Connect with us

Actualités

Le gouvernement veut que les prix du carburant ‘baissent plus vite’ | TV5MONDE

Published

on

La ministre de la Transition énergétique Agnès Pannier-Runacher a réitéré mardi ses appels aux distributeurs pour que les prix du carburant “baissent plus vite”, et reflètent “au plus proche” le recul des cours internationaux du pétrole.

“Je l’ai dit aux ditributeurs de carburants: le prix à la pompe doit refléter au plus proche celui sur les marchés internatinaux du pétrole, qui sont aujourd’hui à la baisse”, a notamment déclaré la ministre, interrogée par CNews.

Les cours du pétrole brut oscillent depuis début mai autour de 70-75 dollars le baril, retrouvant des niveaux qui n’avaient plus été atteints depuis le début de la guerre en Ukraine en février 2022.

“Le prix baisse à la pompe, mais il ne baisse pas assez vite”, et pas aussi vite que “dans d’autres pays (…), nous souhaitons qu’il baisse plus vite”, a ajouté la ministre.

Advertisement

Vendredi, sur son compte Twitter la ministre avait indiqué avoir “demandé aux distributeurs de répercuter au plus vite la baisse sur les prix à la pompe”, jugeant “inacceptable que les entreprises augmentent leurs marges sur le dos des Français”.

“Et si les blocages ont eu un impact sur les coûts, que cela soit communiqué en transparence”, avait-elle ajouté, en référence aux mouvements sociaux dans l’énergie contre la réforme des retraites.

“Il est tout à fait réel que les blocages des raffineries et des mouvements sociaux de ces dernières semaines ont un impact sur les prix du carburants, puisque cela a suscité des coûts supplémentaires d’approvisionnement”, a-t-elle précisé mardi.

Selon Agnès Pannier-Runacher, le ministre de l’Economie et des Finances Bruno Le Maire aura l’occasion de “rediscuter” de ce sujet “avec l’ensemble des distributeurs dans le cadre la réunion sur la lutte contre l’inflation”, prévue jeudi.

Advertisement
Advertisement
Click to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Actualités

Adrien Quatennens, un retour médiatique mais pas nécessairement en grâce | TV5MONDE

Published

on

Le député insoumis Adrien Quatennens a effectué un retour sur les plateaux de télévision remarqué après plus d’un an d’abstinence médiatique, sans que cela permette de totalement redorer son image après sa condamnation pour violences conjugales.

“Je sors mon joker”, balaie une membre de la direction de La France insoumise quand on évoque les apparitions du député du Nord. Signe que les questions autour de sa personne ne sont pas indolores au sein de LFI, formation politique qui se veut à la pointe sur les questions liées au féminisme.

Son retour dans les médias “n’a pas été débattu au sein du groupe”, regrette un autre député insoumis, qui assure que caméras ou non, Adrien Quatennens “est sorti du jeu politique et qu’il n’y a que lui qui ne le voit pas”.

Le député de 33 ans a été condamné en décembre 2022 à quatre mois de prison avec sursis par le tribunal correctionnel de Lille pour des violences envers son ex-épouse.

Advertisement

Surtout, dès le lendemain de sa condamnation, il avait adopté lors d’un long entretien sur BFMTV un ton offensif, ce qui lui avait été reproché par beaucoup d’élues féministes de sa propre famille politique.

“J’ai payé bien assez cher sur tous les plans. Je ne céderai pas”, avait-il notamment déclaré, dénonçant un “lynchage médiatique”.

De quoi “inverser le rapport agressée/agresseur”, avait déploré à l’époque la députée LFI Danielle Simonnet.

Mardi 6 février, lors de sa première apparition télévisée après plus d’un an de diète, Adrien Quatennens a dit sur France 2 “regretter” “d’avoir mal compris à l’époque que certains mots pour ma défense étaient mal choisis”.

“Aujourd’hui, je ne les redirais pas”, a ajouté celui qui était longtemps considéré comme l’héritier de Jean-Luc Mélenchon.

Advertisement

Mais ce mea culpa n’est pas suffisant pour la députée insoumise Clémentine Autain, qui avait déjà estimé l’année dernière que le délai de quatre mois pendant lequel son collègue avait été éloigné du groupe LFI à l’Assemblée était “trop court”.

“Il y a eu toute une séquence qui n’a pas été correctement conduite”, a-t-elle estimé lundi soir sur France 5, estimant que “son retour ne peut pas se passer dans les conditions qu’on aurait pu souhaiter”.

“Député qu’on ne peut intimider”

“Je n’ai pas pour habitude d’éviter ce sujet, même si j’espère qu’on ne m’y renverra pas sans cesse”, a prévenu mercredi 14 février sur RTL celui qui a perdu avec ce scandale son poste de coordinateur de La France insoumise.

Et sur BFMTV dimanche, Adrien Quatennens est allé plus loin pour justifier sa réintégration dans l’espace médiatique: “Il y a beaucoup de Français qui souhaitaient mon retour”.

Une prestation globale qui a, semble-t-il, beaucoup plu au leader insoumis Jean-Luc Mélenchon. Celui qui avait défendu bec et ongles son protégé au moment du scandale a félicité sur X “un député qu’on ne peut intimider et qui maîtrise ses dossiers sur le bout des ongles”.

Advertisement

“Adrien ne s’était jamais caché qu’il avait l’intention de reprendre la parole après avoir effectué le travail qu’il avait besoin de faire”, indique à l’AFP Matthias Tavel, proche de Jean-Luc Mélenchon, soulignant que l’élu du Nord “a manifestement appris de son erreur”.

Même s’il est resté actif sur les réseaux sociaux, Adrien Quatennens se fait plutôt discret à l’Assemblée nationale, où il avait repris la parole dans l’hémicycle en février 2023 après y avoir effectué son retour en tant que non-inscrit.

En août dernier, lors des premières universités d’été du mouvement de gauche radicale depuis sa condamnation, il n’avait pris la parole, discrètement, que lors d’un atelier, se contentant le plus souvent d’écouter les prises de parole des autres figures insoumises depuis le public.

Là, il avait pu constater que sa cote de popularité n’avait pas entièrement sombré, notamment auprès des militants plutôt âgés et masculins qui pouvaient se prendre en photo avec lui.

Advertisement
Continue Reading

Actualités

Attal donne des gages aux agriculteurs avant le Salon, où Macron est attendu de pied ferme | TV5MONDE

Published

on

Après les annonces du Premier ministre Gabriel Attal mercredi, les agriculteurs qui manifestent depuis plus d’un mois espèrent que le président de la République s’engagera, samedi au premier jour du Salon de l’agriculture, pour concrétiser rapidement les multipes engagements gouvernementaux.

Le Premier ministre a récapitulé les dizaines d’engagements et chantiers déjà lancés, et annoncé des mesures sur les visas de saisonniers étrangers, sur les pesticides ou encore sur la rémunération. Mais il semble avoir laissé sur leur faim les agriculteurs, focalisés sur l’intervention à venir du chef de l’Etat.

“Il y a des choses qui bougent, des marqueurs qui commencent à tendre dans le bon sens (mais) il faut des actes”, a réagi le président des Jeunes agriculteurs, Arnaud Gaillot. “A l’heure actuelle, tout est dans les mains du président (Emmanuel Macron)”, a-t-il dit, appelant celui-ci à “casser la baraque” samedi.

L’agriculture, a dit M. Attal, fait partie “des intérêts fondamentaux” de la Nation au même titre que sa sécurité ou sa défense. “L’objectif de souveraineté agricole et alimentaire” sera inscrit “noir sur blanc” dans le futur projet de loi d’orientation agricole, a-t-il promis.

Advertisement

Le texte, renommé Projet de loi pour une agriculture souveraine selon un communiqué de Matignon, comprendra aussi plusieurs mesures de simplification, une revendication forte des manifestants, sur les haies, par exemple.

Pour simplifier la vie des exploitants, le Premier ministre s’est aussi engagé à “faciliter” l’attribution de visas pour que les saisonniers étrangers viennent travailler dans les fermes françaises.

Sur les pesticides, la France va abandonner l’indicateur qu’elle utilise actuellement pour mesurer la réduction de leur usage, le Nodu, défendu par les associations environnementales mais contesté par le syndicat agricole majoritaire FNSEA et l’industrie des pesticides.

Le gouvernement va présenter d’ici l’été un nouveau texte de loi pour “renforcer le dispositif Egalim” devant permettre une meilleure rémunération des producteurs dans le cadre des négociations entre distributeurs et fournisseurs agro-industriels, a annoncé M. Attal.

Selon un décompte du gouvernement, sur 62 engagements pris, 50% sont réalisés, 31% sont “avancés” et 19% “engagés”.

Advertisement

Objectif Salon

Le syndicat majoritaire, la FNSEA a salué des “avancées certaines” mais s’en remet lui aussi à M. Macron pour engager le gouvernement sur un calendrier rapide et clair.

La présidente de la Coordination rurale, deuxième syndicat du secteur, Véronique Le Floc’h, a regretté que le Premier ministre n’ait pas annoncé une “année blanche”, avec suspension des remboursements des prêts pour soulager la trésorerie des agriculteurs.

Inscrire la souveraineté agricole et alimentaire dans la loi avec l’objectif de produire plus, “de quoi parle-t-on?”, s’est-elle interrogée. “Avant de produire plus, on veut savoir combien on va gagner.”

Sur le terrain, des agriculteurs ayant suivi l’intervention du Premier ministre à distance ont aussi fait part à l’AFP de leur circonspection.

“Ça fait beaucoup d’engagements mais combien vont être tenus jusqu’au bout ?”, demande Romain Duteil, 25 ans, éleveur de bovins dans l’ouest de la Creuse. “On se fait un peu balader depuis quelques semaines et, après le Salon, on ne parlera plus de nous. Il faut de vraies répercussions sur le compte en banque.”

Advertisement

Pour Grégoire Bouilliant, producteur de grandes cultures dans le Vexin, les annonces relèvent encore de “la mesurette”. “Notre cher président n’a pas compris le message qu’on lui a envoyé, on va malheureusement le rappeler à l’ordre dans quelques jours”, a-t-il prédit.

“Une fois de plus rien n’est annoncé sur le soutien des trésoreries et ce qui est dit sur la loi Egalim ne changera pas le prix du blé pour les céréaliers”, a aussi réagi Orian Massaglia, secrétaire général des JA du Gers.

Comme un rappel du début du mouvement, 70 km de l’autoroute A62 sont fermés à la circulation entre Agen et Montauban en raison d’un blocage par une poignée de manifestants.

Actions dans des supermarchés pour y dénoncer la vente de produits étrangers, retour de tracteurs sur les routes et les ronds-points, fumier déversé à Nancy devant plusieurs bâtiments administratifs: la tension reste palpable.

Pour peser jusqu’au bout, les deux syndicats majoritaires, FNSEA et Jeunes agriculteurs (JA), ont prévu à Paris vendredi soir un “cortège” d’agriculteurs emmenés par quelques tracteurs et se terminant devant les portes du Salon. Plusieurs d’entre eux pourraient camper jusqu’à la venue du président Macron. Celui-ci serait ouvert à l’idée d’un débat avec des agriculteurs, peut-être une table-ronde, selon Arnaud Gaillot.

Advertisement

La Coordination rurale a prévu aussi une manifestation vendredi à Paris.

M. Attal a rappelé qu’il ne souhaitait pas que le Salon de l’agriculture devienne “l’otage” des responsables politiques et a proposé de nouveau à Marine Le Pen de débattre avec lui de ces questions.

Ce que la cheffe de file des députés RN a refusé mardi soir. “Ça montre manifestement qu’elle n’est pas très à l’aise sur ces questions-là et qu’elle a peur que ça se voie”, a commenté le Premier ministre.

Continue Reading

Actualités

Avant le Salon de l’agriculture, les Ecologistes ‘droits dans leur bottes’ sur le terrain | TV5MONDE

Published

on

A quelques jours du Salon de l’agriculture, les Ecologistes s’affichent comme “les meilleurs alliés des agriculteurs” et se disent “droits dans leurs bottes” en multipliant les visites dans les fermes, défendant leurs propositions “construites depuis des années” bien avant la colère paysanne de janvier.

Aisne, Essonne, Cher, Limousin, Aveyron: la patronne des Ecologistes Marine Tondelier enchaîne les visites d’exploitations, mais le répète: ces déplacements étaient prévus avant la mobilisation des agriculteurs, se plaignant de crouler sous les normes et de ne pas gagner assez bien leur vie.

Les Verts, opposés à une agriculture productiviste, à l’emploi de pesticides et aux méga-bassines, sont souvent désignés comme les ennemis du monde paysan, et ont été particulièrement ciblés pendant la crise, notamment par le gouvernement.

Marine Tondelier souligne au contraire que les écologistes ont “beaucoup de convergences avec les agriculteurs, mais pas que des convergences, c’est vrai, et pas avec tous les agriculteurs”.

Advertisement

“On voulait confronter nos visions et nos inquiétudes”, a-t-elle expliqué mardi, chaussée de bottes dans une exploitation maraîchère de Bourges, avec les eurodéputés Benoit Biteau et Claude Gruffat.

Face à elle, Aurélien Chartendrault, de la ferme Beauregard, une exploitation bio au cœur de la ville.

Se sont ajoutés des agriculteurs de la Confédération paysanne, syndicat proche du mouvement écologiste, venus lui faire part de leur “stupeur” après l’annonce du gouvernement d’une “pause” du plan Ecophyto de réduction des pesticides.

“C’est une marche arrière de plusieurs années”, se désole l’un d’eux, jugeant que les mesures annoncées vont “permettre aux gros exploitants de survivre. Nous les petits maraîchers, on va disparaître”.

Pour Marine Tondelier, elle-même petite-fille de paysan, “la vraie détresse est sur la question des revenus”.

Advertisement

Le gouvernement a fait une “offrande”, une “victime expiatoire”, avec le plan Ecophyto, mais “ça ne va rien résoudre. C’est l’écologie qui a pris une balle et ça va nuire à tout le monde”, a-t-elle expliqué, avant d’aller grignoter nature quelques feuilles de salades et d’épinard. “On m’appelle le lapin”, sourit-elle.

La dirigeante écologiste n’est pas toujours en terrain conquis. Dans l’Aveyron, elle sera reçue vendredi par un éleveur de la Coordination rurale, organisation avec laquelle elle avait eu maille à partir l’an passé lors d’une visite chahutée dans le Lot-et-Garonne.

“Beau cadeau”

Mercredi, l’écologiste rencontre aussi le patron du syndicat majoritaire FNSEA, Arnaud Rousseau, pour une discussion “les yeux dans les yeux”.

Elle l’assure, ces échanges se passent bien. D’autant qu’écologistes et paysans se retrouvent sur de nombreux combats, par exemple pour défendre les terres agricoles et les produits locaux dans les cantines, dit-elle.

Et la mobilisation agricole a permis de “mettre en lumière ce qu’on défend depuis des années”, ajoute l’écologiste. “Le message qu’on a porté a vraiment interrogé la profession”.

Advertisement

“Ils savent qu’on leur dit la vérité”, insiste Benoit Biteau, exploitant agricole en Charente. Finalement, “la tactique du gouvernement de nous choisir comme punching-ball pour masquer leur responsabilité, ça a été un beau cadeau pour nous”.

Car “l’agriculture, ça fait 50 ans qu’on en parle”, rappelle Marine Tondelier, avec le premier candidat écologiste à une présidentielle en 1974, René Dumont, lui-même ingénieur agronome.

“On a des solutions, et pas bricolées dans la nuit” à la suite d’une crise, insiste-t-elle. “Nous sommes droits dans nos bottes sur le terrain”.

Benoît Biteau rappelle ainsi que les écologistes ont “tout fait” au Parlement européen “pour empêcher” la Politique agricole commune (PAC) actuelle, qui n’est “pas sociale”, “pas équitable, au-delà de ne pas être écologique”.

A l’inverse, le RN “n’a pas voté le rejet des écologistes de l’accord de libre-échange Mercosur, ni Les Républicains, ni La République en marche. Ca démasque les impostures de ceux qui se revendiquent les alliés des agriculteurs”.

Advertisement

“Assez sereine” pour les élections européennes de juin, même si les sondages créditent sa candidate Marie Toussaint d’environ 8% des intentions de vote, Marine Tondelier résume: “l’écologie est attaquée chaque jour dans ce pays. Les gens, leur cœur va leur dire d’aller défendre l’avenir de leurs enfants”.

Continue Reading

Actualités

Visas, pesticides, simplification: Attal donne des gages aux agriculteurs avant le Salon | TV5MONDE

Published

on

Un mois après le début d’un mouvement d’exaspération des paysans, Gabriel Attal a placé mercredi l’agriculture “au rang des intérêts fondamentaux” du pays, récapitulant les engagements déjà pris par le gouvernement et annonçant quelques nouvelles mesures sur les saisonniers étrangers, les pesticides et la rémunération.

Mais c’est clairement d’Emmanuel Macron, attendu samedi au premier jour du Salon de l’agriculture à Paris, que les agriculteurs attendent désormais des engagements.

L’agriculture, a dit Gabriel Attal lors d’une conférence de presse, fait partie “des intérêts fondamentaux” de la nation au même titre que sa sécurité ou sa défense. “L’objectif de souveraineté agricole et alimentaire” sera inscrit “noir sur blanc” dans le futur projet de loi d’orientation agricole, a-t-il promis.

Le texte comprendra aussi plusieurs mesures de simplification, une revendication forte des manifestants, sur les haies, par exemple.

Advertisement

Pour simplifier la vie des exploitants, le Premier ministre s’est aussi engagé à “faciliter” l’attribution de visas pour que les saisonniers étrangers viennent travailler dans les fermes françaises, en déclarant la production agricole comme “secteur en tension”.

Sur les pesticides, la France va abandonner l’indicateur qu’elle utilise actuellement pour mesurer la réduction de leur usage, le Nodu, défendu par les associations environnementales mais contesté par le syndicat agricole majoritaire FNSEA et l’industrie des pesticides.

Pour améliorer le revenu des agriculteurs, le gouvernement va présenter d’ici l’été un nouveau texte de loi pour “renforcer le dispositif Egalim” devant permettre une meilleure rémunération des producteurs dans le cadre des négociations entre distributeurs et fournisseurs agro-industriels, a annoncé Gabriel Attal.

Il prévoit par ailleurs d’organiser d’ici avril une Conférence des solutions associant Etat et collectivités pour que ces dernières intègrent plus de produits durables et de qualité, ainsi que de bio, dans la restauration collective.

Le ministre de l’Economie Bruno Le Maire a annoncé que des contrôles sur l’origine française des produits vendus aux consommateurs avaient déjà eu lieu dans 1.000 établissements, 372 d’entre eux étant en non-conformité.

Advertisement

Rappelant la mise en place de plusieurs fonds d’urgence à des secteurs en difficultés, le Premier ministre a aussi assuré que “99,61% des aides de base de la PAC” avaient déjà été versées aux agriculteurs, avec l’objectif de 100% au 15 mars.

Campement au salon de l’Agriculture

Le syndicat majoritaire, la FNSEA, qui a rencontré à de multiples reprises l’exécutif depuis plusieurs semaines, a salué des “avancées certaines” mais s’en remet à Emmanuel Macron pour engager le gouvernement sur un calendrier rapide et clair.

Sur le terrain, les agriculteurs mobilisés ont suivi l’intervention du Premier ministre à distance.

“Ça fait beaucoup d’engagements mais combien vont être tenus jusqu’au bout?”, demande Romain Duteil, 25 ans, éleveur de bovins dans l’ouest de la Creuse. “On se fait un peu balader depuis quelques semaines et, après le Salon, on ne parlera plus de nous. Il faut de vraies répercussions sur le compte en banque.”

Comme un rappel du début du mouvement, quelque 70 km de l’autoroute A62 sont fermés à la circulation entre Agen et Montauban en raison d’un blocage par une poignée de manifestants qui ont répandu du lisier sur 200 mètres.

Advertisement

Sur ce barrage dans le Tarn-et-Garonne, Jean-Marie Dirat, secrétaire général de la FRSEA Occitanie, n’est pas apaisé par les engagements de Gabriel Attal, qui a pourtant énuméré les aides versées récemment: “Les agriculteurs n’ont pas la trésorerie”, a-t-il dit. On fait quoi? On doit continuer à faire ce qu’on fait pour être méprisés? (…) On a l’impression qu’ils jettent une pièce à un mendiant!”

Des agriculteurs continuent à mener des actions dans des supermarchés, pour y dénoncer la vente de produits étrangers, ou pour bloquer des centrales d’achat, avec le retour de tracteurs sur les routes et les ronds-points.

Pour peser jusqu’au bout, les deux syndicats majoritaires, FNSEA et Jeunes agriculteurs (JA), ont prévu à Paris vendredi soir un “cortège” d’agriculteurs emmenés par quelques tracteurs et se terminant devant les portes du Salon, où plusieurs d’entre eux pourraient camper jusqu’à la venue du président le lendemain.

La Coordination rurale, deuxième syndicat du secteur, a prévu aussi une manifestation vendredi à Paris.

Gabriel Attal a en tout cas redit qu’il ne souhaitait pas que le Salon de l’agriculture devienne “l’otage” des responsables politiques et a proposé de nouveau à Marine Le Pen de débattre avec lui de ces questions.

Advertisement

Ce que la cheffe de file des députés a refusé mardi soir. “Ça montre manifestement qu’elle n’est pas très à l’aise sur ces questions-là et qu’elle a peur que ça se voie”, a commenté le Premier ministre.

Continue Reading

Actualités

Congé maternité des maires: le président de l’AMF juge ‘scandaleuse’ la suspension de l’indemnité d’élue | TV5MONDE

Published

on

Le président de l’Association des maires de France, David Lisnard (LR), a jugé mercredi “scandaleuse” la suspension de l’indemnité d’élue des maires, à l’instar de l’édile écologiste de Poitiers, en congé maternité.

La maire de Poitiers, Léonore Moncond’huy, “dénonce une situation qui est scandaleuse (…). Il s’agit simplement qu’une femme maire, lorsqu’elle est enceinte, garde son indemnité d’élue, d’autant plus qu’elle garde la responsabilité pénale et la responsabilité civile de son mandat” durant cette période, a rappelé le maire de Cannes sur le plateau de TF1.

Le 12 février, Mme Moncond’huy a annoncé prendre un congé maternité de deux mois, entraînant la suspension de son indemnité de maire le temps de cette “absence obligatoire”, du fait d’un vide juridique sur la question.

Une proposition de loi transpartisane sur le sujet, portée par la députée macroniste Violette Spillebout et le communiste Sébastien Jumel, est en préparation à l’Assemblée.

Advertisement
Continue Reading

Actualités

Attal tente de calmer la fronde des agriculteurs | TV5MONDE

Published

on

Gabriel Attal va tenter mercredi matin de calmer une nouvelle fois la fronde des agriculteurs, qui font monter les enchères avant la visite samedi du président Emmanuel Macron d’un Salon de l’agriculture sous haute tension.

Le Premier ministre tient à 09H00 une conférence de presse pour détailler les “principales orientations” du projet de loi agricole, dans lequel il entend inscrire “l’objectif de souveraineté” alimentaire, et exposer “le suivi et l’exécution” des mesures gouvernementales présentées le 1er février.

Il reviendra aussi sur les négociations commerciales entre producteurs, distributeurs et industriels, et sur le respect des lois Egalim, censées garantir une rémunération décente aux agriculteurs, qui ont fait l’objet d’un comité de suivi mardi autour de quatre ministres.

“Le temps de la décision politique” est venu, a affirmé mardi soir la FNSEA qui attend de pied ferme des annonces. “Les attentes sont très fortes”, selon le syndicat majoritaire.

Advertisement

Mais pour le chef du gouvernement, il s’agira surtout d’un “point d’étape” pour établir le “bilan” des 63 chantiers lancés, précise-t-on à Matignon. “On n’aura jamais de satisfecit des agriculteurs de toutes façons”, soupire une source ministérielle.

Avec les Jeunes agriculteurs (JA), la FNSEA n’a pas relâché la pression sur l’exécutif depuis qu’elle a appelé à lever les blocages après la troisième salve d’annonces, qui vont du versement d’aides d’urgence à des décrets de simplification en passant par une “pause” sur le plan de réduction des pesticides Ecophyto.

RN “vautour”

Pour peser jusqu’au bout, FNSEA et JA ont prévu à Paris vendredi soir un “cortège” d’agriculteurs emmenés par quelques tracteurs et se terminant devant les portes du Salon, où plusieurs d’entre eux pourraient camper jusqu’à la venue du président le lendemain.

Opération déminage: Gabriel Attal a reçu les deux syndicats une nouvelle fois mardi matin, et le président de la République Emmanuel Macron à son tour mardi après-midi.

Or le gouvernement a peu de marges de manœuvre budgétaires, après des mesures qui ont coûté 400 millions d’euros, dans un contexte de croissance revue à la baisse et d’économies programmées par le ministre de l’Economie, Bruno Le Maire. Ce dernier sera présent à la conférence de presse, avec Marc Fesneau (Agriculture) et Christophe Béchu (Transition écologique).

Advertisement

La Coordination rurale, deuxième syndicat du secteur, a prévu aussi une manifestation vendredi à Paris.

Comme s’il donnait le coup d’envoi de la campagne des européennes, Gabriel Attal placera ses mesures agricoles sur un plan politique, considérant que le Rassemblement national, donné favori aux élections européennes de juin, est le “vautour de la colère agricole” sans “bilan, ni cohérence”.

“Le RN a voté contre la PAC (politique agricole commune) en 2019, pour en 2021, et maintenant est de nouveau contre”, accuse dans Le Figaro Gabriel Attal. Il se dit “prêt” à débattre avec Marine Le Pen sur l’agriculture mais refuse que le Salon, convoité par tous les responsables politiques, devienne “l’otage de joutes” électorales.

Sanctions

Sur le plan Ecophyto, le gouvernement a proposé de remplacer l’outil français (le Nodu) par l’indicateur européen, un changement contesté par les ONG environnementales et la Confédération paysanne, troisième syndicat.

Le président de la FNSEA Arnaud Rousseau lui aussi considère que “ça ne suffit pas”.

Advertisement

Une décision finale de l’exécutif sur ce sujet est attendue d’ici le Salon.

Le gouvernement avait aussi promis la publication d’un premier rapport annuel sur la souveraineté alimentaire avant le Salon.

Gabriel Attal indique par ailleurs dans Le Figaro qu’il va lancer une mission parlementaire pour proposer “d’ici la fin de l’été” une évolution de la loi Egalim afin qu’elle prenne mieux en compte le “coût de production des agriculteurs”.

Il prendra en outre un arrêté cette semaine qui déclare toutes les filières agricoles “métiers en tension” pour recourir plus facilement à la main-d’œuvre étrangère.

La ministre déléguée à l’Agriculture Agnès Pannier-Runacher a assuré mardi sur RMC la détermination du gouvernement à faire respecter les lois Egalim “jusqu’au dernier kilomètre”, ce qui a été rappelé lors du comité de suivi des négociations commerciales.

Advertisement

Le président de l’Association nationale des industries alimentaires (Ania) Jean-Philippe André “reste en attente” toutefois d’éventuelles sanctions. Bruno Le Maire avait identifié 124 contrats ne respectant pas la loi, et envoyé des injonctions aux entreprises concernées.

Continue Reading

Actualités

Manouchian et ses frères d’armes étrangers entrent au Panthéon | TV5MONDE

Published

on

Aux résistants étrangers, la France reconnaissante: le poète apatride Missak Manouchian et 23 de ses compagnons d’armes entrent mercredi au Panthéon, 80 ans après leur mort, reconnaissance ultime pour ces combattants de l’ombre longtemps oubliés.

“Juifs, Hongrois, Polonais, Arméniens, communistes, ils ont donné leur vie pour notre pays”, a salué le président Emmanuel Macron dans le quotidien L’Humanité.

Avec eux, “c’est toute la “résistance communiste et étrangère” qui entre dans le temple des grandes figures de la Nation, rejoignant ainsi Jean Moulin et la résistance gaulliste, honorés dès les années 60.

Le chef de l’Etat signe là sa quatrième panthéonisation après celles de l’écrivain Maurice Genevoix, de Simone Veil et de la star du music-hall Joséphine Baker. Il a aussi annoncé celle de Robert Badinter, mort le 9 février.

Advertisement

Comme lors des précédents hommages nationaux, la polémique s’est de nouveau invitée avec la présence annoncée de Marine Le Pen, invitée comme cheffe du groupe du Rassemblement national à l’Assemblée nationale.

“Inacceptable”, “insupportable”, déplorent le comité de soutien à la panthéonisation de Missak Manouchian et les familles, qui accusent le Front national, dont le RN est l’héritier, d’avoir été fondé par des “nazis et des collaborationnistes”.

“L’Affiche rouge”

En plein débat sur l’immigration et repli identitaire d’une partie de la société, l’hommage à ces combattants étrangers, “Français par le cœur et le sang versé”, est aussi tout un symbole. Cela démontre qu’être Français, “c’est avant tout une affaire de volonté” et que “cela apporte beaucoup au pays”, souligne l’Elysée.

Missak Manouchian, d’origine arménienne, et ses camarades ont été fusillés pour 23 d’entre eux le 21 février 1944 au Mont-Valérien, près de Paris. Ils entrent au Panthéon (dont la devise “Aux grands hommes la Patrie reconnaissante” orne le fronton) 80 ans après, jour pour jour.

A 18H30, les cercueils de Missak Manouchian et de son épouse Mélinée, résistante comme lui et qui lui survécut jusqu’en 1989, vont remonter quelques centaines de mètres jusqu’au Panthéon, portés par des soldats de la Légion étrangère, qui ont aussi fait le choix de la France.

Advertisement

Si le couple reste uni dans la mort – ils reposaient tous deux au cimetière parisien d’Ivry – Mélinée n’est pas elle-même “panthéonisée”. Les autres camarades de Manouchian entrent au Panthéon de façon symbolique, avec l’inscription de leur nom sur un plaque.

Comme pour l’entrée de Joséphine Baker en 2021, la cérémonie, qui va durer une heure et demie, comprendra de nombreux flash-backs en images et chansons sur la vie de Missak Manouchian.

Le chanteur Patrick Bruel lira la dernière lettre du résistant à sa bien-aimée et le groupe de rock Feu ! Chatterton entonnera “L’Affiche rouge” de Léo Ferré, qui fit entrer le résistant dans la légende.

“Enfin”

A quelques pas de la mort, Missak Manouchian écrivit: “Bonheur à ceux qui vont nous survivre (…) Je suis sûr que le peuple français et tous les combattants de la Liberté sauront honorer notre mémoire dignement”.

Rescapé des massacres d’Arméniens dans l’Empire ottoman, réfugié en France en 1925, Missak Manouchian rejoint en 1943 la résistance communiste où il s’illustra dans les rangs des Francs-tireurs partisans – Main-d’œuvre immigrée (FTP-MOI), un réseau alors très actif à Paris.

Advertisement

“Enfin on reconnaît au plus haut sommet de l’Etat, l’engagement de ces combattants, ces FTP-MOI qui ont mené la lutte armée en région parisienne”, se félicite Denis Peschanski, historien de la résistance étrangère.

Durant le procès de Missak Manouchian et ses camarades, la propagande nazie placarda dans la capitale une affiche avec les photos de dix d’entre eux, présentés comme “l’armée du crime”, sur fond rouge, qui donnera son nom à la chanson de Léo Ferré.

Quelque 2.000 personnes ont été invitées à la cérémonie, dont les responsables du Parti communiste, le Premier ministre arménien Nikol Pachinian et de nombreux représentants de la communauté arménienne ainsi que 600 élèves.

Mardi soir, plusieurs centaines de personnes se sont aussi réunies au Mont-Valérien, où le cercueil de Missak Manouchian a emprunté, dans une ambiance empreinte d’émotion, le chemin des derniers moments du condamné. Avant de reposer pour la nuit dans la crypte du Mémorial de la France combattante.

Advertisement
Continue Reading

Actualités

Négociations commerciales: les lois Egalim doivent être respectées ‘jusqu’au dernier kilomètre’, dit Agnès Pannier-Runacher | TV5MONDE

Published

on

La ministre déléguée à l’Agriculture et à la Souveraineté alimentaire a assuré mardi la détermination du gouvernement à faire respecter les lois Egalim, censées garantir une rémunération décente aux agriculteurs, ce qui a été rappelé lors d’un comité de suivi des négociations commerciales.

“La loi est respectée jusqu’à un certain niveau et c’est justement le travail que nous faisons avec le ministre de l’Agriculture Marc Fesneau et le ministre de l’Economie de nous assurer qu’elle est respectée jusqu’au dernier kilomètre”, a indiqué Agnès Pannier-Runacher sur RMC.

Les représentants des agriculteurs, des industriels agroalimentaires et de la grande distribution se sont réunis mardi matin dans un comité de suivi des négociations commerciales, à quatre jours du Salon de l’agriculture et en pleine colère agricole, autour de quatre ministres, celui de l’Economie Bruno Le Maire, Mme Pannier-Runacher, M. Fesneau et la ministre déléguée au Commerce, Olivia Grégoire.

Le comité qui visait à “garantir la bonne application des lois Egalim”, censées éviter que les agriculteurs vendent à des prix inférieurs à leurs coûts de production, s’est tenu dans un “climat serein”, selon la Fédération du commerce et de la distribution (FCD) et l’Association nationale des industries alimentaires (Ania).

Advertisement

“On reste en attente des potentielles annonces de Matignon demain” notamment sur d’éventuelles sanctions, souligne toutefois le président de l’Ania Jean-Philippe André à l’AFP.

Le Premier ministre Gabriel Attal tiendra une conférence de presse consacrée à la crise agricole mercredi à Matignon. “Il reviendra sur les négociations commerciales et Egalim”, a indiqué le ministère de l’Agriculture mardi matin.

Du côté du FNSEA, son deuxième vice-président Patrick Bénézit dénonce à l’AFP “un discours de langue de bois de la part des distributeurs”, estimant que la “quasi-totalité” d’entre eux “enfreignaient l’esprit des lois Egalim, c’est-à-dire que les agriculteurs soient payés au niveau de leur coût de production”.

“Il y a une sorte de déni de réalité de la part d’acteurs de la grande distribution et de certains industriels autour de la situation vécue par les agriculteurs”, pointe le ministère de l’Agriculture à l’AFP après le comité de suivi de mardi matin.

Le gouvernement prévoit de demander “des comptes aux industriels” et “à la grande distribution”, en cas de “décalage” entre les lois Egalim et leur application, a expliqué la ministre déléguée sur RMC.

Advertisement

“C’est ce qu’on a fait par exemple avec Lactalis”, a indiqué Agnès Pannier-Runacher, soutenant que le groupe a “d’ores et déjà lâché une augmentation des prix (…), donc on voit qu’Egalim, ça marche”, a assuré la ministre, en référence à l’augmentation de 0,15 centime par litre proposée par le géant mondial du lait à ses producteurs – ce que ces derniers ont refusé.

A la suite du mouvement de colère des agriculteurs fin janvier et début février, le gouvernement avait annoncé vouloir renforcer le contrôle des contrats signés dans le cadre des négociations entre distributeurs et industriels.

Bruno Le Maire avait annoncé le 5 février avoir identifié 124 contrats signés entre industriels et distributeurs dans le cadre des négociations commerciales ne respectant pas la loi, et avoir envoyé des injonctions pour contraindre les entreprises concernées à s’y conformer.

Continue Reading

Actualités

Au Mont-Valérien, une veillée pour le résistant Missak Manouchian et ses frères d’armes | TV5MONDE

Published

on

Des dizaines de personnes se sont réunies mardi soir au Mont-Valérien, près de Paris, à l’occasion d’un hommage au résistant Missak Manouchian et à ses compagnons français et étrangers, sur les lieux mêmes de leur fusillade par l’occupant allemand 80 ans plus tôt.

Ont participé notamment à cette veillée plusieurs membres du gouvernement, le chef d’état-major des Armées, des responsables politiques communistes ainsi que des familles de résistants.

Cette cérémonie, organisée par le secrétariat d’État chargé des Anciens combattants, survient à la veille de l’entrée mercredi au Panthéon de Manouchian. Il sera accompagné de son épouse, également résistante et décédée en 1989, avec laquelle il reste ainsi uni dans la mort même si elle n’est pas elle-même panthéonisée.

Entreront aussi de façon symbolique, avec une inscription de leur nom, ses “camarades de combat et de résistance” polonais, hongrois, italiens, espagnols, roumains ou français, certains juifs.

Advertisement

Le cercueil de Missak Manouchian, accompagné de photos de tous les membres de son groupe de résistants étrangers des Francs-tireurs et partisans – main d’œuvre immigrée (FTP-MOI), devait emprunter mardi le même chemin que les fusillés du 21 février 1944.

Ce jour-là, Manouchian, apatride et communiste, et 22 de ses compagnons d’armes avaient été exécutés par les Allemands dans une clairière sur le mont Valérien, en banlieue ouest de Paris.

Arrêté le même jour que Manouchian, Joseph Epstein, le dirigeant de l’ensemble des FTP de région parisienne, avait lui aussi été fusillé deux mois plus tard.

Après un moment de recueillement dans la clairière des fusillés, le cercueil devait être exposé dans la soirée sur l’esplanade du Mémorial de la France combattante, où il sera veillé solennellement. Le cercueil sera ensuite transféré dans la crypte du Mémorial où il reposera pour la nuit.

Un appel des membres de son groupe et une lecture de la dernière lettre de Manouchian à son épouse, Mélinée, est également prévue.

Advertisement

Missak Manouchian s’est réfugié en France en 1925 après avoir survécu aux massacres par l’Empire ottoman de 1,2 à 1,5 million d’Arméniens en 1915-1916, qui sont reconnus comme génocide par de nombreux historiens et une trentaine de pays mais pas par la Turquie.

Ouvrier et poète, il a rejoint en 1943 la résistance communiste où il s’est illustré à la tête d’un réseau très actif avant d’être arrêté. Le groupe Manouchian a organisé notamment l’assassinat de l’officier SS allemand Julius Ritter, responsable du Service du Travail Obligatoire (STO) rue Pétrarque à Paris.

D’autres cérémonies d’entrée au Panthéon ont été par le passé précédées d’une veillée, notamment pour Jean  Moulin, au mémorial des martyrs de la déportation, ou encore Maurice Genevoix, aux Éparges puis à l’École normale supérieure de la rue d’Ulm.

Continue Reading

Actualités

Gabriel Attal ‘prêt’ à un ‘débat’ avec Marine Le Pen sur l’agriculture | TV5MONDE

Published

on

Le Premier ministre Gabriel Attal se dit “prêt” à un “débat” avec Marine Le Pen sur l’agriculture, mais refuse que le Salon qui s’ouvre samedi sous haute tension devienne “l’otage de joutes politiques”.

“Si le RN (Rassemblement national, NDLR) veut transformer les champs en un terrain politique, alors je suis prêt à un débat sur l’agriculture avec Marine Le Pen”, affirme le chef du gouvernement dans un article du Figaro mis en ligne mardi soir, à la veille d’une conférence de presse qu’il doit tenir sur la crise agricole.

“On ne l’entend pas beaucoup (Marine Le Pen, NDLR), sûrement parce qu’elle n’est pas à l’aise avec le bilan de son parti au Parlement européen. C’est trop facile de ne rien dire”, estime-t-il.

La cheffe de file des députés RN lui a répondu sur le réseau X, estimant que “le Premier ministre cherche à brûler les étapes”.

Advertisement

“Mais en pleine campagne européenne +l’arme anti-Bardella+ devrait surtout accepter le débat que lui a proposé notre tête de liste et président du Rassemblement National, Jordan Bardella”, a-t-elle ajouté.

Ce dernier a aussi accusé Gabriel Attal de “jouer l’esquive”. “Je suis prêt à débattre avec Gabriel Attal. Lui refuse”, a-t-il affirmé sur X.

Une accusation qui lui a aussitôt valu une riposte. Le Premier ministre n’étant pas tête de liste, il n’y a “aucune raison qu’il débatte avec Jordan Bardella”, a répliqué Matignon.

Arc républicain

Le chef du gouvernement estime que pour le RN, “les agriculteurs sont de la chair à canon électorale. Ils montent sur des tracteurs et formulent beaucoup de propos d’estrade mais derrière on ne trouve ni bilan, ni cohérence”.

Gabriel Attal a récemment affirmé vouloir travailler “avec tout le monde”, y compris le RN et LFI à l’Assemblée nationale car “l’arc républicain, c’est l’hémicycle”.

Advertisement

Mais le président de la République Emmanuel Macron l’a contredit dimanche en refusant de placer le RN dans “l’arc républicain”, enferrant l’exécutif dans une notion historiquement vague, signe de ses difficultés persistantes à endiguer le parti d’extrême droite, favori des élections européennes.

“En cinq ans de Parlement européen, le bilan de Jordan Bardella (président du RN) sur l’agriculture c’est zéro : 0 rapport et 0 résolution sur le sujet. C’est 0 action mais 100% girouette puisque le RN a voté contre la PAC (politique agricole commune) en 2019, pour en 2021, et maintenant est de nouveau contre”, accuse Gabriel Attal.

Marine Le Pen “n’était même pas dans l’hémicycle quand la loi Egalim (censée garantir une rémunération décente aux agriculteurs, NDLR) a été votée et ses députés ont voté contre. Quand on a fait la loi sur l’assurance-récolte, la seule députée RN présente dans l’hémicycle ne l’a pas votée”, selon lui.

Mais pour le chef du gouvernement, le Salon de l’agriculture qui se tient porte de Versailles à Paris du 24 février au 3 mars, “ne peut pas être l’otage de joutes politiques” et “n’est pas le lieu pour mener la campagne des élections européennes”.

Gabriel Attal, qui devrait visiter le salon mardi prochain, entend “être dans un échange franc, concret et sans tabou avec (les) agriculteurs”.

Advertisement

L’alliance syndicale majoritaire FNSEA-Jeunes agriculteurs (JA) n’a pas relâché la pression sur l’exécutif depuis qu’elle a appelé à lever les blocages après une troisième salve d’annonces le 1er février, qui vont du versement d’aides d’urgence à des décrets de simplification en passant par une “pause” sur le plan de réduction des pesticides Ecophyto.

Le Premier ministre indique qu’il lancera une mission parlementaire confiée à deux députés de la majorité Alexis Izard (Renaissance) et Anne-Laure Babot (MoDem) pour proposer “d’ici la fin de l’été” une évolution de la loi Egalim afin qu’elle prenne mieux en compte le “coût de production des agriculteurs”.

Gabriel Attal prendra en outre un arrêté cette semaine qui déclare toutes les filières agricoles “métiers en tension” pour recourir plus facilement à la main-d’œuvre étrangère.

Continue Reading

Rencontre ton âme sœur ici

https://www.highcpmrevenuegate.com/xbaz82pgrw?key=dedb9e02254a11c51c4e72640034c775
Advertisement

Derniers Articles

Afrique3 seconds ago

la cyber-arnaque fait son lit dans les prisons

Pourtant considéré comme un lieu de privation de liberté, les prisons au Cameroun sont plutôt devenues des lieux où la cybercriminalité...

Santé1 min ago

Cette bière américaine change de nom après un accident impressionnant mais sans gravité dans son usine

Vous ne pouvez pas visionner ce contenu car : Vous avez refusé les cookies associés aux contenus issus de tiers...

Société8 mins ago

New FAFSA comes with a ‘loophole’ for grandparent-owned 529 financial savings plans

How the FAFSA’s grandparent ‘loophole’ works The simplified FAFSA type now makes use of a brand new calculation known as...

Divertissements9 mins ago

Deathwish Enforcers Special Edition guides and tips

In this complete guide to Deathwish Enforcers Special Edition, we’ll explain all the game’s mechanics, tips and tricks, as well...

Santé24 mins ago

Cette crème à l’acide hyaluronique vendue en pharmacie est la meilleure, selon cet expert

À partir de 30 ans – l’âge auquel les activités de synthèse de la peau commencent à ralentir – il...

Afrique32 mins ago

Le projet de réhabilitation de la route Edéa-Kribi en stand-by depuis 5 ans

Financé par la Banque africaine de développement (BAD), la réhabilitation de l’axe Edéa-Kribi devait initialement débuter après l’étape préalable de...

International36 mins ago

Indian farmers pause protest after govt disperses march, offers new talks

Indian farmers demanding higher prices for their produce paused their protest on Wednesday after the government made a new offer...

Sports39 mins ago

It’s not a simple fix at Man Utd – Ratcliffe

Manchester United co-owner Sir Jim Ratcliffe speaks to BBC sports editor Dan Roan after buying a 27.7% stake in Manchester...

International40 mins ago

BUSINESS LIVE: Bumper January budget surplus; HSBC profits hit $30.3bn; BAE Systems earnings jump

By Live Commentary Updated: 17:05 GMT, 21 February 2024 Advertisement The FTSE 100 closed down 56.70 points at 7662.51. Among...

France43 mins ago

Quiche lorraine de Norbert Tarayre : la recette simple et son ingrédient magique qui fait toute la différence : Femme Actuelle Le MAG

Quand on n’a pas l’énergie pour faire de la grande cuisine, la quiche lorraine est la solution idéale. Facile à...

France44 mins ago

voici les 11 villes qui proposent une dérogation

Interdites de circuler dans les ZFE, les voitures anciennes peuvent, sous certaines conditions et dans certaines villes, contourner la règle....

Santé47 mins ago

Des chercheurs révèlent des liens entre la maladie d’Alzheimer, les œstrogènes et le microbiote

Deux personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer sur trois sont des femmes. Si la démographie entre bien sûr largement en...

Afrique1 hour ago

Nouveau coach des Éléphants, Emerse Fae face à de grands défis

Sacrés Champions d’Afrique après leur victoire éclatante à la finale de la Coupe d’Afrique des Nations 2024, les Éléphants de...

Sports1 hour ago

La star de l’Inter Miami, Lionel Messi, fait face à une réaction violente suite à une vidéo adressée aux fans

Lionel Messi a été confronté à d’énormes réactions négatives à la suite d’une vidéo expliquant pourquoi il n’a pas joué...

Société1 hour ago

Purchase this knowledge heart agency Vertiv regardless of its weak steering

Vertiv Holdings : The information heart gear maker, whose shares have roughly quadrupled over the previous 12 months, issued steering...

Divertissements1 hour ago

Les jalons et récompenses de l’événement Marcher sur la Lune dans Monopoly Go

Tous les Jalons et récompenses + astuce de l’événement Marcher sur la Lune (Moon Walkers) Evénement dispo du 21 février...

Divertissements1 hour ago

Sutom mot du jour 775 : Indices et Solution (21/02/24)

Chaque jour, un défi vous attend : découvrir le mot mystère proposé par SUTOM. À l’image du jeu télévisé “Motus”,...

Santé2 hours ago

après le tir mortel, ce qu’il faut savoir sur le procès qui s’ouvre ce mercredi

– / AFP Alec Baldwin sur le tournage de « Rust » en 2021. – / AFP Alec Baldwin sur le tournage...

Afrique2 hours ago

France-prix littéraire ‘’Voix d’Afriques’’ 2024 : Le jeune auteur ivoirien Nincemon Fallé, grand lauréat

La Côte d’Ivoire a une fois brillé à l’édition 2024 du prix littéraire ‘’Voix d’Afriques’’, créé par RFI et les...

International2 hours ago

‘Death ship’: Vessel carrying 19,000 cattle causes stench in Cape Town

Issued on: 21/02/2024 – 17:03 02:27 The Al Kuwait ship docked in Cape Town harbour on February 20, 2024. ©...

Advertisement

Trending