Connect with us

Actualités

Les syndicats à Matignon, retrait de la réforme des retraites et salaires au menu | TV5MONDE

Published

on

Force ouvrière a ouvert le bal mardi de nouvelles rencontres syndicales à Matignon, avec toujours comme première revendication l’abrogation de la réforme des retraites, objet d’une proposition de loi de l’opposition que le gouvernement entend torpiller.

“On a été francs, directs de chaque côté de la table. On a ouvert le bal mais on n’a pas dansé”, a déclaré à l’issue de sa rencontre avec Elisabeth Borne le patron de FO, Frédéric Souillot, qui a offert à la Première ministre un insigne rouge réclamant le “retrait” de la réforme, “priorité” du syndicat.

Le responsable syndical a remis les propositions de FO pour “contrer ce que disait le président de la République depuis des mois (sur le fait que) +personne n’a fait de propositions+”.

Il a évoqué ensuite la question des salaires, que FO veut voir indexés sur l’inflation. M. Souillot a demandé un “dégel du point d’indice” des fonctionnaires “à la hauteur de l’inflation”, un “coup de pouce au Smic”, et que les aides publiques aux entreprises soient “conditionnées” à ces augmentations.

Advertisement

Après une rencontre avec l’intersyndicale début avril qui avait tourné court, Élisabeth Borne -qui souffle mardi sa première bougie à Matignon- reçoit cette fois chacune des cinq organisations représentatives, sans ordre du jour précis, pour la première fois depuis la promulgation de la réforme.

Elle s’entretient dans la soirée avec la CFDT puis, mercredi matin, avec la CFE-CGC et la CFTC, avant la CGT l’après-midi.

Multilatérale

Les syndicats seront ensuite reçus en “multilatérale” d’ici la fin du mois, a annoncé le porte-parole du gouvernement, Olivier Véran.

Mais FO ne veut “pas de calendrier, pas de multilatérale, pas de conférence” sociale. “Aujourd’hui c’est retrait de la réforme, salaires liés à l’inflation”. “Il faut juste qu’on prenne les choses par le bon bout”, “parler de l’emploi” des seniors, et “on prouvera qu’il n’y a pas besoin” de reculer l’âge de départ pour financer le système des retraites, a dit M. Souillot.

Ces rencontres s’inscrivent dans la feuille de route qu’Emmanuel Macron a confiée à la Première ministre pour relancer l’exécutif après la crise des retraites.

Advertisement

“On va d’abord lui parler des retraites en lui disant qu’il y a un nouveau rendez-vous à l’Assemblée nationale et qu’il faut laisser faire ce rendez-vous”, avait déclaré sur France 2 Laurent Berger, numéro un de la CFDT.

Les députés doivent examiner le 8 juin une proposition du groupe indépendant Liot, visant à abroger le recul de l’âge légal de 62 à 64 ans.

“Le 8 c’est le dernier combat. Derrière on passe à juillet-août, ça va être compliqué de faire des mobilisations”, a affirmé sur Public Sénat le patron de la CFTC Cyril Chabanier.

“agenda social”

L’intersyndicale a redit lundi dans un communiqué son opposition “déterminée” à la réforme, contre laquelle elle organise une 14e journée de grève et de manifestations le 6 juin.

Elle a aussi lancé le site internet jusquauretrait.fr pour appeler les parlementaires à “voter cette loi” Liot, que le gouvernement et la majorité tentent de faire échouer.

Advertisement

Refusant de rompre l’unité affichée sur les retraites, les syndicats préparent aussi des propositions communes, qui seront présentées le 30 mai.

Sur les salaires, la CFDT devrait plaider pour une suspension des exonérations de cotisations pour les branches qui ont des minima inférieurs aux Smic, et la CGT réclamer comme FO une indexation des salaires sur la hausse des prix.

Les organisations patronales, reçues la semaine prochaine, auraient préféré une négociation autonome avec les syndicats avant de voir le gouvernement.

“L’agenda des discussions, il est très large, et nous proposons aux syndicats de le définir”, a affirmé M. Véran.

“Il peut s’agir de dispositions de la loi retraite qui ont été censurées par le Conseil constitutionnel, comme les dispositions sur les emplois-seniors, il peut s’agir d’améliorer les conditions de travail des salariés, d’améliorer les carrières professionnelles, d’améliorer la formation des salaires”, a-t-il énuméré.

Advertisement

La Première ministre entend surtout bâtir avec eux un “agenda social” pour un “nouveau pacte de la vie au travail”, qui fera l’objet d’un projet de loi présenté en fin d’année ou début 2024.

Advertisement
Click to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Actualités

Statut de l’élu local: le Sénat veut lutter contre la crise des vocations | TV5MONDE

Published

on

Inquiet face aux démissions en pagaille à deux ans des élections municipales, le Sénat examine mardi un texte sur le “statut de l’élu local” pour encourager les vocations, une initiative parlementaire qui cohabite avec une proposition concurrente à l’Assemblée nationale.

“Si nous voulons garder cette force de l’engagement local dans notre pays, il est urgent d’agir”. La sénatrice centriste Françoise Gatel (UDI) défend dans l’hémicycle une proposition de loi soutenue par toutes les sensibilités politiques: 309 des 348 sénateurs l’ont signée, dont l’intégralité des présidents de groupe parlementaire !

La gauche comme la droite, majoritaire au Sénat avec ses alliés centristes, partagent en effet un constat alarmant. Au 31 janvier 2024, plus de 4% des maires élus en 2020 avaient démissionné, rattrapés par la lassitude, l’insécurité ou le manque de reconnaissance financière.

“Si on veut donner l’envie à certains de s’impliquer pour 2026, il nous faut rassurer sur l’entrée dans la vie d’élu, l’exercice du mandat et la sortie éventuelle”, résume la sénatrice Les Républicains Jacqueline Eustache-Brinio.

Advertisement

Le texte, issu de travaux menés de longue date par la chambre des territoires, s’attaque ainsi à ces trois pans de la vie d’élu – avant, pendant et après – en instaurant un véritable statut.

Congé maternité

Outre la question des indemnités, dont les sénateurs veulent augmenter les plafonds, la chambre haute entend faciliter la conciliation entre l’exercice du mandat et celui d’une activité professionnelle.

Ainsi, elle propose de doubler la durée du “congé électif” pour les candidats aux élections locales, le portant à 20 jours. Et de créer un label “Employeur partenaire de la démocratie locale” avec des réductions d’impôt à la clé pour les entreprises employant des élus.

Les plaintes récentes de la maire écologiste de Poitiers Léonore Moncond’huy, qui a dénoncé une perte de revenus lors d’un congé maternité à venir en raison de l’impossibilité de cumuler ses indemnités journalières avec une partie de ses indemnités de fonction, s’inviteront aussi dans l’hémicycle.

“Nous proposons de corriger ce dispositif avec une approche universelle pour qu’il n’y ait pas de baisse de revenus dans le cas où l’élu est empêché”, détaille Françoise Gatel, citant le congé maternité mais aussi l’arrêt maladie, le congé d’adoption, de paternité ou l’accident du travail.

Advertisement

Mais pour résister à la censure constitutionnelle, la mesure devra être soutenue par le gouvernement en raison des dispositifs constitutionnels limitant le champ d’action du Parlement lorsqu’il crée de nouvelles dépenses pour l’Etat.

Cela devrait être le cas: dans une lettre à l’édile de Poitiers, la ministre déléguée aux Collectivités territoriales Dominique Faure a promis qu’une “évolution législative” serait défendue sur le sujet, laissant présager un accord avec l’exécutif.

Guerre de chambres

L’amélioration du “statut de l’élu” fait partie des chantiers lancés par le Premier ministre Gabriel Attal, qui a indiqué vouloir s’appuyer sur les travaux parlementaires en cours.

“Quand (les) violences s’ajoutent aux lourdeurs du mandat, à l’addition des normes qui contraignent de plus en plus l’action des élus, parfois malheureusement, certains baissent les bras”, a souligné M. Attal fin janvier.

Transpartisan, le dossier suscite même une certaine concurrence entre les deux chambres du Parlement, car une proposition de loi similaire est en attente d’examen à l’Assemblée nationale.

Advertisement

Portée par Violette Spillebout (Renaissance) et par le communiste Sébastien Jumel, cette initiative se retrouve doublée par celle du Sénat, alors qu’une source parlementaire de l’Assemblée assure qu’un “accord informel” avait été scellé pour que les députés aient la priorité sur le texte.

“On ne nous a jamais demandé quoi que ce soit”, réplique Françoise Gatel. “On n’est pas dans une logique de compétition, mais cela fait des mois que nous travaillons dessus. Je n’ai pas d’égo ni d’état d’âme”, ajoute la sénatrice UDI, la référente N.1 sur les Collectivités territoriales au Sénat.

“Les deux propositions s’enrichissent mutuellement. Ce qui nous guide, c’est l’intérêt des élus”, arbitre auprès de l’AFP Dominique Faure, attendue au banc mardi.

Autre volet législatif sur les élus, un texte renforçant les sanctions prévues en cas de violence contre des élus locaux a déjà été adopté par les deux chambres du Parlement ces dernières semaines.

Advertisement
Continue Reading

Actualités

A Prague, Macron doit préciser sa position sur l’Ukraine et les munitions | TV5MONDE

Published

on

Emmanuel Macron se rend mardi à Prague où il devrait préciser son soutien à une initiative tchèque en vue d’acheter des munitions non européennes pour l’Ukraine et écarter toute “logique d’escalade” après ses propos controversés sur la possibilité d’envoyer des troupes occidentales dans ce pays en guerre.

La visite en République tchèque vise à mettre en scène cette “attention particulière” portée à l’Europe centrale par le président français, a expliqué son entourage à la presse.

A un moment où il semble de plus en plus vouloir imposer son leadership dans le soutien à Kiev et le bras de fer avec la Russie, il va rencontrer son homologue Petr Pavel, qu’il avait reçu à Paris en décembre et avec lequel il va donner une conférence de presse en début d’après-midi. Et signer avec le Premier ministre Petr Fiala un plan d’action 2024-2028 pour le partenariat stratégique bilatéral.

Emmanuel Macron se sait attendu. Au cours d’une conférence internationale organisée le 26 février au palais présidentiel de l’Elysée, il avait esquissé plusieurs pistes pour renforcer l’appui militaire fourni à l’armée ukrainienne, qui essuie des revers sur le front, face à ce qu’il a dénoncé comme un “durcissement” du Kremlin.

Advertisement

Plus de 25 pays, essentiellement européens, doivent maintenant détailler ces solutions nouvelles, toujours sous la houlette de la France, et le président français doit ensuite se rendre d’ici à la mi-mars en Ukraine.

Parmi les idées qui ont pris la lumière à Paris la semaine dernière figure une initiative tchèque visant à acheter des munitions hors Union européenne, en raison de la pénurie actuelle qui complique la vie des soldats ukrainiens sur le champ de bataille, pour ensuite les leur livrer. Dès la mi-février, Petr Pavel avait évoqué quelque 800.000 munitions qui pourraient être envoyées en Ukraine “en quelques semaines” si les financements nécessaires (1,5 milliard de dollars, soit 1,38 milliard d’euros, selon le Financial Times) étaient rassemblés.

“Ambiguïté stratégique”

Longtemps réservé, Emmanuel Macron a annoncé la semaine dernière que son pays participerait à cette initiative mais sans chiffrer sa contribution contrairement à d’autres Etats comme les Pays-Bas, qui ont promis 100 millions d’euros. Les autorités tchèques espèrent qu’il le fera mardi.

La visite “sera l’occasion de discuter de cette initiative” et éventuellement d’apporter ces “précisions”, s’est borné à dire un conseiller français. Tout en relativisant la portée de ce mécanisme “ad hoc” et “d’urgence” sur la base de participations “bilatérales”, tandis que Paris plaide toujours pour que l’argent européen serve à financer la production d’armes au sein de l’Union européenne, au nom de sa souveraineté et du développement de son industrie de défense.

Mais il y a une semaine, Emmanuel Macron a aussi semé le trouble parmi les autres alliés de Kiev.

Advertisement

En appelant à un “sursaut” des Occidentaux, il a voulu rétablir une “ambiguïté stratégique” pour que le président russe Vladimir Poutine sache que tout sera fait pour l’empêcher de “gagner cette guerre”.

Et il a donc expliqué que l’envoi en Ukraine de militaires occidentaux ne pouvait pas “être exclu” à l’avenir, même s’il a reconnu qu’il n’existait pas de “consensus” à l’heure actuelle. Le gouvernement français a ensuite précisé qu’il s’agirait de missions non combattantes.

Mais des Etats-Unis à l’Allemagne en passant par la grande majorité des autres alliés, les dirigeants se sont succédé pour se démarquer des propos du président français et assurer qu’il n’était pas question d’envoyer des soldats sur le sol ukrainien, offrant une image de division dans le camp occidental.

Vladimir Poutine a quant à lui mis en garde contre une “menace réelle” de guerre nucléaire en cas d’escalade.

“Nous ne sommes pas en guerre contre le peuple russe et nous refusons d’entrer dans une logique d’escalade”, a répondu à distance lundi Emmanuel Macron dans un entretien au journal tchèque Pravo, tout en assumant de lancer ce “débat” sur “tout ce qu’il est possible de faire pour soutenir l’Ukraine”.

Advertisement

Sur le plan économique, sa visite vise aussi à appuyer la candidature du groupe d’électricité français EDF qui ambitionne de rafler le marché d’un programme nucléaire civil tchèque pouvant inclure la construction de jusqu’à quatre réacteurs.

Continue Reading

Actualités

La France devient le premier pays au monde à inscrire l’IVG dans sa Constitution | TV5MONDE

Published

on

Un vote pour l’Histoire: la France est devenue lundi le premier pays au monde à inscrire explicitement dans sa Constitution l’interruption volontaire de grossesse (IVG), après une approbation très large du Parlement réuni en Congrès au Château de Versailles, saluée par une longue ovation.

Sous un tonnerre d’applaudissements, la résidence des rois de France et son gigantesque hémicycle ont vibré au moment où députés et sénateurs ont parachevé l’examen de cette révision constitutionnelle historique, fruit d’une bataille politique et féministe engagée de longue date.

Le consensus a été massif, avec un vote favorable de 780 parlementaires, contre seulement 72 voix opposées, issues essentiellement de la droite et de l’extrême droite. Un score de près de 92% des suffrages exprimés, bien plus que la majorité des trois cinquièmes requise pour modifier le texte suprême.

“La loi détermine les conditions dans lesquelles s’exerce la liberté garantie à la femme d’avoir recours à une interruption volontaire de grossesse”. Introduite à l’article 34 de la Constitution, cette phrase fait de la France une pionnière dans le monde avec une référence aussi claire à l’IVG dans son texte fondamental, à rebours de plusieurs pays où le droit à l’avortement recule, aux Etats-Unis comme en Europe de l’Est.

Advertisement

“Fierté française, message universel”, a écrit sur X Emmanuel Macron, invitant les Français à une symbolique cérémonie de scellement de la Constitution “ouverte au public” le 8 mars, journée internationale des droits des femmes.

Le Premier ministre Gabriel Attal a salué “une étape qui restera dans l’Histoire” et “une deuxième victoire pour Simone Veil”. “La France est fidèle à son héritage (…) patrie des droits de l’homme et aussi et surtout les droits de la femme”.

“Moment magique”

L’annonce des résultats du vote par la présidente de l’Assemblée nationale Yaël Braun-Pivet, première femme à présider le Congrès, a causé une explosion de joie sur les fauteuils rouge vif de l’hémicycle et sur la place du Trocadéro à Paris, où plusieurs centaines de personnes s’étaient rassemblées pour visionner les débats sur écran géant, fumigènes et drapeaux à la main.

Pendant que plusieurs parlementaires entonnaient l’hymne des femmes dans l’hémicycle, la Tour Eiffel s’est mise à scintiller, affichant des messages féministes en plusieurs langues.

Mme Braun-Pivet a fait part de sa “fierté pour toutes les femmes qui se sont battues” pour le droit à l’avortement.

Advertisement

Signe de la dimension planétaire de ce vote, le Vatican a vivement critiqué l’inscription de l’IVG dans la loi fondamentale française, arguant qu’il “ne peut y avoir de +droit+ à supprimer une vie humaine”.

L’émotion a été au rendez-vous au château de Versailles, plusieurs parlementaires confiant leur exaltation devant ce moment rare dans une vie d’élu, au cinquantenaire du vote de la loi Veil ayant légalisé l’avortement en France en 1974.

Si la gauche a réservé ses prises de parole uniquement à des oratrices au Congrès, les groupes Renaissance et Les Républicains ont eux choisi quatre hommes pour résumer les positions de leurs groupes.

“Ce combat-là rentre dans la grande histoire, c’est très rare”, a salué la cheffe de file des députés insoumis Mathilde Panot, à l’initiative de cette révision à l’Assemblée. Elle a reconnu vivre un “moment un peu magique”, arborant une tenue verte, couleur de ralliement des militantes pro-avortement en Amérique latine. “Plus jamais les faiseuses d’anges, les cintres, les aiguilles, les mortes”, a renchéri la sénatrice écologiste Mélanie Vogel.

“Nous continuerons pour celles qui résistent à Trump, Bolsonaro, Orbán, Milei, Poutine, Giorgia Meloni”, avait lancé à la tribune la sénatrice socialiste Laurence Rossignol, recevant à plusieurs reprises une standing ovation du Congrès, sous les yeux d’une trentaine de journalistes étrangers sur quelque 150 accrédités.

Advertisement

Consensus

Emmanuel Macron avait fait de cette réforme l’une des promesses phares du volet sociétal de sa politique ces derniers mois, embrassant les différentes initiatives parlementaires de la gauche, soutenue par la majorité.

La formulation de “liberté garantie” à l’IVG est l’aboutissement de longs débats au Parlement et particulièrement au Sénat, où une partie de la droite étaient réticente, dont le président Gérard Larcher qui s’est finalement abstenu lundi.

Le chef des députés LR Olivier Marleix a pointé le “risque” de créer “un droit absolu”. Mais “ce vote, nous le devons à la liberté des femmes”, a-t-il concédé, reconnaissant les “menaces” planant sur l’avortement dans le monde.

Plus offensive, Marine Le Pen a raillé “un jour à la gloire d’Emmanuel Macron”.

Dans une journée globalement consensuelle, plusieurs responsables insoumis et écologistes ont néanmoins accusé M. Attal “d’invisibiliser” les initiatives de plusieurs femmes de gauche.

Advertisement

Les opposants à l’IVG ont de leur côté manifesté à Versailles dans l’après-midi, ralliant plus de 500 personnes qui ont appelé à “protéger la vie”.

A l’opposé, la présidente nationale du Planning familial, Sarah Durocher, a salué un “jour historique” mais alerté sur la nécessité d’ouvrir le chantier des moyens pour “l’accès à l’avortement”.

parl-ama/sde/or

Continue Reading

Actualités

IVG dans la Constitution: le Congrès s’ouvre à Versailles, Attal souligne une ‘étape fondamentale’ | TV5MONDE

Published

on

Le Parlement est réuni lundi en Congrès à Versailles pour faire de la France le premier pays au monde à inscrire explicitement dans sa Constitution l’interruption volontaire de grossesse (IVG), “une étape fondamentale” selon Gabriel Attal.

Ce débat historique a été ouvert peu après 15H30 dans le décor très solennel du château et son gigantesque hémicycle où les 925 parlementaires sont appelés à graver

“Nous avons une dette morale” envers toutes les femmes “qui ont souffert dans leur chair”, a ajouté le chef du gouvernement, entré dans le Palais accompagné de Jean Veil, fils de Simone Veil, qui avait porté en 1974 la loi légalisant l’avortement en France.

La France est “à l’avant-garde, elle est à sa place”, avait salué quelques instants plus tôt Yaël Braun-Pivet, la présidente de l’Assemblée nationale, première femme à présider le Congrès.

Advertisement

La plupart des autres parlementaires se sont rendus au Congrès en bus, immortalisant pour certains cette scène inhabituelle.

“La loi détermine les conditions dans lesquelles s’exerce la liberté garantie à la femme d’avoir recours à une interruption volontaire de grossesse”. Introduite à l’article 34, la phrase fera de la France une pionnière, à rebours de plusieurs pays où le droit à l’avortement recule, aux Etats-Unis ou en Europe de l’Est.

La cheffe de file des députés insoumis Mathilde Panot, à l’initiative de cette révision à l’Assemblée, a salué une “promesse” pour “les femmes qui luttent partout dans le monde”, arborant une tenue verte, couleur de ralliement des militantes pro-avortement en Amérique latine.

“Nous continuerons pour celles qui résistent à Trump, Bolsonaro, Orbán, Milei, Poutine, Giorgia Meloni, sans oublier bien sûr les mollahs et les dictateurs théocratiques”, a prolongé la sénatrice socialiste Laurence Rossignol, recevant à plusieurs reprises une standing ovation du Congrès.

“Un combat”

En écho au vote de la France, le Vatican a vivement réagi: “A l’ère des droits humains universels, il ne peut y avoir de +droit+ à supprimer une vie humaine”, a affirmé dans un communiqué l’Académie pontificale pour la Vie.

Advertisement

À quatre jours du 8 mars, Journée internationale des droits des femmes, et au cinquantième anniversaire du vote de la loi Veil, la réunion du Congrès parachève une longue bataille politique initiée par la gauche, portée par les associations féministes et finalement embrassée par le gouvernement.

L’émotion était palpable chez les défenseures du projet, notamment chez la ministre déléguée à l’Egalité entre les femmes et les hommes, Aurore Bergé, arrivée en tenant sa mère par la main. “C’est un moment particulier, une part de nos histoires intimes et familiales. C’est un combat qu’elle m’a transmis”, a-t-elle dit.

Une majorité des trois cinquièmes des suffrages exprimés est requise pour approuver la révision constitutionnelle, la première depuis 2008. Elle devrait être atteinte sans difficulté, après les votes massifs de l’Assemblée nationale (493 députés contre 30) et du Sénat (267 voix contre 50) en sa faveur.

Même la droite et l’extrême droite, historiquement opposées ou politiquement sceptiques, ont fini par voter majoritairement pour la réforme.

Le vote du Sénat, longtemps considéré comme le principal verrou au projet, a notamment été frappant, avec un écart de voix inattendu dans un hémicycle encore très circonspect il y a un an, dans le sillage du président Gérard Larcher (Les Républicains), opposé.

Advertisement

Mobilisation

Le chef des députés LR Olivier Marleix a lui pointé le “risque” de créer “un droit absolu”. Mais “nous le devons à la liberté des femmes”, a-t-il reconnu.

Plus offensive, Marine Le Pen a raillé “un jour à la gloire d’Emmanuel Macron”, avant que sa collègue Hélène Laporte n’estime que “la liberté que nous consacrons aujourd’hui ne sera jamais qu’une demi-liberté”.

Plusieurs centaines de partisans de la réforme assistaient au vote grâce à une retransmission sur écran géant au Trocadéro, à Paris, à l’initiative de la mairie et de la Fondation des femmes. Un “scintillement spécial” de la Tour Eiffel est prévu au moment du vote.

“C’est un jour historique, un message à l’ensemble des féministes”, s’est félicitée Sarah Durocher, présidente nationale du Planning familial, évoquant néanmoins “une première étape” avant d’ouvrir le chantier des moyens pour “l’accès à l’avortement”.

Les opposants à l’IVG avaient eux prévu de se mobiliser à Versailles dans l’après-midi.

Advertisement

parl/sde/vk

Continue Reading

Actualités

IVG dans la Constitution: le Parlement à quelques heures d’un vote historique | TV5MONDE

Published

on

Dans le décor solennel du Château de Versailles, le Parlement se réunit lundi après-midi en Congrès pour faire de la France le premier pays au monde à inscrire explicitement dans sa Constitution l’interruption volontaire de grossesse (IVG).

Tests sonores, étiquetage des places… Dans l’aile du Midi du château, les préparatifs battent leur plein lundi pour que le gigantesque hémicycle édifié à la fin du XIXe siècle soit prêt à accueillir les 925 parlementaires appelés à graver l’avortement dans le marbre du texte fondamental.

“La loi détermine les conditions dans lesquelles s’exerce la liberté garantie à la femme d’avoir recours à une interruption volontaire de grossesse”. Introduite à l’article 34, la phrase fera de la France une pionnière, à rebours de plusieurs pays où le droit à l’avortement recule, aux Etats-Unis ou en Europe de l’Est.

“Quand les droits des femmes sont attaqués dans le monde, la France se lève et se place à l’avant-garde du progrès”, a lancé sur X le Premier ministre, Gabriel Attal, qui prendra la parole après l’ouverture du Congrès à 15h30, pour concrétiser la promesse du président de la République, Emmanuel Macron.

Advertisement

Le chef du gouvernement sera accompagné par ses ministres Marie Lebec (Parlement), Eric Dupond-Moretti (Justice) et Aurore Bergé (égalité femmes-hommes) pour le vote. “Souvent, on a galvaudé le mot d’+historique+, mais là, je crois que c’est approprié”, a estimé cette dernière sur TF1 lundi matin.

“Moment crucial”

À quatre jours du 8 mars, Journée internationale des droits des femmes, et au cinquantième anniversaire du vote de la loi Veil ayant légalisé l’avortement en France en 1974, la réunion du Congrès parachève une longue bataille politique initiée par la gauche, portée par les associations féministes et finalement embrassée par le gouvernement.

Une majorité des trois cinquièmes des suffrages exprimés est requise pour approuver la révision constitutionnelle, la première depuis 2008. Elle devrait être atteinte sans difficulté, après les votes massifs de l’Assemblée nationale (493 députés contre 30) et du Sénat (267 voix contre 50) en sa faveur.

“Il n’y a pas de suspense, mais le moment est crucial”, a résumé lundi sur France 2 Yaël Braun-Pivet, la présidente de l’Assemblée nationale, première femme à présider un Congrès, évoquant “un moment important pour les femmes du monde entier”.

En l’inscrivant dans la Constitution, la France “érige l’IVG au rang des libertés fondamentales”, a salué la sénatrice PS, Laurence Rossignol, sur franceinfo.

Advertisement

“C’est aussi inscrire dans la Constitution que la liberté ne se décline pas tout à fait de la même manière quand on est un homme et quand on est une femme”, a souligné un peu plus tard au même micro la députée écologiste Sandrine Rousseau.

Le Sénat “pas imperméable au pays”

Même la droite et l’extrême droite, historiquement opposées ou politiquement sceptiques, ont fini par voter majoritairement pour la réforme.

Le vote du Sénat, longtemps considéré comme le principal verrou au projet, a notamment été frappant, avec un écart de voix inattendu dans un hémicycle encore très circonspect il y a un an.

Opposés à la réforme, les trois hommes forts de la Haute assemblée – le président Gérard Larcher (Les Républicains) et les chefs de file LR et centriste Bruno Retailleau et Hervé Marseille – ont ainsi été désavoués dans leurs rangs.

“Nous avons montré que nous étions plus forts qu’eux”, a savouré l’écologiste Mélanie Vogel, en première ligne sur cette réforme au Sénat.

Advertisement

“Le Sénat, y compris la droite sénatoriale, n’est pas imperméable au pays”, s’est félicitée Laurence Rossignol, alors que la constitutionnalisation de l’IVG est soutenue par plus de 80% des Français selon divers sondages.

La formulation retenue “ne crée pas de droit opposable (et) ne fait que redire quel est le rôle du Parlement”, a expliqué lundi sur France inter la sénatrice LR, Agnès Canayer, qui fait partie de ceux qui ont “changé d’avis”.

“On arrive à avoir ce moment historique et moi, je suis très honorée d’être la première à l’avoir fait voter à l’Assemblée”, s’est félicitée la présidente du groupe La France insoumise, Mathilde Panot.

Le texte de cette dernière, adopté au Palais-Bourbon en 2022, évoquait le “droit” à l’avortement.

Après de longs débats juridiques, la rédaction a finalement évolué vers une version de compromis au profit d’une “liberté garantie”, défendue par le ministre de la Justice, Eric Dupond-Moretti, auprès des parlementaires les moins convaincus.

Advertisement

Jusqu’au résultat du vote, attendu à partir de 18h30, les associations de défense des droits des femmes auront les yeux rivés sur Versailles, où les orateurs des différents groupes politiques rappelleront successivement leur position.

Alors que les opposants à l’IVG ont annoncé une mobilisation à Versailles dans l’après-midi, les partisans de la réforme se sont donné rendez-vous au Trocadéro, à Paris, où une retransmission du vote sur écran géant est organisée à l’initiative de la mairie et de la Fondation des femmes.

Continue Reading

Actualités

IVG dans la Constitution: le Parlement à Versailles pour un vote historique | TV5MONDE

Published

on

Le Parlement se réunit lundi en Congrès au Château de Versailles pour faire de la France le premier pays au monde à inscrire explicitement dans sa Constitution l’interruption volontaire de grossesse (IVG) et protéger le droit à l’avortement en recul dans nombre de pays.

Logée dans l’aile du Midi de la résidence des rois de France, la prestigieuse salle du Congrès s’apprête à accueillir un moment d’histoire: les 925 parlementaires du pays, sénateurs et députés, sont appelés à graver l’avortement dans le marbre du texte fondamental.

“La loi détermine les conditions dans lesquelles s’exerce la liberté garantie à la femme d’avoir recours à une interruption volontaire de grossesse”. Introduite à l’article 34, la phrase fera de la France une pionnière, à rebours de plusieurs pays où le droit à l’avortement recule, aux Etats-Unis ou en Europe de l’Est.

“Quand les droits des femmes sont attaqués dans le monde, la France se lève et se place à l’avant-garde du progrès”, a lancé sur X le Premier ministre Gabriel Attal, qui prendra la parole après l’ouverture du Congrès à 15h30, pour concrétiser cette promesse d’Emmanuel Macron.

Advertisement

A quatre jours du 8 mars, journée internationale des droits des femmes, et au cinquantième anniversaire du vote de la loi Veil ayant légalisé l’avortement en France en 1974, la réunion du Congrès viendra parachever une longue bataille politique initiée par la gauche, portée par les associations féministes et finalement embrassée par le gouvernement après plusieurs initiatives parlementaires.

Confortable majorité

Une majorité des trois cinquièmes des suffrages exprimés est requise pour approuver cette révision constitutionnelle, la première depuis 2008. Elle devrait être atteinte sans difficulté, après les votes massifs de l’Assemblée (493 députés contre 30) et du Sénat (267 voix contre 50) en faveur de cette inscription.

Soutenue par plus de 80% de la population française selon divers sondages, la constitutionnalisation de l’IVG s’est progressivement imposée dans le paysage politique.

Même la droite et l’extrême droite, historiquement opposées ou politiquement sceptiques, ont fini par voter majoritairement pour la réforme, malgré certaines réticences.

Le vote du Sénat, longtemps considéré comme le principal verrou à ce projet, a notamment été frappant, avec un écart de voix inattendu dans un hémicycle encore très circonspect il y a un an.

Advertisement

Opposés à la réforme, les trois hommes forts de la Haute assemblée – le président Gérard Larcher (Les Républicains) et les chefs de file LR et centriste Bruno Retailleau et Hervé Marseille – ont ainsi été désavoués dans leurs rangs.

“Nous avons montré que nous étions plus forts qu’eux”, a savouré l’écologiste Mélanie Vogel, en première ligne sur cette réforme au Sénat. “On arrive à avoir ce moment historique et moi, je suis très honorée d’être la première à l’avoir fait voter à l’Assemblée”, s’est félicitée la présidente du groupe La France insoumise, Mathilde Panot.

“Une inspiration”

Le texte de cette dernière, adopté au Palais Bourbon en 2022, évoquait le “droit” à l’avortement.

Après de longs débats juridiques, la rédaction a finalement évolué vers une version de compromis au profit d’une “liberté garantie”, défendue corps et âme par le ministre de la Justice Eric Dupond-Moretti auprès des parlementaires les moins convaincus.

“Il faut graver les choses dans notre Constitution pour mieux protéger les femmes, pour s’assurer que personne ne touchera à l’avortement”, a martelé dimanche le garde des Sceaux sur Radio J.

Advertisement

Les voix dissonantes se sont faites discrètes ces derniers jours: la Conférence des évêques de France a fait part de sa “tristesse”, tandis que la tête de liste du parti Reconquête! aux élections européennes, Marion Maréchal, a raillé un “gadget juridique”.

Jusqu’au résultat du vote, attendu autour de 18h30, les associations de défense des droits des femmes auront les yeux rivés sur Versailles, où les orateurs des différents groupes politiques rappelleront successivement leur position.

Alors que les opposants à l’IVG ont annoncé une mobilisation à Versailles dans l’après-midi, les partisans de la réforme se sont donné rendez-vous au Trocadéro à Paris où une retransmission du vote sur écran géant est organisée à l’initiative de la mairie et de la Fondation des femmes.

“C’est un événement mondial, une inspiration pour les femmes du monde entier. Cela a dépassé nos rêves!” a réagi à l’AFP Claudine Monteil, pionnière féministe qui fut la plus jeune signataire en 1971 du “Manifeste des 343”, un appel historique à la légalisation de l’avortement en France.

Advertisement
Continue Reading

Actualités

Chlordécone aux Antilles: les députés reconnaissent la ‘responsabilité’ de l’Etat | TV5MONDE

Published

on

L’Assemblée nationale a adopté jeudi en première lecture une proposition de loi reconnaissant symboliquement la “responsabilité” de l’Etat dans les ravages de la chlordécone, un pesticide utilisé aux Antilles jusqu’en 1993 malgré les alertes sur sa nocivité.

Le texte porté par le député PS de Guadeloupe, Elie Califer, a été voté à l’unanimité des 101 votants, les groupes de la majorité s’étant abstenus, et va poursuivre son chemin parlementaire au Sénat.

Ce vote “est une victoire de la représentation nationale, une victoire de la République de la fraternité”, a salué dans l’hémicycle Elie Califer à l’issue des débats: “Nous avons fait un travail que nos territoires vont regarder”.

La proposition de loi prévoit que la “République française reconna(isse) sa responsabilité dans les préjudices sanitaires, moraux, écologiques et économiques” causés par l’utilisation de ce pesticide en Martinique et en Guadeloupe.

Advertisement

La France doit avoir pour objectif “la dépollution des terres” et “l’indemnisation de toute les victimes de cette contamination, qu’elles aient eu lieu ou non dans le cadre d’une activité professionnelle”, poursuit le texte.

Plusieurs amendements portés par les groupes GDR (à majorité communiste), LFI ou Ecologistes ont toutefois été ajoutés, parfois contre l’avis même d’Elie Califer.

Le texte établit ainsi que la République française doit reconnaître les préjudices “moraux” du scandale, une mention qui ne figurait pas dans la version initiale. A aussi été adopté un amendement visant à la “mise en place d’une campagne de prévention sur l’ensemble du territoire national”.

La France s’assigne en outre “l’objectif d’établir publiquement la responsabilité des décideurs politiques dans ce scandale d’Etat”, une expression qui a provoqué d’âpres débats.

“Il ne faut pas vouloir partir dans tous les sens”, a ainsi regretté le ministre délégué à la Santé, Frédéric Valletoux, la députée macroniste Charlotte Parmentier-Lecocq rappelant que les faits remontent à “plus de 30 ans” et disant craindre une chasse aux sorcières.

Advertisement

– “Responsabilité des décideurs” –

La chlordécone, pesticide répandu dans les bananeraies pour lutter contre le charançon, a été interdite aux Etats-Unis dès 1975, mais est restée autorisée en France jusqu’en 1990, et même jusqu’en 1993 – quinze ans après les premières alertes de l’OMS – aux Antilles, où elle a bénéficié d’une dérogation.

Plusieurs élus ont en outre souligné les prévalences de maladie comme le cancer de la prostate. Un amendement prévoit la mise en place d’un dépistage systématique du cancer de la prostate à partir de 45 ans pour les populations de Guadeloupe et Martinique.

Les députés macronistes, très réservés, avaient retiré avant la séance un amendement visant à remplacer l’idée de “responsabilité” de l’Etat par “sa part de responsabilité dans l’ampleur des dommages”.

Durant les débats, Charlotte Parmentier-Lecocq a estimé qu’il n’y avait “aucune ambiguïté” quant à la “part de responsabilité” de l’Etat, mais que “d’autres responsabilités ont été à l’œuvre”, celles de propriétaires d’exploitation ou d’élus locaux de l’époque.

Advertisement

Un autre amendement, actant la création d’une “instance indépendante” pour évaluer les actions de dépollution et de protection des populations, avec la remise d’un rapport au plus tard pour fin 2025, a été adopté.

Pour la MoDem Maud Petit, dont le groupe s’est abstenu en raison des changements “incohérents” apportés, les responsabilités sont “à la fois scientifiques, économiques et politiques”.

“Malheureusement, les débats se sont déroulés de telle manière que j’ai l’impression que nous avons parfois dressé des gibets”, a renchéri le LR Philippe Juvin.

Aux Antilles, où le non-lieu prononcé en janvier 2023 par deux juges d’instruction parisiennes enquêtant sur le scandale avait provoqué beaucoup d’amertume, le vote était scruté de près.

Le collectif “Lyannaj pou dépoliyé Gwadloup” (Alliance pour la dépollution de la Guadeloupe) regrettait notamment un texte qui ne va pas assez loin, notamment en n’impliquant pas les producteurs de l’époque.

Advertisement

“Nous sommes favorables, bien sûr, à une reconnaissance de la responsabilité de l’Etat”, souligne Laurence Maquiaba, membre de ce collectif, “mais nous ne pouvons pas considérer que l’Etat est seul responsable, les pollueurs doivent aussi être concernés”.

En Martinique aussi, les militants attendent plus. Pour Philippe Pierre-Charles, porte-parole du collectif “Matinik doubout, gaoulé kont chlordécone” (Martinique debout – révolte contre la chlordécone), cette reconnaissance est “un élément non négligeable” mais doit ouvrir la porte à un programme de réparation”.

“Et là, ce n’est pas encore ce qui est mis clairement sur la table”, regrette-t-il.

Continue Reading

Actualités

Européennes: l’écologiste Marie Toussaint refuse un débat sur CNews | TV5MONDE

Published

on

L’eurodéputée écologiste Marie Toussaint, tête de liste pour les européennes, a annoncé dimanche qu’elle déclinait l’invitation de CNews pour un débat avant les élections, refusant de “participer à l’effort de trumpisation de l’espace médiatique” mené selon elle par la chaîne.

“Je répondrai à tous les médias respectueux de la déontologie de leur profession. Votre antenne n’entre malheureusement plus dans cette catégorie”, écrit la candidate dans un courrier à Serge Nedjar, directeur général de CNews, et au milliardaire Vincent Bolloré, qui contrôle Vivendi, propriétaire du groupe Canal+.

Elle explique avoir été invitée pour un “grand débat” des élections européennes le 30 mai prochain, mais refuse de mettre sa “parole au service d’un équilibrage acrobatique des temps de paroles des médias du groupe Bolloré”.

L’eurodéputée indique avoir pris sa décision après avoir observé la chaîne considérer, dans une infographie, l’avortement comme une des principales causes de mortalité dans le monde. CNews avait présenté ses excuses après cette séquence.

Advertisement

“Votre chaîne n’est désormais qu’une simple officine de propagande au service d’un combat civilisationnel”, ajoute Marie Toussaint, regrettant que l’antenne du canal 16 de la TNT, classée deuxième chaîne d’info de France, invite “80% d’intervenants politiques teintés à droite ou à l’extrême droite”.

Les vedettes de CNews, Pascal Praud, Laurence Ferrari et Sonia Mabrouk, étaient auditionnées cette semaine à l’Assemblée nationale dans le cadre d’une commission d’enquête sur les fréquences TNT. Cyril Hanouna doit à son tour être auditionné le 14 mars.

La chaîne est déjà régulièrement boycottée par de nombreux élus de gauche, notamment issus de la France insoumise (LFI) et des écologistes.

CNews, ainsi que l’autre chaîne du groupe Canal+, C8, ont aussi déjà été sanctionnées par l’Arcom, le régulateur de l’audiovisuel. CNews s’est notamment vu infliger une amende de 50.000 euros fin janvier pour une séquence de septembre 2022, concernant un sondage sur le thème de l’insécurité.

L’appel à candidatures pour 15 fréquences de la télévision numérique terrestre a été lancé mercredi, avec pour enjeu pour ces deux chaînes de conserver leur place sur la TNT, quelques jours après une décision très commentée du Conseil d’Etat sommant l’Arcom de muscler son contrôle de CNews.

Advertisement
Continue Reading

Actualités

Après un Salon de l’agriculture chahuté, des braises encore ‘brûlantes’ | TV5MONDE

Published

on

Le feu couve encore sous des “braises brûlantes”: le Salon de l’agriculture a fermé ses portes dimanche au terme d’une 60e édition marquée par la colère des agriculteurs, qui promettent de rester mobilisés en attendant de voir la traduction concrète des multiples annonces gouvernementales.

La fréquentation a légèrement baissé en 2024, avec 603.652 visiteurs (-2%), en raison d’une première journée chahutée.

Le président du syndicat agricole majoritaire FNSEA, Arnaud Rousseau, a prévenu dimanche sur BFMTV qu’il y aurait encore “des actions sur le terrain” car “sur le plan politique, les choses ne sont clairement pas terminées”. “Les braises sont brûlantes”, a-t-il affirmé.

Le ministre de l’Agriculture Marc Fesneau a, lui, estimé sur la même chaîne que “le temps de la contestation (avait) eu lieu”, invitant à “se mettre autour de la table” pour avancer.

Advertisement

La puissante Fédération nationale des syndicats d’exploitants agricoles (FNSEA) avait donné le ton dès la veille de l’ouverture, le 23 février, en organisant une marche achevée en veillée d’armes devant l’entrée du Parc des expositions à Paris.

Au petit matin, des dizaines de manifestants forcent une grille et entrent, décidés à se faire entendre du chef de l’Etat.

Un premier jour “plus que chaotique”, un “début violent”, juge Arnaud Rousseau.

Au milieu des allées du Hall 1, l’incontournable pavillon des vaches, cochons et ovins, des empoignades ont lieu entre la sécurité – visiblement dépassée – et des militants arborant des signes distinctifs de trois syndicats, FNSEA, Jeunes agriculteurs et Coordination rurale.

Haute surveillance

Le programme de la visite d’Emmanuel Macron est chamboulé. Après une rencontre avec les représentants officiels des syndicats et filières, il débattra finalement avec quelques agriculteurs choisis dans les rangs des syndicats.

Advertisement

Le Salon ouvre au public avec une heure de retard, le Hall 1, six heures plus tard. “Du jamais vu”, selon les organisateurs.

L’habituelle déambulation du président est maintenue, mais sous une haute surveillance policière tenant les visiteurs à distance.

“On montre les muscles une fois de plus contre un peuple qui souffre et qui en a marre”, tempête Moïse Blin, éleveur en Bretagne.

Après cette première journée tumultueuse, la vie du Salon reprend dans une ambiance bon enfant, même si sifflets et “coups de gueule” ponctuent jusqu’au bout l’édition.

Les curieux s’empressent autour de son égérie, la vache Oreillette, se régalent des spécialités régionales, grimpent dans la moissonneuse-batteuse.

Advertisement

La fête donne lieu, comme toujours, à certains débordements mais loin des excès constatés l’an dernier grâce notamment à de nouvelles restrictions sur la vente d’alcool.

“Rendez-vous manqué”

Après la mobilisation des campagnes et des engagements gouvernementaux, allant de centaines de millions d’aides d’urgence à la promesse d’un choc de simplification, le Salon a été l’occasion de présenter de nouveaux gages.

Accédant à une demande forte de la FNSEA, Emmanuel Macron s’est engagé à reconnaître l’agriculture “comme un intérêt général majeur de la nation française”; répondant à la Coordination rurale, il a évoqué “un plan de trésorerie d’urgence”; et à l’adresse de la Confédération paysanne, a ouvert un débat sur les “prix planchers”.

Le gouvernement a aussi multiplié les annonces: plans pour l’élevage et le blé dur, 40 millions d’euros supplémentaires pour l’agriculture bio, 100 millions de plus pour la filière fruits et légumes. Ont aussi été publiés des décrets sur la dénomination des viandes ou les métiers en tension.

Mais pour Jérôme Despey, premier vice-président de la FNSEA, ce salon a été “un rendez-vous manqué” avec l’exécutif: “On attendait du président de la République une stratégie et la définition d’un cap pour l’agriculture”, a-t-il expliqué à l’AFP.

Advertisement

Ministres, élus ou candidats, les politiques ont défilé sans discontinuer, sur fond de campagne pour les élections européennes.

Les ministres Christophe Béchu (Transition écologique) et Marc Fesneau (Agriculture) ont été la cible d’oeufs, tandis que Gabriel Attal a déambulé tranquillement; à l’extrême droite, Marion Maréchal a été aspergée de bière quand le président du RN Jordan Bardella a multiplié les selfies.

La Coordination rurale, accusée d’accointances avec le RN par le chef de l’Etat, a maintenu la pression dans la rue, avec vendredi matin un rassemblement surprise avec tracteurs et ballots de paille au pied de l’Arc de Triomphe.

“La présence massive des représentants politiques, avec 83 visites officielles, est une reconnaissance pour notre événement, mais elle souligne également la nécessité de repenser l’organisation de leur accueil pour l’avenir”, ont indiqué les organisateurs, soucieux de “garder un équilibre entre participation des politiques et bon déroulement du Salon”.

jum-sb-myl-ni-bb/abb/bow

Advertisement
Continue Reading

Actualités

Européennes: Bardella lance sa campagne en ciblant Macron, ‘grand effaceur’ de la France | TV5MONDE

Published

on

Jordan Bardella a dénoncé dimanche “l’effacement de la France” en Europe et ciblé le “grand effaceur” Emmanuel Macron, lors d’un meeting à Marseille devant 5.000 personnes, lancement de sa campagne des élections européennes qui entend capitaliser sur une bonne dynamique sondagière.

Aux abords du stade Vélodrome, la tête de liste du Rassemblement national a été ovationné au son de “Macron démission”, “Marine présidente” et “On est chez nous”, avec le rare honneur de s’exprimer en dernier, privilège jusqu’alors réservé à la triple candidate malheureuse à l’Elysée.

“Ce que nos dirigeants et l’Union européenne ont provoqué, main dans la main, c’est le grand effacement de la France qui se traduit par le recul de la France chez elle, sur son propre sol, mais également en Europe et dans le monde, a-t-il lancé. “Et le grand effaceur s’appelle Emmanuel Macron”.

Le candidat âgé de 28 ans a assuré que le 9 juin devait être le “jour 1 de l’alternance”, fidèle à la stratégie du parti qui entend faire des Européennes une véritable élection de mi-mandat. “Il n’y pas d’autre option que la victoire”, a-t-il insisté.

Advertisement

Marine Le Pen avait ouvert le meeting après une longue déambulation aux côtés de Jordan Bardella au milieu du public, sous une musique assourdissante et une nuée de drapeaux bleu-blanc-rouge.

Elle a notamment dénoncé le “cynisme” et les “postures guerrières” d’un président Macron “en état de siège”, face auquel le RN proposera une “transition réfléchie et résolue, nationale et populaire”.

“Comme il y a trente ans, nous pataugeons toujours dans le +responsables mais pas coupables+ avec un gouvernement qui ne cesse de se défausser”, a-t-elle fustigé, avant d’ironiser: “C’est la faute de la crise, du RN, de la guerre, du RN, des réseaux sociaux, du RN, des Chinois, du RN, des martiens, du RN… Ces dérobades indignes discréditent la parole et l’action publiques”.

Marine Le Pen a par ailleurs confirmé sa présence sur la liste de son poulain, à la dernière place, “symboliquement”.

Axes de campagne

Le rendez-vous phocéen, “le plus important”, inaugurait une série d’une dizaine de réunions publiques programmées au cours des trois prochains mois, dont l’une à Paris le 1er mai.

Advertisement

Ce premier meeting – facturé 400.000 euros sur un budget de campagne total de 4,32 millions – a permis au RN d’éprouver un nouveau slogan: “La France revient”, sous-titré “L’Europe revit”, clin d’oeil à la formule de Ronald Reagan “America is back”.

C’était déjà une référence aux années 80 que le parti d’extrême droite employait jusqu’alors, “Vivement le 9 juin”, pastiche d’un slogan du RPR de Jacques Chirac.

Sur le fond, le raout marseillais a été l’occasion de dérouler les grands axes de la campagne, crise agricole et immigration en tête.

“Le Pacte vert d’un côté, le Pacte migratoire de l’autre: voici les deux grands piliers de cette bataille électorale décisive”, a lancé Jordan Bardella, considérant à nouveau les élections comme un “référendum contre la submersion migratoire”.

A la macronie qui l’accuse de vouloir sortir de façon déguisée de l’Union européenne, l’eurodéputé a répondu qu’on “ne quitte pas la table du jeu quand on est sur le point de gagner la partie”, citant plusieurs pays où les alliés du RN sont en progression.

Advertisement

L’un de ses concurrents, Raphaël Glucksmann, qui porte la liste socialiste, a qualifié sur France 3 les lepénistes de “patriotes de pacotille (…) au service de Vladimir Poutine”.

Aux sympathisants de Reconquête!, tentés par la liste de Marion Maréchal, ou à ceux de LR, Jordan Bardella a demandé indirectement de “s’unir et se rassembler” plutôt que de “disperser leur vote”.

Objectif Le Pen 2027

Une contre-manifestation a réuni en parallèle 600 personnes à Marseille, venus “marquer leur opposition” au RN.

Ultra-favori dans les sondages (28 à 30% d’intentions de vote) avec environ dix points de plus que la liste Renaissance-MoDem-Horizons, Jordan Bardella a une double ambition: arriver en tête et faire au moins aussi bien qu’aux dernières Européennes, 23,34%.

Objectif sous-jacent: faire du 9 juin le marche-pied d’une quatrième candidature de Marine Le Pen à l’Elysée en 2027.

Advertisement

La principale inconnue de la campagne, pour le RN, sera la remontée, ou non, du camp présidentiel, englué depuis plusieurs semaines sous la barre des 20% d’intentions de vote.

La macronie et sa candidate Valérie Hayer entendent répondre au meeting de Jordan Bardella dès samedi prochain, à Lille. Avec, pour la soutenir, le Premier ministre Gabriel Attal et son gouvernement au complet.

Continue Reading

Rencontre ton âme sœur ici

https://www.highcpmrevenuegate.com/xbaz82pgrw?key=dedb9e02254a11c51c4e72640034c775
Advertisement

Derniers Articles

Santé2 mins ago

Acné chez l’adolescent : causes, conseils d’hygiène et traitements

Quoi de plus banal que des boutons d’acné au moment de l’adolescence ? En France, 80 % des 12-18 ans sont concernés par...

Société26 mins ago

52 Md$ de capitalisation, les memecoins s’envolent !

7h00 ▪4min de lecture ▪ parLuc Jose A. Actuellement, le marché des cryptos est en pleine ébullition. Les 20 premières cryptos...

Divertissements27 mins ago

Dés gratuits Monopoly GO du 05 mars 2024

Retrouvez ici tous les liens Monopoly go du 5 mars 2024 pour récupérer tous les dés gratuitement et ainsi pouvoir...

Santé48 mins ago

La footballeuse Sam Kerr inculpée pour outrage à caractère raciste envers un policier

IZHAR KHAN / AFP La star du football Sam Kerr a été inculpée au Royaume-Uni pour outrage à caractère raciste,...

Sports54 mins ago

Sam Kerr: Chelsea striker pleads not guilty to racially aggravated offence

Kerr has scored 99 goals in 128 games for Chelsea Chelsea striker Sam Kerr is set to face trial after...

International55 mins ago

Extraterrestrials could be stuck on their exo-planet ‘home world’ due to ‘physical limitations,’ study claims – is this why we haven’t found aliens?

‘Where is everyone?’ It’s the famous question about aliens, echoing out to our quiet galactic neighbors after Manhattan Project physicist...

France1 hour ago

Cédric Doumbè-«Baki», est-il encore possible d’acheter des places ?

Les places pour le combat entre Cédric Doumbè et Baysangur «Baki» Chamsoudinov, qui aura lieu ce jeudi 7 mars à...

Afrique1 hour ago

Attaques meurtrières au Burkina Faso : une enquête ouverte

Au Burkina Faso, les attaques meurtrières massives dans les villages de Komsilga, Nodin et Soro ont entraîné la perte tragique...

Société1 hour ago

Protection Choices to Hold Impartial Contractor Enterprise Protected in 2024

This submit is a part of a sequence sponsored by IAT Insurance coverage Group. After the unprecedented growth that surged...

Santé2 hours ago

leurs deux témoignages dans cette affaire

AFP Roman Polanski (ici au festival de Deauville en septembre 2019) est poursuivi en diffamation par Charlotte Lewis (ici lors de...

Actualités2 hours ago

Statut de l’élu local: le Sénat veut lutter contre la crise des vocations | TV5MONDE

Inquiet face aux démissions en pagaille à deux ans des élections municipales, le Sénat examine mardi un texte sur le...

International2 hours ago

DON’T do these before selling you car: Nine mistakes to avoid losing money trading in your wheels

 Buying a car is an exciting moment, but selling a car can be a headache.   While most of us just...

France2 hours ago

Horoscope du mardi 5 mars 2024 par Isabelle Elvira : Femme Actuelle Le MAG

Marc Angel laisse la place à Isabelle Elvira pour votre horoscope quotidien sur femmeactuelle.fr et à Sophie Hérolt-Petitpas dans le...

France2 hours ago

pourquoi n’est-il plus proposé dans vos recherches ?

Les différents services développés par Google, notamment Maps, sont fortement altérés en raison en raison du Digital Markets Act (DMA),...

Santé2 hours ago

Le prix du billet pour la tour Eiffel va augmenter cet été, et on sait de combien

Unsplash La tour Eiffel a souffert pendant le Covid, c’est pourquoi le prix du billet va augmenter sensiblement à l’été...

Société2 hours ago

25 Straight Quarters of Premium Will increase for Business Traces: CIAB Survey

Total industrial property/casualty premiums elevated barely for all account sizes to 7% on common within the fourth quarter 2024, persevering...

Divertissements3 hours ago

Comment aménager un espace de travail inspirant chez soi ?

Avec l’essor du télétravail, 58% des salariés français travaillent désormais de chez eux au moins une fois par semaine. Mais...

International3 hours ago

Diplomatic efforts to broker Israel-Hamas ceasefire continue

Gaza’s health ministry collects data from the enclave’s hospitals and the Palestinian Red Crescent. The health ministry does not report...

Sports3 hours ago

‘Let’s give it a go!’ – Arteta wants to maintain momentum

Arsenal manager Mikel Arteta is pleased with his side’s 6-0 victory over Sheffield United and says the team need to...

International3 hours ago

Disney fanatic SLAMS park’s insane price hikes – revealing just how wildly ‘expensive’ a single day trip has become – suggesting vacationing overseas instead

The happiest place on earth is also becoming the most unaffordable; with a Disney fanatic declaring it’s cheaper to take...

Advertisement

Trending