Aizenman ont eu pour conséquences de provoquer de vives invectives à l’encontre du leader de La France insoumise. Ce dernier avait pourtant publié un message sur les réseaux sociaux dans la journée, se disant « horrifié par ce viol » de Courbevoie.

Comme le rapporte Le Monde, ces slogans à l’encontre de Jean-Luc Mélenchon étaient loin d’être amicaux devant la mairie de Paris. « Mélenchon en prison ! », a notamment scandé la foule à Paris. Le journal évoque d’ailleurs un rassemblement qui « a viré à l’expression de haine contre le leader » de LFI et ses alliés du nouveau Front Populaire.

Le Parisien rapporte aussi les mots du président du Crif, qui, en exprimant son « ras-le-bol du climat » antisémite en France a ensuite souhaité « nommer les responsables ». « Ce climat est nourri par les provocations de la France insoumise ! », a-t-il lancé sous un tonnerre d’applaudissements.

Après un accueil mitigé, Éric Dupond-Moretti, qui était venu montrer le soutien du gouvernement après le drame de Courbevoie, a lui aussi tapé sur le leader insoumis lors de sa prise de parole. « Après les mots incendiaires, il y a des incendies ! », a-t-il souligné, avant de cibler spécifiquement Jean-Luc Mélenchon.

« Chacun doit se souvenir des mots qui ont été prononcés il y a peu de temps : Yaël Braun-Pivet, dont on dit qu’elle est allée ’camper en Israël’, ou le fameux ’résiduel’, quand c’est une explosion d’actes antisémites en France », a-t-il déclaré, comme le rapporte Le Monde. Des attaques que le ministre a répétées sur X en accusant les autres membres du nouveau Front Populaire de « pactiser » avec lui « pour sauver leur gamelle ».

« L’extrême droite ne sera jamais un allié »

Si la France Insoumise, et plus largement le nouveau Front Populaire, en ont pris pour leur grade mercredi soir, une partie importante des manifestants étaient surtout venus dénoncer le viol qui a indigné la classe politique française.

« Tout viol est une abomination, quand il est commis en raison du judaïsme de la victime, c’est une horreur », a estimé le président de l’Union des étudiants juifs de France (UEJF) Samuel Lejoyeux. L’occasion pour certains participants de rappeler aussi le risque non négligeable de voir l’extrême droite propulsée aux portes du pouvoir les 30 juin et 7 juillet prochains. « Il faut lutter contre les deux extrêmes, sans compromission », a ainsi lancé le patron du Crif, avant d’être rejoint par Samuel Lejoyeux. « Ne soyez pas dupes : contre l’antisémitisme, l’extrême droite ne sera jamais un allié ! »

À Lyon, un autre rassemblement a réuni une centaine de personnes sur la place des Terreaux. Reprenant des slogans similaires, les manifestants ont aussi contesté La France insoumise, comme le rapporte une journaliste de l’AFP.

Ces derniers jours, l’impact du viol qu’aurait commis deux adolescents ne cesse de prendre de l’ampleur. Mis en examen mardi pour viol en réunion, menaces de mortes, injures et violences à caractère antisémite, les deux suspects âgés de 12 et 14 ans ont notamment été accusés par la victime, une jeune fille de 12 ans, de l’avoir traitée de « sale juive ».

À voir également sur Le HuffPost :

Continue Reading

Santé

Quels sont les différents types d’escalade ?

Published

on

Spread the love

   Autrefois réservée à une poignée de passionnés, l’escalade captive aujourd’hui des milliers de pratiquants. Comme nous l’explique Sophie Boëdec, médecin fédéral national de la Fédération française de Montagne et d’Escalade (FFME) et médecin du sport au CH de Saint-Nazaire, c’est un sport jeune qui a fait ses débuts aux Jeux Olympiques en 2021, à l’occasion des Jeux d’été de Tokyo. Plus qu’un simple sport, c’est même une véritable école de la vie : chaque ascension est un défi contre soi-même, un test de résilience et de détermination. Des murs artificiels aux falaises naturelles en passant par les compétitions de vitesse, cette activité se décline sous de multiples formes, offrant une diversité d’expériences et de sensations fortes. On fait le point.

En quoi consiste l’escalade de bloc ?

L’escalade de bloc est une forme d’escalade qui se pratique en extérieur sur des parois rocheuses naturelles ou en intérieur sur des parois artificielles. Contrairement à d’autres disciplines d’escalade, elle ne nécessite ni corde ni de harnais, puisque les murs sont généralement de faible hauteur (3 à 5 mètres – du moins en intérieur). Les blocs comportent une variété de prises, comme les réglettes, les plats, les arquées et les pinces qu’il faut utiliser pour se hisser au sommet.

« L’escalade de bloc est souvent considérée comme la discipline la plus technique et la plus explosive », note Sophie Boëdec. Dans la mesure où les blocs sont bas, les grimpeurs peuvent se concentrer sur des mouvements techniques et intenses sans avoir à se soucier des grandes hauteurs. Et la médecin de préciser : « Les blocs sont composés de ‘problèmes’, des itinéraires courts mais exigeants qui demandent de combiner force, équilibre, technique et stratégie ».

Quels sont les avantages du bloc ?

  • Quel que soit leur niveau, les grimpeurs n’ont pas besoin de corde, de harnais, de dégaines ou de matériel de protection. Moins d’équipement simplifie la logistique et réduit les coûts initiaux !
  • Les techniques de base sont relativement intuitives et faciles d’accès. Les grimpeurs n’ont pas besoin d’apprendre les techniques complexes de sécurité liées à l’assurage ou à l’utilisation de cordes, ce qui permet aux débutants de commencer à grimper rapidement.
  • Les salles d’escalade en bloc sont souvent situées en milieu urbain, ce qui les rend particulièrement accessibles. Elles permettent de grimper toute l’année, quelles que soient les conditions météorologiques !
  • L’escalade de bloc peut être pratiquée en solo, mais aussi en groupe. « Les grimpeurs échangent régulièrement des conseils et se soutiennent mutuellement », assure Sophie Boëdec.
  • Les problèmes sont relativement courts, ce qui permet aux grimpeurs de répéter les mêmes mouvements plusieurs fois, perfectionnant ainsi leur technique sans avoir à remonter une longue voie. Ils peuvent aussi être adaptés à différents niveaux, offrant des défis à la fois pour les débutants et les grimpeurs expérimentés. Les salles renouvellent d’ailleurs régulièrement leurs itinéraires, pour offrir de nouveaux défis aux grimpeurs.

Quels sont les inconvénients du bloc ?

Les grimpeurs apprennent progressivement à chuter et leurs chutes éventuelles sont systématiquement amorties par des crash pads (tapis de sol plus ou moins épais) placés aux pieds des blocs ou par la parade d’un co-équipier. Toutefois, les chutes fréquentes peuvent entraîner des blessures, notamment aux chevilles, aux poignets et aux doigts. « Ces dernières sont souvent liées à de mauvaises réceptions sur les tapis mais peuvent aussi être le fait d’une inexpérience ou d’une inattention », souligne Sophie Boëdec. Les mouvements explosifs sollicitent aussi fortement les tendons et les muscles, ce qui augmente le risque de tendinites et autres blessures de surutilisation.

Les grimpeurs débutants peuvent aussi être frustrés par certains problèmes techniques et stagner à un certain niveau. Les échecs répétés sont fréquents avant d’atteindre le succès, ce qui peut être démoralisant et affecter la motivation à long terme…

Les salles de bloc populaires peuvent être très fréquentées, surtout aux heures de pointe, ce qui peut limiter le temps de grimpe et augmenter les temps d’attente pour accéder aux problèmes. Des tensions peuvent apparaître lorsque plusieurs grimpeurs veulent s’essayer au même problème.

Les grimpeurs de bloc n’expérimentent pas les sensations et les défis associés aux grandes hauteurs que l’escalade de voie peut offrir. Par ailleurs, les sessions de bloc peuvent manquer de diversité par rapport aux longues voies qui offrent une progression continue et des variations de terrain.

Quel équipement pour les grimpeurs de bloc ?

Les grimpeurs de bloc doivent se sentir à l’aise dans leurs vêtements qui doivent permettre une grande liberté de mouvements. Seuls trois « accessoires » sont vraiment indispensables :

  • un ou plusieurs crash pads (tapis de chute portable) ;
  • une paire de chaussons d’escalade pour une meilleure adhérence sur les prises ;
  • et de la magnésie pour absorber la transpiration au niveau des mains, ce qui améliore l’adhérence sur les prises.

Mais d’autres équipements peuvent être utiles :

  • des bandes de maintien et de protection ;
  • une serviette ou un chiffon pour essuyer la sueur et la magnésie excessive ;
  • une brosse à prises utilisée pour retirer la poussière et la magnésie accumulées sur les prises ;
  • une trousse de premiers secours, toujours utile pour soigner les petites abrasions ou coupures ;
  • et une bouteille d’eau et des en-cas énergétiques pour rester hydraté(e) et maintenir un bon niveau d’énergie.

En extérieur, un couteau multifonction peut être utile dans diverses situations. Un guide ou topo d’escalade peut aussi être nécessaire pour repérer les voies et mieux cerner les niveaux de difficulté.

En quoi consiste l’escalade en voie ?

L’escalade en voie permet aux grimpeurs de progresser le long de parois rocheuses ou de murs artificiels relativement hauts (10 à 30 mètres, ou plus) en utilisant des cordes pour assurer leur sécurité. De fait, ce type d’escalade se pratique toujours à deux : un grimpeur et un assureur. Tous deux suivent des itinéraires (des voies) prédéfinis par des points d’ancrage fixes (broches ou plaquettes).

Concrètement, les grimpeurs utilisent une corde, des dégaines (ensembles de deux mousquetons reliés par une sangle), et un système d’assurage pour prévenir les chutes. Ladite corde est fixée au harnais du grimpeur et passe par les points d’ancrage pour limiter la distance de chute. On distingue deux techniques de progression :

  • la grimpe en tête : le grimpeur monte en fixant sa corde aux points d’ancrage avec des dégaines au fur et à mesure de sa progression. S’il tombe, il est arrêté par la dernière dégaine clippée ;
  • et la grimpe en moulinette : une corde est déjà installée en haut de la voie et passe par un ancrage, revenant jusqu’à l’assureur au sol. Ce dispositif minimise les risques de chute importante, car le grimpeur est toujours soutenu par la corde tendue !

Quels sont les avantages de la voie ?

  • Les voies sont équipées de points d’ancrage fixes, ce qui réduit le risque de chute importante par rapport à l’escalade en bloc.
  • Elles sont souvent plus longues que les problèmes de bloc, ce qui permet aux grimpeurs de travailler leur endurance musculaire et leur résistance cardiovasculaire sur des périodes prolongées.
  • Les voies offrent une grande diversité de niveaux de difficulté, ce qui permet aux grimpeurs de progresser à leur propre rythme et de choisir des défis adaptés à leur niveau de compétence.
  • L’escalade de voie permet aux grimpeurs d’explorer des sites de plein air et de profiter de la beauté de la nature, offrant une expérience immersive aux grimpeurs.
  • Elle permet de développer des compétences techniques variées, notamment l’équilibre, la force, la coordination et la stratégie, ce qui contribue au renforcement complet de notre corps. « Tous les groupes musculaires sont sollicités », rappelle Sophie Boëdec.

Quels sont les inconvénients de la voie ?

  • L’absence de partenaire peut empêcher la pratique de l’escalade en voie.
  • L’escalade de voie peut être physiquement exigeante, surtout lors de longues sessions ou de voies difficiles, ce qui peut entraîner une fatigue musculaire. La concentration et la gestion du stress pendant la grimpe peuvent aussi être fatigantes mentalement, surtout lors de voies difficiles ou exposées.
  • Les risques de glissade et de chute ne sont jamais nuls. Le danger survient surtout en cas de mauvaise manipulation de l’assurage ou en cas de défaillance de l’équipement.
  • L’équipement nécessaire pour pratiquer l’escalade de voie, notamment les cordes, les harnais, les chaussons d’escalade et les systèmes d’assurage, peut représenter un certain investissement initial. L’entretien et le remplacement régulier de l’équipement sont par ailleurs nécessaires pour garantir sa sécurité et sa durabilité !
  • Les conditions météorologiques telles que la pluie, le vent et le froid peuvent limiter la pratique de l’escalade en extérieur et entraîner des annulations de sortie (même s’il est possible de faire de la voie en intérieur).

Quel équipement pour les grimpeurs de voie ?

  • Des chaussons d’escalade conçus pour améliorer l’adhérence aux parois ;
  • Une corde dynamique pour absorber l’énergie des chutes et protéger les grimpeurs ;
  • Un harnais d’escalade, qui permet d’attacher le grimpeur à la corde ;
  • Des dégaines, utilisées pour clipper la corde aux points d’ancrage ;
  • Un système d’assurage pour contrôler la corde et ralentir la chute (mécanique ou auto-freinant) ;
  • Un sac de magnésie pour garder les mains sèches et améliorer l’adhérence aux prises ;
  • Un casque pour se protéger des impacts en cas de chute et des éventuelles chutes de pierres en extérieur.

Escalade libre, traditionnelle, grande voie… Les différentes formes d’escalade en voie

L’escalade en voie offre une grande diversité de pratiques, chacune avec ses propres techniques, équipements et défis : 

  • l’escalade libre ; 
  • l’escalade traditionnelle ; 
  • l’escalade de grande voie ; 
  • l’escalade mixte ; 
  • le psychobloc ; 
  • etc.

En quoi consiste l’escalade de vitesse ?

L’escalade de vitesse est une forme d’escalade compétitive qui permet aux grimpeurs de s’affronter pour atteindre le sommet d’une paroi standardisée le plus rapidement possible. Elle met l’accent sur la rapidité, la précision des mouvements et la concentration sous pression. Comme nous l’explique Sophie Boëdec, les compétitions se déroulent sur une voie spécialement conçue et standardisée, avec des prises fixes et une configuration identique pour tous les compétiteurs.

Vous l’aurez compris, les voies de vitesse sont donc verticales pour permettre une ascension rapide et fluide. Les grimpeurs utilisent des mouvements dynamiques et explosifs pour avancer rapidement le long de la voie. Ils portent une attention particulière au placement de leurs pieds et de leurs mains pour maximiser l’efficacité de leurs mouvements.

« Des crash pads sont parfois positionnés en bas des voies et les grimpeurs sont systématiquement assurés avec un enrouleur automatique ou un atelier poulie », souligne Sophie Boëdec. La Fédération française de Montagne et d’Escalade précise tout de même que l’enrouleur automatique est privilégié en compétition et préconise que les grimpeurs soient assurés par deux assureurs !

Quels sont les trois types d’épreuve en compétition ?

L’escalade de compétition a gagné en popularité ces dernières années, en particulier depuis son admission au sein des Jeux Olympiques de Tokyo en 2021. Les compétitions d’escalade se divisent en trois épreuves principales : la difficulté, le bloc et la vitesse. Chacune mobilise des compétences différentes et offre une expérience unique pour les grimpeurs et les spectateurs !

La difficulté

L’épreuve de difficulté consiste à grimper à vue sur une voie longue et complexe. Les grimpeurs disposent d’un temps limité pour atteindre le sommet de la voie, souvent fixé à une hauteur de 15 à 25 mètres. Chaque prise contrôlée rapporte des points, et le grimpeur qui contrôle la prise la plus haute gagne. Si plusieurs grimpeurs contrôlent la même prise, le temps mis pour atteindre cette prise peut servir à les départager. Vous l’aurez compris, cette épreuve demande non seulement de la force et de la technique, mais aussi une excellente gestion de l’endurance et une capacité à lire et à s’adapter rapidement aux mouvements complexes de la voie.

Le Bloc

L’épreuve de bloc se déroule sans corde sur des murs de 4 à 5 mètres de hauteur. Des tapis de protection sont installés sous les voies pour assurer la sécurité des grimpeurs en cas de chute. Ces derniers doivent résoudre plusieurs blocs d’escalade dans un temps limité et chaque bloc comporte une série de mouvements techniques et explosifs qui nécessitent à la fois force, agilité et stratégie. Les blocs sont notés selon le nombre d’essais nécessaires pour les compléter. Le grimpeur qui réussit à atteindre le sommet de chaque bloc en le moins d’essais possible obtient le meilleur score.

La vitesse

La vitesse est une discipline olympique à part entière. Vous l’aurez compris, il s’agit d’une course verticale au cours de laquelle les grimpeurs s’affrontent sur une voie standardisée de 15 mètres. L’objectif est simple : atteindre le sommet le plus rapidement possible. Les compétiteurs s’affrontent sur deux voies identiques et parallèles, ce qui permet des comparaisons directes des temps. Le but est simple : atteindre le sommet le plus rapidement possible – ou en tout cas avant son adversaire. « C’est sans doute l’épreuve la plus impressionnante : elle requiert une combinaison unique de force explosive, de précision et de technique de grimpe, car la moindre erreur peut coûter de précieuses secondes ». Le recordman actuel ? Samuel Watson, qui a gravi les 15 mètres de haut en 4,79 secondes le 12 avril 2024.

Continue Reading
Advertisement

Derniers Articles

Santé2 mins ago

Mycoses des aisselles : quels sont les traitements ?

Spread the love Les mycoses cutanées sont des affections très fréquentes de la peau, causées par des champignons microscopiques. Elles...

Sports7 mins ago

Euro 2024 permutations: What do England and Scotland need to qualify?

Spread the love If Scotland lose their final group match to Hungary, they will finish fourth and be eliminated. If...

International9 mins ago

Slovenia vs Serbia – Euro 2024: Live score, team news and updates after Serbia threaten to quit the tournament ahead of the match

Spread the love Worth mentioning in relation to the Serbian FA’s threat that both Albania and Serbia are facing UEFA...

Afrique15 mins ago

Sénégal : Première visite en France pour Bassirou Diomaye Faye

Spread the love Le Président sénégalais, séjourne depuis mercredi 19 juin 2024 à Paris en France après une série de...

France17 mins ago

La sophrologie est-elle efficace pour trouver le sommeil ? : Femme Actuelle Le MAG

Spread the love Nous avons un cadeau pour vous Créez un compte et inscrivez-vous à la newsletter Femme Actuelle pour...

France19 mins ago

l’ancien Premier ministre appelle à privilégier le Nouveau Front populaire au RN, des électeurs de droite s’indignent

Spread the love À droite, les réactions fusent depuis les déclarations de Dominique de Villepin. Mercredi 19 juin, l’ancien Premier...

Divertissements42 mins ago

Que signifie le smiley 🤕 ? Décryptage et usages courants

Spread the love La communication digitale s’est enrichie de nombreuses icônes expressives, et les émojis en font partie intégrante. Ils...

Afrique46 mins ago

Cameroun : Les conditions de détention de Marafa Hamidou Yaya se sont davantage détériorées au SED, selon Jeune Afrique

Spread the love En détention au Secrétariat d’État à la défense à Yaoundé, l’ancien Secrétaire Général de Paul BIYA Marafa...

Santé52 mins ago

toujours beaucoup de pluie sur la majeure partie de la France, deux départements en vigilance rouge

Spread the love GUILLAUME SOUVANT / AFP Un orage sur l’A28 au niveau de Neuille-Pont-Pierre, dans le centre de la France,...

Actualités1 hour ago

Access Denied

Spread the love Access Denied You don’t have permission to access “http://information.tv5monde.com/international/legislatives-devant-les-patrons-la-gauche-se-defend-le-rn-veut-rassurer-2726689” on this server. Reference #18.3a3e2217.1718883674.11ea4052 https://errors.edgesuite.net/18.3a3e2217.1718883674.11ea4052

International1 hour ago

French PM Attal pledges household finances boost ahead of legislative elections

Spread the love French President Emmanuel Macron’s centrist alliance would lower power bills, soften inheritance tax and link pensions to...

Sports1 hour ago

Sir Jim Ratcliffe: Man Utd co-owner says football regulator ‘won’t be good’

Spread the love Manchester United co-owner Sir Jim Ratcliffe is opposed to the introduction of a football regulator and says...

International1 hour ago

Last person to speak to Jay Slater claims he has been kidnapped and slams Spanish police for not taking hunt seriously as search for teenager missing on Tenerife enters fourth day

Spread the love The last person to speak to Jay Slater claims ‘something sinister is going on’ as fears he...

Afrique1 hour ago

Cameroun : Martin Mbarga Nguele lance le projet de production des titres identitaires en 48h

Spread the love Le délégué général à la Sûreté nationale a procédé le 19 juin 2024 à Yaoundé à la...

France1 hour ago

Qu’est-ce que l’arnaque à la tondeuse, qui fleurit chez les personnes âgées ? : Femme Actuelle Le MAG

Spread the love Nous avons un cadeau pour vous Créez un compte et inscrivez-vous à la newsletter Femme Actuelle pour...

France1 hour ago

la chanteuse rencontre une «mini adele» lors d’un concert à las Vegas (VIDEO)

Spread the love Lors d’une représentation à Las Vegas, une jeune admiratrice vêtue d’une mini-version d’une tenue emblématique d’Adele a...

Santé2 hours ago

Infection urinaire : quels sont les traitements ?

Spread the love La plupart des infections urinaires sont des cystites, dues au microbe Escherichia coli normalement présent dans l’intestin....

Afrique2 hours ago

JO 2024 : La Côte d’Ivoire et le taekwondo, une passion Olympique

Spread the love Le taekwondo a rapporté trois des quatre médailles olympiques décrcohées par la Côte d’Ivoire, un succès pour...

Santé2 hours ago

accusée d’être “bourrée de botox”, la fille de Johnny s’attire les foudres de la Toile

Spread the love Les filles de Johnny ont bien grandi ! À 19 et 15 ans, elles intriguent le public...

Actualités2 hours ago

Access Denied

Spread the love Access Denied You don’t have permission to access “http://information.tv5monde.com/international/attal-enjoint-aux-responsables-politiques-de-mettre-des-digues-face-lantisemitisme” on this server. Reference #18.3a3e2217.1718880013.1191a323 https://errors.edgesuite.net/18.3a3e2217.1718880013.1191a323

Advertisement

Trending