Connect with us

Actualités

Mayotte: objectif de destruction de 1.250 logements insalubres à fin 2023 | TV5MONDE

Published

on

Gérald Darmanin a dit dimanche tabler sur la destruction “grosso modo” de “1.250” logements insalubres à Mayotte d’ici “la fin de l’année”, en regrettant “le retard pris” dans cette opération en raison de “très nombreux recours” juridiques.

Accompagné des ministres délégués Olivier Klein (Logement) et Jean-François Carenco (Outremer), Gérald Darmanin a assisté, au second jour de son déplacement à Mayotte, à la destruction des dernières cases insalubres du quartier des Badamiers à Dzaoudzi, en Petite-Terre.

“Il y aura eu grosso modo 1.250 (destructions) d’ici la fin de l’année”, a dit le ministre de l’Intérieur, qui avait évoqué 1.000 destructions d’ici à la fin de l’année dans son interview au Figaro mise en ligne vendredi soir.

Aux Badamiers, Gérald Darmanin a dénoncé les nombreux recours contre ces destructions, qui “ont empêché le préfet de faire son travail de lutte contre l’insalubrité”.

La destruction des bangas (cases insalubres) est un des volets de l’opération Wuambushu lancée fin avril par le ministre. “Nous allons accélérer (…). Ce volet, a-t-il dit, a pris du retard du fait des très nombreux recours”.

“J’eusse aimé, a-t-il poursuivi, que ceux qui sont venus faire du tourisme juridique à Mayotte visitent les bangas, des endroits insalubres où les enfants n’ont pas d’eau courante, où s’il y avait un cyclone, on aurait tous pleuré sur les très nombreux morts qu’il y aurait eu ici”, et cela “pour empêcher de construire du logement social”.

“Ce qui est important, a insisté le ministre, c’est la destruction des logements insalubres et de reprendre la maîtrise du foncier”.

Gérald Darmanin est à Mayotte jusqu’à dimanche soir pour défendre Wuambushu (“reprise” en mahorais), opération gouvernementale contestée de lutte contre la criminalité, l’immigration irrégulière et l’habitat insalubre.

Il a aussi promis samedi de remédier au manque d’eau qui frappe cet archipel français de l’océan Indien et annoncé un blocage des prix des bouteilles d’eau à partir du 15 juillet.

Le ministre s’est dit en outre soucieux de “développer le tourisme” dans le 101e département français, relevant qu'”il n’y aucune raison que Mayotte ne soit pas un très beau lieu de destination touristique”.

Advertisement
Click to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Actualités

Fin de vie: le projet de loi entame sa course de fond à l’Assemblée | TV5MONDE

Published

on

Prélude d’un parcours qui pourrait durer jusqu’à deux ans, le projet de loi sur la fin de vie arrive lundi à l’Assemblée, où la commission spéciale va vivre un mois assidu d’auditions, dans un climat politique que chacun souhaite “apaisé”.

Le départ du marathon législatif autour de cette grande réforme sociétale du deuxième quinquennat Macron a été donné lundi à 18h00, deux semaines après la présentation du texte en Conseil des ministres.

Première sur la ligne, la ministre de la Santé Catherine Vautrin, qui porte ce texte sensible, a évoqué “une certaine impatience dans notre société d’avoir ce débat”, “important”, souhaitant “un esprit d’humanité, d’écoute et de respect” au Parlement.

Outre un effort accentué en faveur des soins palliatifs, elle a mis en avant la volonté, avec la possible aide à mourir, de “répondre aux souffrances insupportables de quelques personnes auxquelles la loi en vigueur n’apporte pas de réponses suffisantes” mais aussi la “recherche d’équilibre” et de “garanties”.

Suivront, entre autres, des représentants du corps médical mardi, des cultes mercredi, d’associations jeudi, ou encore des psychologues, philosophes, sociologues, anciens ministres et parlementaires comme Alain Claeys et Jean Leonetti, auteurs de la dernière grande loi sur la fin de vie.

“L’important est qu’on puisse offrir à nos collègues un panel assez large d’acteurs” pour se forger un choix éclairé, a dit en amont auprès de l’AFP la présidente de la commission Agnès Firmin Le Bodo (Horizons), qui a porté ce sujet comme ministre déléguée à la Santé.

Puis, à partir du 13 mai, les 71 membres de cette commission entreront dans le vif du texte, décortiqué au fil de ses 21 articles et des amendements déposés, avant que l’hémicycle ne s’empare du projet remanié, à partir du 27 mai.

Le rapporteur général Olivier Falorni a souhaité lundi “une grande traversée parlementaire qui prenne tout le temps nécessaire”, mais “pas de façon inconsidérée” car “beaucoup de Français attendent cette loi, notamment beaucoup de malades”.

Au cœur des questionnements, le fait de proposer à certains patients le moyen de se suicider et, quand ils sont incapables d’accomplir le geste fatal, de le faire pour eux.

Cette “aide à mourir” sera réservée aux patients majeurs, nés en France ou résidant de longue date dans le pays, et en mesure d’exprimer clairement leur volonté. Le texte exclut explicitement les maladies psychiatriques.

Il faudra également ressentir des souffrances intolérables et impossibles à traiter, physiques ou psychologiques. Enfin, le pronostic vital devra être engagé à court ou moyen terme.

“Respect des convictions”

Alors que le reste des travaux à l’Assemblée sont en pause cette semaine – vacances obligent – les députés de la commission vont pouvoir “se concentrer uniquement sur le sujet”, se félicite Mme Firmin Le Bodo.

Dans une Assemblée où la situation de majorité relative a exacerbé les passions, la question du climat des débats sera centrale.

“Les députés ont conscience que ça sera très regardé et très suivi. Vous n’allez pas vous jeter dans une arène comme pour un PSG-OM”, a métaphorisé en amont l’Insoumise Caroline Fiat, l’une des quatre co-rapporteurs thématiques de la loi. “On peut être en désaccord mais il faut faire attention aux mots qu’on prononce”, a-t-elle glissé.

Gabriel Attal a également appelé au “plus grand respect des convictions de chacun”, souhaitant que les députés “manifestent le sens de la responsabilité” due “aux malades et aux familles”.

Sur ce sujet sociétal autant qu’intime, les groupes politiques ne donneront pas de consigne de vote. Gauche et camp présidentiel devraient représenter l’essentiel des soutiens à son volet controversé sur l’aide à mourir face à l’hostilité dominant à droite et à l’extrême droite.

“A travers ce débat, c’est un rendez-vous avec tous les Français”, car “la fin de vie concerne chaque famille, chaque personne, nous touchons à l’intime”, a aussi relevé Catherine Vautrin.

Alors que le sujet risque de réveiller de forts clivages éthiques et religieux, la philosophe Elisabeth Badinter a fait savoir dimanche dans La Tribune que son défunt mari Robert Badinter, ex garde des Sceaux à l’initiative de l’abolition de la peine de mort, aurait voté cette loi, contrairement à ce que certains opposants affirment.

Continue Reading

Actualités

Convocation de Panot: pour Glucksmann, les ‘différends politiques’ ne doivent pas ‘se régler devant la justice’ | TV5MONDE

Published

on

La tête de liste PS-Place publique aux élections européennes, Raphaël Glucksmann, a estimé mercredi que les “différends politiques” ne devaient pas “se régler devant la justice”, au lendemain de l’annonce de la convocation de l’Insoumise Mathilde Panot pour “apologie du terrorisme”.

La cheffe des députés LFI a annoncé mardi sa convocation par la police, dans le cadre d’une enquête en lien avec un communiqué de son groupe parlementaire après les attaques du Hamas contre Israël le 7 octobre.

Ce texte avait provoqué une vive polémique, en raison du refus des Insoumis de qualifier de “terroriste” le mouvement islamiste palestinien et les massacres qu’il a commis.

Se disant en “confrontation extrêmement profonde” avec LFI sur ce sujet, M. Glucksmann a estimé sur France 2 que “ce qu’ils ont fait est une faute politique morale grave” mais “ce n’est pas une apologie”.

“Je suis extrêmement contre (le fait) que les différends politiques, aussi violents, aussi profonds soient-ils, se règlent devant la justice”, a ajouté le chef de file social-démocrate.

“Combattons sans relâche les dérives, mais politiquement”, a-t-il insisté, soulignant que le scrutin européen du 9 juin sera “l’occasion de trancher sur le fond”, en particulier “sur le rapport à la violence (et) au terrorisme”.

“Qu’on laisse le débat politique se faire en France sans le criminaliser”, a tancé de son côté le député LFI Éric Coquerel sur franceinfo. Pour lui, le “procureur” à l’origine de la convocation “reproche” au mouvement créé par Jean-Luc Mélenchon son “analyse politique” sur le conflit entre Israël et le Hamas qui lui est “reproché”.

A droite et à l’extrême droite, on a surtout raillé des “arroseurs arrosés”.

“Ca faisait davantage sourire LFI lorsque ça arrivait aux autres de se retrouver devant des tribunaux”, a persiflé sur franceinfo le député RN Sébastien Chenu. Il a rappelé néanmoins que s’il “combat” les positions de LFI, “la politique ne peut se terminer devant les tribunaux”, encore moins en période électorale.

“Que ceux qui mettent le feu viennent pleurnicher sur le fait qu’ils sont brûlés, faut quand même pas se foutre du monde”, a estimé son collègue à l’Assemblée Jean-Philippe Tanguy (RN) sur BFMTV-RMC, tout en reconnaissant qu'”on ne devrait pas convoquer les opposants politique”.

Moins nuancé, le président des sénateurs LR, Bruno Retailleau, s’est félicité sur Cnews-Europe 1 d’un “retour à l’envoyeur, arroseur arrosé”, dénonçant la “dérive du wokisme à l’islamisme” d’une “gauche radicale (qui) épouse tous les combats anti-républicains”.

Continue Reading

Actualités

Glucksmann veut couper l’herbe sous le pied de Macron et dégaine son discours sur l’Europe | TV5MONDE

Published

on

Raphaël Glucksmann, tête de liste du parti socialiste et de Place publique aux européennes, veut couper l’herbe sous le pied d’Emmanuel Macron avec un “grand discours” sur l’Europe mercredi soir lors d’un meeting à Strasbourg, à la veille de celui du chef de l’Etat à la Sorbonne.

“Ce sera un moment important”, prévient l’entourage de l’eurodéputé et leader de Place publique, qui va présenter “sa vision pour L’union européenne”, son “plan Europe 2030”, qui sera articulé sur trois axes: “Défense, Ecologie, Solidarités”.

L’essayiste de 44 ans, qui avait convaincu un peu plus de 6% des électeurs aux européennes de 2019, est actuellement en dynamique, crédité de 12 à 14% des intentions de vote, selon les instituts de sondage.

Il espère toujours pouvoir renverser les courbes, et prendre la deuxième place, actuellement occupée par la candidate de la majorité présidentielle Valérie Hayer, qui stagne derrière Le RN Jordan Bardella.

Jouant sur l’idée d’un vote utile à gauche, il tente notamment de grignoter les électeurs déçus d’Emmanuel Macron et de l’insoumis Jean-Luc Mélenchon.

Alors qu’Emmanuel Macron arrive à la rescousse de son camp avec un discours sur l’Europe jeudi à la Sorbonne, Raphaël Glucksmann entend bien “reprendre le drapeau européen” des mains du chef de l’Etat, comme il le répète dans ses meetings.

“Quand un défi est lancé, il est relevé”, note l’eurodéputé socialiste Christophe Clergeau: Raphaël Glucksmann “va donner sa vision d’avenir du projet européen, en contrepoint du discours de Macron”.

La tête de liste, pro-européen convaincu, reconnaît avoir apprécié le premier discours du chef de l’Etat sur l’Europe, toujours à la Sorbonne, en septembre 2017. Mais il relève qu’aujourd’hui, “on peut trouver que le premier discours était bien, mais derrière il y a sept années de bilan”.

“Refaire le même discours sept ans plus tard, c’est Shakespeare, c’est +words, words, words+”. (“des mots, des mots, des mots”, dans Hamlet, ndlr), a-t-il souligné sur LCP.

S’il salue “la mutualisation des dettes” lors de la crise Covid, qu’il met au crédit du chef de l’Etat, il l’accuse aussi d’avoir bloqué des avancées sociales au niveau européen.

Raphaël Glucksmann va “montrer le grand écart entre le discours de Macron et la réalité”, abonde Christophe Clergeau, insistant sur les projets bloqués par la France, comme celui sur “la protection des travailleurs des plateformes” numériques.

“Ressusciter la gauche de Jaques Delors”

Et Raphaël Glucksmann entend bien souligner ses différences avec Valérie Hayer, qui mène “une liste de droite libérale”, a-t-il martelé sur LCP. “Ce qui nous différencie, c’est notre rapport à la solidarité sociale, à la transition écologique”.

Pour lui, avec cette élection, “on est en train de faire renaitre” en France le clivage gauche-droite, qui “n’a jamais disparu à l’échelle européenne”, où le groupe majoritaire au parlement est la droite du PPE, devant le groupe socialiste (S&D). Le groupe du camp présidentiel, Renew, est en troisième position.

“Ce que nous faisons, nous, c’est de ressusciter la gauche de Jacques Delors et de Robert Badinter”, a-t-il défendu.

Lors du meeting de Strasbourg, où sont notamment attendus Nicolas Schmit, commissaire européen et candidat à la présidence de la Commission européenne pour le groupe socialiste, et Catherine Trautmann, ancienne maire PS de Strasbourg et ex-eurodéputée, Raphaël Glucksmann devrait parler institutions, budget, élargissement de l’UE, et évoquer la question de la défense européenne, un sujet qui tient à coeur à ce fervent partisan du soutien à l’Ukraine.

Parmi les autres propositions qu’il a déjà mises sur la table, une “révolution écologique européenne” qui passera par un “protectionnisme écologique européen” et “un +Buy European Act+” dans le secteur de la transition écologique.

Il défend aussi l’idée d’une taxation des plus riches et des superprofits. “Tout notre projet est fait pour parler aux victimes de la globalisation, ramener de l’emploi, parler de réindustrialisation”, dit-il encore.

Continue Reading

Actualités

‘Attristé’ par les annulations à Lille, Mélenchon donne une conférence à Sciences Po | TV5MONDE

Published

on

“J’ai été choqué” par ces annulations : doublement interdit de conférence la semaine dernière à Lille, le leader de La France insoumise Jean-Luc Mélenchon s’est exprimé lundi soir à Sciences Po Paris devant un public d’étudiants acquis à sa cause.

Dans le grand amphithéâtre Emile Boutmy plein à craquer où il a été applaudi à de nombreuses reprises, notamment quand il a évoqué la situation à Gaza, le triple candidat à la présidentielle a salué “l’attitude ouverte et respectueuse de cet établissement”, dénonçant par contraste ceux “qui ont cédé aux pressions” et “se sont mis à genoux”.

Une référence à sa conférence annulée jeudi dernier à Lille par l’université. Les Insoumis avaient alors voulu relocaliser l’évènement dans une salle privée, mais il avait été aussi annulé, cette fois par la préfecture du Nord.

“L’ennemi n’est pas seulement l’extrême droite (…) mais c’est l’immense chaîne des lâchetés de ceux qui cèdent avant d’avoir combattu”, a asséné le tribun de 72 ans, appelant à “briser la chaîne du légal pour passer à la chaîne du légitime”.

A Science Po, le fondateur de LFI a aussi développé des concepts de sciences politiques, en les illustrant par des questions d’actualité.

Citant notamment les écrivaines Christine de Pizan et Colette Audry, il a en tout cas adopté un ton plus apaisé que la semaine dernière – quand il s’en était pris aux “délateurs, ceux qui aiment aller susurrer à l’oreille du maître” et avait dressé un parallèle entre le président de l’université de Lille et le responsable nazi Adolf Eichmann.

Alors que ses adversaires politiques fustigent les “provocations” de l’ancien sénateur socialiste, la comparaison a également fait grincer des dents à gauche.

“C’est indéfendable, ce qu’a dit Jean-Luc Mélenchon, indéfendable”, a affirmé lundi matin le patron des communistes Fabien Roussel, dénonçant des “propos excessifs qui discréditent tout le reste”.

“Apologie du terrorisme” –

“Aucun d’entre nous n’a la moindre tentation d’apologie du terrorisme”, a également déclaré depuis Sciences Po le responsable de la gauche radicale, en réaction à la convocation par la police pour “apologie du terrorisme” de la candidate aux européennes Rima Hassan, septième sur la liste des Insoumis pour le scrutin du 9 juin.

“Il paraît qu’il y a toute une liste de gens qui seraient poursuivis pour apologie du terrorisme. Voilà maintenant une incrimination qui n’a pas le début du commencement de la moindre démonstration”, a-t-il assuré.

Rima Hassan a de son côté annoncé qu’elle allait participer à une conférence mercredi à Sciences Po Saint Germain en Laye sur “La Palestine et Gaza”.

– “Mobilisation de la jeunesse”

Prévue de longue date, la conférence de Jean-Luc Mélenchon à Sciences Po était une nouvelle étape de sa tournée des universités, commencée il y a plusieurs semaines et qui l’a déjà amené à Nantes, Créteil, Nanterre ou Clermont-Ferrand.

Une conférence de l’ancien sénateur socialiste à l’université de Bordeaux avait été annulée en octobre et une autre à Rennes l’a également été il y a deux semaines.

“La mobilisation de la jeunesse étudiante est un de nos objectifs. On sait que si on veut faire un bon score il faut amener à l’élection des gens qui en général ne viennent pas, comme les jeunes ou les quartiers populaires”, expliquait récemment le député Matthias Tavel, directeur de la campagne de la tête de liste Manon Aubry pour les européennes.

Continue Reading

Actualités

Lancement du ‘Beauvau de la Sécurité civile’ pour repenser un modèle ‘sous tension’ | TV5MONDE

Published

on

Le gouvernement a ouvert mardi au ministère de l’Intérieur un cycle de concertations pour repenser le modèle de la Sécurité civile, en première ligne face au dérèglement climatique et à la désertification médicale, sans pour autant que les finances ne suivent.

“Notre modèle est solide, mais il est sous tension”, a souligné le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin à l’ouverture de ce “Beauvau de la Sécurité civile” qui doit réunir sur plusieurs mois tous les acteurs du secteur, y compris les financeurs – départements et communes.

Près de trente ans après la loi de départementalisation des services d’incendie et de secours (Sdis), “il est temps de faire un bilan, de dialoguer, de débattre et réfléchir à ce que nous pouvons politiquement moderniser”, a-t-il ajouté.

Cinq réunions sont programmées jusqu’à l’automne pour discuter notamment des missions de la sécurité civile, de la gouvernance des Sdis et du financement.

“La première des choses, c’est de redéfinir le champ missionnel” des sapeurs-pompiers, estime Jean-Paul Bosland, président de la Fédération nationale des sapeurs-pompiers de France (FNSPF).

“On prend de plein fouet la désertification médicale”, sans oublier “les conséquences du dérèglement climatique” – feux de forêts, inondations … -, souligne le lieutenant-colonel.

Il réclame une augmentation des effectifs à 250.000 sapeurs-pompiers volontaires, contre 197.000 actuellement, et à 45.000 professionnels, contre 41.000 actuellement.

“Il faut remettre ce système à plat” a de son côté plaidé François Sauvadet, président de Départements de France, mettant en avant l'”accroissement des risques”.

“On arrive au bout d’un système de financement”, a déploré le président UDI de la Côte-d’Or, alors que les Sdis sont essentiellement financés par les départements et les communes. “On a fait notre part d’effort, peut-on aller au-delà? Je ne crois pas”, a-t-il ajouté.

Pour Olivier Richefou, président de la Conférence nationale des services d’incendie et de secours (CNSIS), la question de la gouvernance doit être abordée avant celle du financement. “C’est celui qui décide, qui paye, et les deux choses sont intimement liées”, a-t-il estimé.

La FNSPF et Départements de France comptent également sur ce Beauvau de la Sécurité civile pour défendre le modèle français basé sur le volontariat, aujourd’hui menacé par une directive européenne relative au temps de travail.

“Nous serons attentifs à étudier toutes les questions, y compris celles qui fâchent”, a assuré Gérald Darmanin,qui a notamment évoqué l’acquisition d’une flotte de drones, la place de l’intelligence artificielle, le lien avec les métiers de la santé ou encore les difficultés de recrutement.

Un premier rendez-vous qui laisse Anthony Chauveau, président du syndicat de pompiers SPASDIS-CFTC “perplexe”. “J’ai peur qu’on veuille finalement essayer de moderniser tout en gardant notre organisation actuelle”, craint-il.

L’intersyndicale des sapeurs-pompiers professionnels a elle déposé un préavis de grève pour la journée du 16 mai, et appelé à une mobilisation à Paris, pour réclamer notamment une refonte du financement des Sdis, la revalorisation de la prime de feu, actuellement de 25% du salaire, ou une révision des mesures de fin de carrière.

Continue Reading

Actualités

Mathilde Panot à son tour convoquée par la police pour ‘apologie du terrorisme’ | TV5MONDE

Published

on

Après Rima Hassan, 7e sur la liste LFI aux européennes, la cheffe de file des députés Insoumis Mathilde Panot a annoncé mardi être à son tour convoquée par la police dans le cadre d’une enquête pour “apologie du terrorisme”. En cause, un communiqué publié par le groupe parlementaire le jour des attaques du Hamas contre Israël le 7 octobre.

“C’est la première fois dans toute l’histoire de la Cinquième République qu’une présidente d’un groupe d’opposition à l’Assemblée nationale est convoquée pour un motif aussi grave”, a assuré l’élue dans un communiqué, en dénonçant “une instrumentalisation grave de la justice visant à bâillonner des expressions politiques”.

Le leader de La France insoumise Jean-Luc Mélenchon a aussitôt fustigé “un événement sans précédent dans l’histoire de notre démocratie”.

“On sait dorénavant qui menace la liberté de conscience et pourquoi : protéger un génocide !”, a-t-il ajouté, en référence à la situation à Gaza décrite par les Insoumis comme un “génocide”.

Le 7 octobre, le groupe LFI avait publié un texte qui avait suscité la polémique car il mettait notamment en parallèle l’attaque du mouvement islamiste du Hamas, décrite comme “une offensive armée de forces palestiniennes”, et “l’intensification de la politique d’occupation israélienne” dans les territoires palestiniens.

En privé, de nombreux élus Insoumis avaient reconnu après coup que le communiqué avait été mal rédigé, d’autant que le monde commençait à prendre connaissance de l’ampleur des massacres commis par le mouvement islamiste.

La rédaction en avait été imputée à la députée de Paris Danièle Obono, ce que le groupe LFI avait nié.

Quelques jours plus tard, cette élue avait estimé dans une interview que le Hamas était “un mouvement de résistance qui se définit comme tel” et qui “résiste à une occupation”.

Des propos à la suite desquels le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin avait saisi la justice pour “apologie du terrorisme”.

“L’apologie du terrorisme consiste à présenter ou à commenter favorablement des actes terroristes”, selon une définition du ministère de la Justice.

Une branche du Nouveau parti anticapitaliste (NPA) est également visée par une enquête pour ce motif. Le 7 octobre, le parti d’extrême gauche avait diffusé un communiqué dans lequel il “rappelait son soutien aux Palestinien/nes et aux moyens de lutte qu’ils et elles ont choisi pour résister”.

“Très bien”

“Ma cliente répondra à cette convocation et il ne peut y avoir de doute quant à l’issue judiciaire qui y sera donnée tant aucun de ses propos ne peuvent être qualifiés de la sorte”, a réagi auprès de l’AFP l’avocate de Mathilde Panot, Me Jade Dousselin, rappelant que la convocation émanait d’un “procureur de la République” en charge de l’enquête.

“Les convocations judiciaires sont à l’initiative de l’Organisation juive européenne”, a assuré pour sa part le coordinateur du mouvement, Manuel Bompard.

Comme plusieurs représentants de LFI, Mathilde Panot a bien fait l’objet d’une plainte de la part de l’Organisation juive européenne (OJE) concernant des propos tenus après l’attaque du 7 octobre.

“Mme Panot est convoquée, c’est très bien”, a simplement indiqué à l’AFP Me Muriel Ouaknine-Melki, avocate et présidente de l’OJE, refusant de commenter plus.

Le sénateur LR Stéphane Le Rudulier a pour sa part rappelé sur X avoir saisi la justice “contre plusieurs élus LFI”. “Six mois plus tard, le travail paie”, a-t-il ajouté.

“Toute une liste de gens”

Cette nouvelle intervient quatre jours après que la candidate aux élections européennes Rima Hassan, septième sur la liste LFI de Manon Aubry, a également annoncé sa convocation par la police judiciaire pour “apologie du terrorisme”.

“J’estime n’avoir rien à me reprocher, m’être toujours exprimée de manière critique à la fois envers le Hamas et son mode opératoire terroriste mais aussi d’Israël”, avait-elle réagi vendredi auprès de l’AFP.

Les Insoumis ont fait de la guerre au Proche-Orient et de la défense de la cause palestinienne le grand axe de leur campagne pour les élections européennes du 9 juin, dénonçant régulièrement un “génocide” à Gaza. Leur liste est créditée d’environ 8% dans les sondages, distancée par les socialistes.

LFI déplore également la condamnation d’un responsable de la CGT la semaine dernière, également pour apologie du terrorisme, un délit créé en 2015 pendant la vague d’attentats islamistes.

La semaine dernière, deux conférences du triple candidat à la présidentielle sur la situation au Proche-Orient ont été annulées à Lille, d’abord à l’université puis dans une salle privée.

Continue Reading

Actualités

L’Insoumise Mathilde Panot convoquée par la police pour ‘apologie du terrorisme’ | TV5MONDE

Published

on

La cheffe de file des députés insoumis Mathilde Panot a annoncé mardi être convoquée par la police dans le cadre d’une enquête pour “apologie du terrorisme” ouverte à la suite d’un communiqué du groupe parlementaire publié le 7 octobre, jour de l’attaque sans précédent menée par le Hamas contre Israël.

“C’est la première fois dans toute l’histoire de la Cinquième République qu’une présidente d’un groupe d’opposition à l’Assemblée nationale est convoquée pour un motif aussi grave”, a assuré l’élue dans un communiqué.

“J’alerte solennellement sur cette instrumentalisation grave de la justice visant à bâillonner des expressions politiques”, a ajouté la députée du Val-de-Marne.

Le 7 octobre, le groupe LFI avait publié un texte qui avait suscité la polémique car il mettait notamment en parallèle l’attaque du Hamas, décrite comme “une offensive armée de forces palestiniennes” et “l’intensification de la politique d’occupation israélienne” dans les territoires palestiniens.

Cette nouvelle intervient quatre jours après que la candidate aux élections européennes Rima Hassan, septième sur la liste insoumise de Manon Aubry, a également annoncé sa convocation par la police judiciaire pour “apologie du terrorisme”.

“J’estime n’avoir rien à me reprocher, m’être toujours exprimée de manière critique à la fois envers le Hamas et son mode opératoire terroriste mais aussi d’Israël”, avait-elle réagi vendredi auprès de l’AFP.

Les Insoumis dénoncent une instrumentalisation de la justice, assurant qu’on leur fait payer leur soutien aux Palestiniens et leur utilisation du terme “génocide” pour qualifier la situation à Gaza.

La semaine dernière, deux conférences de Jean-Luc Mélenchon sur la situation au Proche-Orient ont été annulées à Lille, d’abord à l’université puis dans une salle privée. “Un abus de pouvoir de république bananière”, avait fustigé le leader des Insoumis.

Continue Reading

Actualités

A Béziers, Robert Ménard instaure un couvre-feu pour les moins de 13 ans | TV5MONDE

Published

on

Le maire de Béziers (Hérault), Robert Ménard, a instauré un couvre-feu pour les mineurs de moins de 13 ans dans plusieurs quartiers, a-t-il indiqué mardi, jour où syndicats et associations de gauche vont manifester “contre les idées d’extrême droite” dans cette ville.

Ex-proche de Marine Le Pen aujourd’hui fâché avec le Rassemblement national, M. Ménard a signé lundi un arrêté municipal stipulant que “tout mineur âgé de moins de 13 ans ne pourra, sans être accompagné d’une personne majeure, circuler de 23H00 à 06H00 sur la voie publique” dans trois “quartiers prioritaires”.

L’interdiction s’applique “toutes les nuits” du 22 avril au 30 septembre. “En cas d’urgence ou de danger immédiat pour lui ou pour autrui”, ces mineurs pourront être “reconduits à (leur) domicile ou au commissariat”, prévoit l’arrêté.

“Les parents des enfants concernés pourront faire l’objet de poursuites pénales”, prévient le texte.

Dans son arrêté, le maire de Béziers justifie sa décision par le “nombre croissant de jeunes mineurs livrés à eux-mêmes en pleine nuit”, ainsi que par une “aggravation du nombre de faits”, notamment de “violences urbaines”, citant l’incendie d’une école il y a quatre ans, en 2019, et les “émeutes de juillet 2023”.

Interrogé par l’AFP, M. Ménard n’a pas cité de chiffres précis mais affirme que la délinquance des moins de 13 ans constitue un “angle mort” des statistiques parce qu’on ne les amène pas devant le juge et qu’on ne les condamne pas”.

En France, la responsabilité pénale d’un mineur peut être engagée, même si son âge et sa apacité de discernement sont pris en compte par les juges des enfants qui les suivent.

Selon la “première photographie de la délinquance et insécurité en 2023”, publiée début 2024 par le ministère de l’Intérieur, les moins de 13 ans ont représenté 2% des mis en cause dans les atteintes aux personnes (contre 36% pour les 30 à 44 ans) et 1% des mis en cause pour vols violents (contre 44% pour les 18 à 29 ans).

En 2018, le Conseil d’Etat avait annulé un arrêté similaire pris en 2014 par Robert Ménard pointant l’absence “d’éléments précis de nature à étayer l’existence de risques particuliers relatifs aux mineurs de moins de 13 ans”.

M. Ménard a assuré que sa décision n’avait aucun lien avec la “Marche pour les libertés, contre les idées d’extrême droite” organisée à Béziers mardi à l’initiative de plusieurs syndicats et à laquelle doivent participer la secrétaire générale de la CGT, Sophie Binet, et celui de la FSU, Benoit Teste.

Mardi, le maire Horizons de Nice, Christian Estrosi, a estimé sur BFMTV que “le maire de Béziers a raison” et qu’il souhaitait “renouveler” un arrêté sur les mineurs de moins de 13 ans, qui avait été en vigueur entre 2009 et 2020.

Un tel couvre-feu “relève davantage de la politique de façade”, a regretté l’élue d’opposition (Ecologiste), Juliette Chesnel-Le Roux, reprochant à M. Estrosi “le rabotage des budgets école et logement”.

En 2009, le couvre-feu à Nice avait aussi suscité la perplexité de syndicats de policiers nationaux, se disant peu enclins “à faire la nounou”.

Depuis lundi, un couvre-feu pour les mineurs est en vigueur à Pointe-à-Pitre, en Guadeloupe, pour une durée d’un mois “renouvelable”.

D’autres villes en France ont pris des arrêtés similaires pour les mineurs sur des durées limitées, comme Cagnes-sur-Mer (Alpes-Maritimes) qui le fait depuis 2004 pour les moins de 13 ans.

cor-siu-bur-aco/iw/tes

Continue Reading

Actualités

La vente à la sauvette de cigarettes fait tousser les élus de Seine-Saint-Denis | TV5MONDE

Published

on

Pour quelques minutes, les vendeurs de “Marlboro bled” se sont volatilisés: sur un haut lieu de vente à la sauvette de cigarettes, les maires de dix villes de Seine-Saint-Denis ont dénoncé de concert la “gangrène” de ce trafic dans leur département populaire.

Pour marquer les esprits, les élus ont installé lundi soir une estrade au milieu du très fréquenté carrefour des Quatre-Chemins, quartier populaire à cheval sur Aubervilliers et Pantin, bloqué pour l’occasion à la circulation. La forte présence policière a fait fuir les nombreux vendeurs à la sauvette de tabac qui y officient habituellement.

Sous une banderole jaune proclamant “Fausses cigarettes, vrais problèmes”, les élus des dix communes de gauche (Pantin, La Courneuve, Noisy-le-Sec, Montreuil…) ont, au micro, réclamé à l’Etat plus de moyens pour lutter contre ce fléau porteur de tensions.

“Nous sommes rassemblés pour dire que nous en avons marre du trafic de cigarettes de contrefaçon qui gangrène nos espaces publics, qui fait qu’aujourd’hui la situation est difficile sur le terrain, mal vécue par les commerçants et les habitants”, dit à l’AFP le maire PS de Pantin, Bertrand Kern.

Si le trafic de cigarettes n’est pas un phénomène récent, il a très visiblement pris de l’ampleur depuis la fin du Covid. Selon les maires protestataires, qui se basent sur des chiffres de l’industrie du tabac, le nombre de points de vente illégaux de tabac en Île-de-France est passé de cinq avant la pandémie à plus de 80 actuellement.

À travers la banlieue parisienne, il est courant de voir des grappes de vendeurs alpaguer l’usager à la sortie des stations de transports en commun les plus fréquentées. S’ils s’envolent sitôt qu’apparaît un uniforme de police, il ne leur faut que quelques minutes pour revenir, à peine les forces de l’ordre parties.

“On est sur un constat d’impuissance collective, d’impuissance publique”, a lancé à la tribune Loline Bertin, adjointe au maire PCF de Montreuil, soulignant que “les villes ne peuvent plus vider l’océan de la misère à la petite cuillère”.

Condamnations rares

Quelques jours avant cette action, les responsables de la police et de la justice de Seine-Saint-Denis avaient tenté de déminer le terrain en tenant eux aussi une conférence de presse.

Installés devant un photogénique mur de paquets de cigarettes, issus des 32.772 paquets saisis lors des trois semaines (25 mars-12 avril) d’une opération “Place nette XXL” dans le département, le directeur territorial Michel Lavaud et le procureur de Bobigny Eric Mathais ont mis en avant leur volonté de “déstabiliser les réseaux”, notamment en multipliant les actions en gares.

Dans ces ventes à la sauvette se retrouvent généralement des cigarettes de contrebande en provenance du Maghreb ou des cigarettes contrefaites produites en Europe de l’Est. Achetée 20-25 euros au fournisseur, une cartouche de dix paquets se revend 50 euros au client.

“C’est un trafic qui emprunte aux codes et modes opératoires des trafics de stupéfiants (stockage, acheminement, revente), c’est un trafic de rue mais qui dans la plus-value financière est en-deçà du trafic de stupéfiants”, a indiqué Michel Lavaud.

La vente à la sauvette ne constitue un délit que depuis une loi de 2011. Si elle est théoriquement passible de six mois d’emprisonnement et 3.750 euros d’amende, il est toutefois rare de faire condamner les vendeurs, a reconnu le procureur.

Seul un vendeur multirécidiviste serait susceptible de faire l’objet d’un jugement en comparution immédiate, avec un résultat pénal plutôt décevant du point de vue du parquet.

“La première fois on lui confisquerait juste ses cigarettes, la deuxième fois ses cigarettes et son argent, la troisième fois il serait déféré devant un délégué du procureur, la quatrième fois il passerait en CRPRC-déférement (procédure de plaider-coupable, NDLR), la cinquième fois il passerait en comparution immédiate”, a énuméré Eric Mathais, à titre d’exemple.

Mais une fois devant le tribunal, “les peines prononcées sont objectivement moins importantes, à situation équivalente, que celles prononcées en matière de stupéfiants”, a-t-il regretté.

Continue Reading

Actualités

À Nice, le Premier ministre en inspection dans un internat de ‘rupture’ | TV5MONDE

Published

on

“Saisissez-vous de cette chance”: devant les visages fermés d’ados envoyés par leurs parents passer leurs vacances de printemps en stage de “rupture” dans un internat de Nice, le Premier ministre Gabriel Attal a vanté lundi cette nouvelle mesure, censée favoriser la “prévention” de la délinquance.

Face à “la violence des mineurs”, le “sursaut d’autorité a démarré”, a assuré Gabriel Attal dont la visite est censée illustrer le volet “prévention” de son plan, “une des grandes priorités de (son) gouvernement”, dévoilé jeudi dernier à Viry-Châtillon (Essonne).

La vingtaine de jeunes avec lesquels M. Attal a échangé bénéficie d’un programme expérimental concocté par le département des Alpes-Maritimes dans le lycée-collège du Parc impérial, pour une enveloppe d’environ 60.000 euros pour douze jours.

Au programme: lever à 7H00, ateliers “estime de soi”, visite du camp de déportés des Milles à Aix-en-Provence, parcours mémoriel dans un cimetière de la ville, discussions sur les addictions, notamment aux écrans, mais aussi sortie en bord de mer ou découverte d’une exposition sur Tintin.

Pas de quoi, pour l’instant, emballer Lenny, “14 ans, bientôt 15”, scolarisé en 3e. “Pendant les vacances, je voulais aller à la plage, jouer au foot avec mes potes, sortir, aller manger dehors…”, confie-t-il après avoir assisté à un débat sur ces internats de “rupture”, destinés à couper les jeunes de leur milieu. A ses côtés figuraient notamment le maire (Horizons) de Nice Christian Estrosi, le député et patron des Républicains Eric Ciotti, trois autres ministres et de nombreux élus locaux.

“Mes parents ne m’ont pas convaincu d’y aller, ils m’ont forcé, c’est tout, j’ai rien à dire. C’était ça ou le bled”, témoigne Rayan, 14 ans, en 4e, admettant qu’il fait “n’importe quoi à l’école”.

“En tout cas, tu vas apprendre plein de choses, vous allez faire plein d’activités”, lance le Premier ministre, qui se dit “sûr qu’à la fin, vous serez contents d’être là”.

Puis, visitant une salle de classe, M. Attal a répondu aux questions, parfois désarçonnantes, de ces ados que leurs parents ou leurs professeurs cherchent à remettre dans le droit chemin. “Vous êtes le maire ou le ministre?”, lui demande Saïf, 13 ans, scolarisé en 5e. “Moi, je suis le Premier ministre, et le maire, il est là”, lui répond-il en désignant l’édile derrière lui.

“Monsieur Macron”

À un ado qui lui demande si “Macron, il est à Nice?”, le Premier ministre réplique : “On dit Monsieur Macron, et c’est comme ça avec tous les adultes”.

Les échanges ont aussi concerné TikTok, réseau social sur lequel M. Attal a répondu récemment aux questions les plus “likées” qui lui étaient posées, et sur les alertes à la bombe dans les établissements scolaires, qui peuvent valoir “plusieurs années de prison et des dizaines de milliers d’euros d’amende”, met-il sévèrement en garde.

Les séjours sont basés sur le volontariat des familles, pour des jeunes, garçons ou filles, qui n’ont pas affaire à la justice et peuvent être signalés par des associations de quartier, comme PAJE, celle qui gère le stage niçois, ou leurs établissements scolaires.

Ils sont conçus comme un moyen de “prévention”, secteur qu’il faut déclencher “le plus tôt possible (…) pour éviter à des jeunes de tomber dans la délinquance”, explique M. Attal.

Loin de ces considérations, Lenny espère au moins être dans une chambre avec ses “collègues”, en reconnaissant se retrouver dans cette situation parce qu’à l’école, il bavarde trop et “rigole”, et qu’à la maison “(il) ne respecte pas”.

“Et en vrai, peut-être que pendant les deux semaines on va changer d’avis, parce qu’il y a beaucoup de choses quand même”, reconnait-il.

Il y a en tout cas une chose qu’il n’y aura pas: pendant le séjour et sauf une heure par jour, Lenny, comme tous ses camarades, sera privé de son téléphone portable.

Continue Reading
Advertisement

Derniers Articles

Santé1 min ago

la présence de militants anti-avortement dans les cliniques définitivement adoptée au Parlement

FILIPPO MONTEFORTE / AFP Voulue par le gouvernement d’extrême droite de Giorgia Meloni (ici à Rome lors d’une interview télévisée),...

Afrique8 mins ago

La revue de presse camerounaise du mercredi 24 avril 2024

Ouvrons cet exercice avec la Présidentielle de 2025. Le journal Regard du Monde dans sa publication de ce matin nous...

Société13 mins ago

FAU Gets Grant to Study Seaweed Harvesting, Just as Blobs Approach South Florida

Researchers at Florida Atlantic University are using a $1.3 million grant to see if huge blobs of seaweed can be...

Divertissements14 mins ago

Cypress Inheritance: The Beginning

Cypress Inheritance: The Beginning The post Cypress Inheritance: The Beginning first appeared on Actu de Jeux videos.

Afrique39 mins ago

un influenceur en prison pour outrage à personnalité

Essi Akofa 28 secondes . Côte d’Ivoire Connu sous le nom d’Observateur Ébène, l’influenceur de son vrai nom Kouakou Amani...

International45 mins ago

Pro-Palestinian protests sweep US universities, targeting financial ties with Israel

Students at an increasing number of US universities are gathering in protest camps to demand that their schools cut financial...

Santé47 mins ago

Je n’arrive pas à dormir car je pense trop : quelles solutions ?

Vous avez souvent du mal à vous endormir à cause de pensées qui tournent en boucle dans votre tête ? Pas...

Sports52 mins ago

Russell Martin: Southampton boss apologises to fans for Foxes rout

Southampton boss Russell Martin has issued an apology to supporters who travelled to Leicester after their humiliating 5-0 defeat on...

International56 mins ago

The human foods that could be making your dog fat, revealed – from grilled salmon to scrambled egg

It’s something that many dog owners do on a daily basis.  But new research might make you think twice about sneaking...

France59 mins ago

Quels sont les signes d’un début d’accouchement ? : Femme Actuelle Le MAG

Comment savoir que l’on est en plein travail ? Les signes peuvent paraître un peu flous pour les femme expérimentant...

France1 hour ago

quels sont les joueurs à avoir passé la barre des 1.000 matchs joués sur le circuit ?

Richard Gasquet, qui s’est extirpé des qualifications du Masters 1000 de Madrid, va disputer, ce jeudi, son 1.000e match sur...

Afrique1 hour ago

Bénin : la contravention de défaut de casque revue à la baisse

Au Bénin, la contravention de défaut de casque est réduite de moitié. Selon un communiqué du Ministre de l’Intérieur et...

Santé1 hour ago

Voici combien de fois une femme de plus de 60 ans doit aller aux toilettes par semaine, selon cette gastro-entérologue

À chacun son transit. En fonction de l’âge et des individus, la fréquence des selles peut fortement varier. Une gastro-entérologue...

Société1 hour ago

Elon Musk is keeping investors’ dreams of a Tesla robotaxi alive

Tesla CEO Elon Musk is pictured during a visit at the company’s electric car plant in Gruenheide near Berlin, eastern...

Divertissements1 hour ago

Événement Partenaires de Parade : Informations, Récompenses, Date

Les événements partenaires sont les événements attendus par une majorité de joueurs sur Monopoly GO. En effet, pendant cet événement,...

Divertissements1 hour ago

Comment réussir son voyage en solo ? Conseils pratiques

Selon une étude de l’Université de Queensland en Australie, plus de 25% des voyageurs sont des aventuriers en solo. Ce...

Santé2 hours ago

L’accord de la SNCF pour empêcher la grève revient sur la réforme des retraites et met l’exécutif en difficulté

LUDOVIC MARIN / AFP Prisca Thevenot, ici le 3 avril 2023, peine à commenter l’accord signé à la SNCF qui revient...

Afrique2 hours ago

Cybercriminalité : l’humoriste ivoirien Observateur Ébène écope de 12 mois de prison

Après l’audience d’hier où il a écopé de 6 mois de prison ferme, plus 6 mois avec sursis et 5...

Sports2 hours ago

Why Andy Cole became a Premier League Hall of Famer

In the week that Andy Cole entered the Premier League Hall of Fame, BBC Sport looks back at some of...

International2 hours ago

The best investment trusts for your pension – experts reveal their picks

Best investment trusts for your pension: Tips for your portfolio throughout your financial life When it comes to building your...

Advertisement

Trending